Le Venezuela

Le Venezuela a son représentant dans l'édition 2021 des Oscars

Le Venezuela a annoncé sa candidature à la 93e édition des Oscars, suivi de l'Équateur et du Panama, qui sont jusqu'à présent les représentants de l'Amérique latine. Pour cette édition, notre pays a misé sur les débuts du cinéaste Anabel Rodríguez Ríos, intitulé «Il était une fois au Venezuela», qui a d'ailleurs créé ce documentaire en janvier dernier au Festival de Sundance aux États-Unis.

Dans News.com.veOn vous dit que le tournage de ce long métrage a duré environ cinq ans, de 2013 à 2018, où Rodríguez a dû aller et venir dans le pays à différentes occasions, puisqu'il vit en Autriche depuis octobre 2012.

Le film raconte l'histoire de la population flottante «Congo Mirador», située au bord du lac Maracaibo, état de Zulia dans l'ouest du Venezuela, ornée de ses maisons sur pilotis, sous la foudre de Catatumbo, comment son avenir immédiat est menacé par la la sédimentation, phénomène attribué au changement climatique, affectant son activité principale, la pêche.

«Sous la foudre silencieuse de Catatumbo et sur le plus grand champ pétrolifère du Venezuela, Congo Mirador est une ville en danger d'extinction car elle sédimente et les gens mettent leurs espoirs dans les prochaines élections législatives. Pour la chef chaviste de la ville, Tamara, chaque vote compte et elle fait tout pour les obtenir. Pour Natalie, timidement opposée, la politique peut la sortir de son métier d'enseignante, où les responsables lui rendent la vie impossible », lit une partie du synopsis de ce film.

Une production qui se déroule localement, décrit parfaitement quelque chose qui se passe globalement… La corruption, les luttes pour le pouvoir et le contrôle des territoires et le plus malheureux de tous, la souffrance du peuple.

Rodríguez Ríos a commenté que: «à Sundance, il y avait beaucoup d'intérêt pour le film, qui a été vu de l'expérience de la polarisation de la société américaine avec les partisans et les détracteurs du président Trump. Nous avons vu comment le film confronte différentes sociétés qui connaissent également des processus de radicalisation politique et sociale. Au Festival de Malaga, nous avons capturé la même réaction, vue maintenant de la relation du Venezuela avec Podemos et de son influence sur la vie espagnole. Le film fait un dialogue sur la question des pôles qui se font face par rapport à la politique. Nous supposons que lors de sa présentation en dehors des festivals, cela sera encore plus prononcé ».

De même, le cinéaste vénézuélien a évoqué l'équipe de production qui l'a accompagnée dans ce voyage, comme John Márquez (Mauvais cheveux, contactés), dans la direction de la photographie et dans la conception sonore qui était en charge de Daniel Turini (Hoje eu quero voltar sozinho, A sombra do pai).

Il convient également de noter que «il était une fois au Venezuela» est une coproduction entre le Brésil, le Royaume-Uni et l'Autriche qui a reçu l'aide d'Ibermedia, des fonds d'IDFA Europe et de l'IDFA Bertha Found, ainsi que le soutien du Centro Nacional Autónomo de Cinematografía de Venezuela.

Enfin, ce film nous remplit de fierté, les Vénézuéliens et encore plus pour être candidat à l'Oscar du meilleur film international, nous ne pouvons qu'attendre sa sortie au Venezuela et profiter de cette magnifique production cinématographique. Depuis, en raison de la pandémie de Covid-19, il n’a pas été possible de lui donner la diffusion qu’elle mérite dans notre pays.

Nous joignons la bande-annonce dudit documentaire afin que vous puissiez en profiter et soutenir la production nationale.

Par: Gustavo Rivas.

Vous pourriez également aimer...