Le Brésil

Le vaccin chez les enfants est essentiel pour prévenir les décès, selon Fiocruz

São Paulo – La Fondation Oswaldo Cruz a publié aujourd’hui (28) une note technique sur la nécessité de diffuser le vaccin contre le covid-19 chez les enfants. Fiocruz, une référence en épidémiologie au Brésil et reconnue mondialement, a souligné l’importance. « La publication, basée sur des études et des critères scientifiques, souligne que la vaccination dans le groupe d’âge de 5 à 11 ans collaborera avec l’atténuation des formes graves et des décès par covid-19 dans ce groupe, réduira la transmission du virus. Et ce sera une stratégie importante pour que les activités scolaires reviennent au mode présentiel », informe-t-il.

La position est en consensus avec la communauté universitaire mondiale. Dans 39 pays, le processus a déjà commencé. Au Brésil, l’avancée de la vaccination se heurte à l’opposition du déni du président Jair Bolsonaro. Le président a agi tout au long de la pandémie pour empêcher l’atténuation des décès. De plus, il a répandu des mensonges sur l’efficacité et l’innocuité des vaccins ; surtout pour les plus jeunes. Adversaire de la science, Bolsonaro affirme lui-même ne pas avoir été vacciné et affirme qu’il ne laissera pas sa plus jeune fille, 11 ans, prendre l’agent immunisant.

La position de Fiocruz est également compatible avec une analyse de l’Agence nationale de surveillance sanitaire (Anvisa). L’agence gouvernementale a été harcelée par le président et ses partisans après avoir suivi la science et recommandé la vaccination. « Une fois encore nous rappelons que les parents d’enfants âgés de 5 à 11 ans doivent être clairement informés des bienfaits de la vaccination et respectés dans leurs décisions, quelles que soient les décisions qu’ils prennent, concernant l’application du vaccin covid-19 à leurs enfants », a déclaré Anvisa dans une note technique détaillée publiée jeudi dernier (23).

Le négationnisme tue

« La désinformation menace le succès des programmes de vaccination dans le monde », affirme l’agence, préconisant des actions coordonnées pour lutter rapidement contre la propagation de fausses nouvelles sur les vaccins. « Nous ne pouvons pas regarder le démantèlement avec confiance en utilisant un produit qui sauve des vies », a ajouté l’agence.

Fiocruz souligne que les indicateurs du « monde réel », c’est-à-dire sur l’application du vaccin chez les enfants en cours, sont positifs et incontestables. « Les derniers indicateurs montrent qu’aux États-Unis, environ 5 millions d’enfants âgés de 5 à 11 ans ont déjà été vaccinés, sans événements indésirables significatifs. Le système américain de surveillance des événements indésirables a enregistré 8 cas de myocardite chez plus de 7 millions de vaccinés, tous avec une évolution favorable ».

cas grave

Contrairement à ce que disent les négationnistes soutenus par Bolsonaro, le covid-19 présente un risque grave pour les enfants. En plus de la possibilité plus élevée de la soi-disant longue covid, avec des effets durables, dans ces tranches d’âge, le Brésil est l’un des détenteurs du record de décès d’enfants. « Au Brésil, jusqu’à la semaine épidémiologique 48, le 4 décembre 2021, 19 900 cas de moins de 19 ans ont été hospitalisés pour SRAG, confirmé par le Covid-19. Dans la tranche d’âge des enfants de moins de 1 an, 5 126 cas ont été signalés, 5 378 cas de 1 à 5 ans et, de 6 à 19 ans, 9 396 cas. Concernant les décès, 1 422 ont été signalés par le SRAS et confirmés par le Covid-19, 418 chez les enfants de moins de 1 an, 208 de 1 à 5 ans et 796 de 6 à 19 ans », précise Fiocruz.

La prévalence des cas de syndrome inflammatoire multisystémique pédiatrique (SIM-P) associé au Covid-19 pèse également lourdement sur les enfants. « 64% des enfants et adolescents touchés avaient entre 1 et 9 ans, avec 44,5% des enfants hospitalisés nécessitant une admission en soins intensifs et 6% de mortalité. Le SIM-P est une complication grave de l’infection au Sars-CoV-2 chez les enfants, une maladie qui provoque une inflammation dans différentes parties du corps, notamment le cœur, les poumons, les reins, le cerveau, la peau, les yeux ou les organes gastro-intestinaux », avertissent les scientifiques. . . .

la santé mentale des enfants

Les enfants ont également un rôle particulier dans la propagation du virus. En raison de la fréquentation scolaire et de la nature des activités courantes, telles que les jeux, ils finissent par servir de vecteurs du virus. Sans contrôle sur la diffusion, le monde est susceptible d’émergence de nouvelles variantes, qui bénéficient d’une circulation intense. « Bien que les enfants tombent moins malades à cause de Covid-19 et développent moins souvent des formes graves de la maladie, ils transmettent le virus dans la communauté scolaire et au-delà. »

L’ONU classe déjà le covid-19 comme une « catastrophe générationnelle » en ce qui concerne les pertes d’éducation. Une large gamme de vaccinations pour les plus jeunes, alliée à des mesures telles que l’utilisation de masques, garantit la sécurité nécessaire à la continuité des interactions et des études. « La vaccination des enfants est donc une alternative robuste pour assurer la continuité de l’offre scolaire en présentiel (…) Le retour aux activités scolaires en présentiel régulières permet l’identification et la prise en charge d’élèves présentant différentes vulnérabilités, dont beaucoup sont accentuées par la pandémie. Parmi eux, les problèmes affectifs et le sauvetage de situations de décrochage scolaire après une longue période sans école ».

Balançoire

Depuis septembre, le Brésil fait face à la pandémie « aveuglément » sans données concrètes sur la réalité de l’épidémie. Malgré cela, le Conseil national des secrétaires à la santé (Conass) a indiqué aujourd’hui (28) 171 décès dans le pays. Lors de la pandémie H1N1 en 2009, par exemple, les décès dus au virus dans le pays étaient d’environ 20 par jour. Depuis le début de l’épidémie de covid-19 en mars 2020, au moins 618 705 personnes sont décédées, un nombre certainement sous-déclaré. Toujours au cours des dernières 24 heures, 8 430 nouveaux cas ont été enregistrés, pour un total de 22 254 706.

Les chiffres du Covid-19 au Brésil. Source : Conas

Vous pourriez également aimer...