Le Venezuela

Le Venezuela demande à la CPI de convoquer une réunion entre les parties

Ce mercredi, le procureur général de la République, Tarek William Saab, a indiqué que le ministère public avait demandé à la Chambre préliminaire de la Cour pénale internationale de convoquer une réunion entre les parties afin de débattre d’un processus juste et égal.

Par le biais de son compte Twitter, il a publié « le ministère public #informations saisine de la CHAMBRE DES QUESTIONS PRÉLIMINAIRES de la CPI @IntlCrimCourt: d’un nouveau document où le Venezuela #demander à ladite Chambre que conformément à l’article 30 du Règlement : CONVOQUER UNE RÉUNION ENTRE LES PARTIES … afin de pouvoir débattre d’un PROCESSUS ÉQUITABLE ET #ÉGALITARISTE en tant qu’État soumis à un examen préliminaire : coopération qui, contrairement à ce qu’a affirmé le procureur de la CPI @IntlCrimCourt dans une interview récente : IL EST RARE ET UNIDIRECTIONNEL ».

Fin mai, Saab a détaillé les actions menées par le ministère public devant la Cour pénale internationale pour garantir une procédure régulière et le droit à la défense du Venezuela.

« Dans une action jamais connue dans ce bureau du procureur de la CPI, un groupe cartellisé pour aller contre la démocratie vénézuélienne, a aidé ce bureau du procureur à pratiquement dénoncer avec une manœuvre de nombreux faux positifs que nous avons démasqués », a expliqué Saab.

Pour cette raison – a-t-il expliqué – des documents ont été livrés et le ministère public a promis de transmettre des informations avec des détails sur les cas respectifs, « pour atteindre l’objectif de la défense dans ce cas du Venezuela ».

Ce jour-là, le Venezuela a présenté deux actions, dans le cadre de l’examen préliminaire de l’affaire Venezuela I, d’une grande importance pour le bon développement de la coopération fournie par l’État vénézuélien au Bureau du procureur de la Cour pénale internationale », a déclaré le procureur général.

« Nous avons effectué une analyse comparative de 22 examens préliminaires du Bureau du Procureur de la CPI. Tous ont atteint au moins la phase 3, comme dans l’affaire Venezuela I. Des paramètres tels que la durée de l’examen préliminaire et les actions du Bureau du Procureur de la CPI ont été évalués au cours de cet examen « 

Il a indiqué que la comparaison avec les cas les plus similaires dans leur complexité fournissent des données concluantes comme la Colombie et la Guinée sont en examen préliminaire depuis 16 et 11 ans.

Le Venezuela, pour sa part, n’est soumis à l’examen préliminaire que depuis 3 ans et le parquet subit des pressions pour ouvrir une enquête. « Cela révèle un traitement inégal et discriminatoire.

Vous pourriez également aimer...