Le Venezuela

Le Venezuela prend position sur le contrôle du cannabis à l'ONU

Lors de sa participation à la deuxième réunion thématique de la Commission des stupéfiants (CND, pour son acronyme en anglais), l'État vénézuélien a établi sa position sur le projet de contrôle du cannabis et des substances apparentées, compte tenu de leur impact direct sur la santé publique.

L'Office national antidrogue (ONA), en sa qualité de membre observateur de la Commission des Nations Unies (ONU), a fait valoir que le régime de contrôle proposé par l'Organisation mondiale de la santé (OMS), étant plus flexible , cela pourrait entraîner le détournement pour une mauvaise utilisation.

L'intervention du Venezuela a été bien accueillie par l'Organe international de contrôle des stupéfiants (Jife), car elle a permis à cet organe de clarifier les aspects liés à la formulation de la recommandation générée par l'OMS, un argument fort pour éloigner davantage les votes entre les États membres favorables à ces recommandations et qu'il proposera de futurs débats dans ces instances internationales.

La délégation de l'ONA dirigée par Alberto Matheus Meléndez, a participé activement aux discussions qui ont été générées autour de la recommandation 5.6 (relative aux préparations de cannabis et / ou de dronabinol) faite par l'Organisation mondiale de la santé (OMS), en faisant valoir que la substance à usage médical a les mêmes propriétés addictives que la plante de cannabis.

Sur la base des trois recommandations de l'OMS, débattues sur la scène internationale, la plupart des pays ont exprimé des avis avec réserve en ce qui concerne les défis sociaux, juridiques et administratifs, ce qui impliquerait de s'ajouter à la Liste III de la Convention unique sur les stupéfiants de 1961 préparations contenant du delta-9-tétrahydrocannabinol (dronabinol) obtenues par synthèse chimique ou sous forme de préparations de cannabis.

Matheus a déclaré que le Venezuela respectait les conventions sur les drogues, en tant que pierre angulaire du Système international de contrôle des stupéfiants, en même temps que les recommandations formulées mettraient en évidence des défis importants pour le régime de contrôle.

Les 24 et 25 août, l'Office national de lutte contre les drogues (ONA) a participé à ces réunions qui se sont tenues dans un format virtuel, depuis le siège des Nations Unies (ONU) à Vienne, en Autriche, indique un communiqué de presse. / AVN

Vous pourriez également aimer...