Le Brésil

Le tripôle économique des télécommunications peut nuire aux consommateurs et au marché – Jornal da USP

La professeure Luciana Morilas commente les conséquences du rachat de la société de téléphonie mobile Oi par Claro, Tim et Vivo, qui affectera 40 millions d’utilisateurs

Par Vinicius Botelho

Les 40 millions d’utilisateurs Oi seront migrés vers Vivo, TIM et Claro Photomontage sur télécommunication avec une image issue de Flickr – Art : Revue USP

Avec la vente d’Oi à Vivo, TIM et Claro, le marché brésilien des télécommunications n’est désormais contrôlé que par trois sociétés. La création d’un tripôle indique une domination qui peut ne pas être positive pour les consommateurs ou le marché, nuisant à l’économie. L’analyse est réalisée par le professeur Luciana Morilas, de la Faculté d’économie, d’administration et de comptabilité de Ribeirão Preto (FEA-RP) à l’USP.

Vendus pour 17,5 milliards de reais, répartis entre les trois sociétés restantes sur le marché des télécommunications, les 40 millions d’utilisateurs d’Oi seront migrés vers Vivo, TIM et Claro. Le processus de migration complet devrait prendre environ un an. Selon le professeur Luciana, plusieurs pays, dont le Brésil, adoptent des règles afin d’éviter que les parts de marché d’un produit ou d’un service ne soient concentrées entre les mains d’une seule entreprise, en cas de monopole, et de quelques-uns, comme le duopole, le tripôle et l’oligopole, par exemple, en évitant l’utilisation de tactiques déloyales pour dominer le marché.

Cependant, le professeur dit que, dans le cas du tripolio des entreprises de communication, le Conseil administratif de défense économique (Cade) n’a vu aucun problème dans le mouvement et a autorisé la vente d’Oi, et l’Agence brésilienne des télécommunications (Anatel) analysera toujours et ne devrait pas interférer avec le processus. « Il est essentiel que les rôles de surveillance de ces deux entreprises soient respectés et exercés avec excellence, car, selon Luciana, c’est ce qui garantira que les consommateurs et l’économie ne soient pas lésés. »

Hausse des prix et baisse de la qualité des services

Luciana Morillas – Photo : AIE/USP

L’une des préoccupations majeures qui hantent le processus de tripolicisation du marché brésilien des télécommunications est la peur de la société, qui a peur de voir « les prix augmenter de plus en plus pour les consommateurs finaux et les services fournis avec une qualité décroissante », explique Luciana.

L’enseignant explique que « l’investissement pour nous d’avoir de bons services est très élevé ». Ainsi, plus la participation des entreprises au marché est importante, plus l’économie de l’entreprise est importante, compte tenu du scénario de dilution des coûts fixes. Le problème, selon Luciana, est que ce scénario actuel rend difficile l’émergence de nouvelles entreprises, ce qui peut générer, d’une part, de l’efficacité, mais peut également entraîner des prix plus élevés pour le consommateur final.

L’éthique individualiste au Brésil freine la croissance

Aux yeux des entreprises, cette concentration du tripôle est meilleure pour le marché, car elle offre des gains d’échelle et, avec cela, de meilleurs services à des prix plus compétitifs, mais le professeur prévient que le consommateur est « échaudé » au Brésil, et le Le marché brésilien est un « environnement contaminé par une éthique très individualiste, soucieux principalement de ses propres gains, même si cela implique des problèmes futurs ».

Cet environnement favorise, selon Luciana, la création d’un cartel entre les entreprises, qui pourront combiner les prix entre elles, cessant d’agir de manière concurrentielle pour une posture coopérative. Pour le professeur, la solution réside dans les structures d’inspection, qui doivent agir de manière indépendante et impartiale, à l’abri de toute pression politique, pour garantir un marché sain.


Journal USP dans l’air
Jornal da USP no Ar est un partenariat entre Rádio USP et l’Escola Politécnica, la Faculté de médecine et l’Institut d’études avancées. Nonair, par Rede USP de Rádio, du lundi au vendredi : 1ère édition de 7h30 à 9h00, avec une présentation de Roxane Ré, et autres éditions à 10h45, 14h, 15h et 16h : 45h. À Ribeirão Preto, l’édition régionale est diffusée de midi à 12h30, avec une présentation de Mel Vieira et Ferraz Junior. Vous pouvez syntoniser Rádio USP à São Paulo FM 93.7, à Ribeirão Preto FM 107.9, via Internet sur www.jornal.usp.br ou via l’application Jornal da USP sur votre téléphone portable.

Vous pourriez également aimer...