Le Venezuela

Le Venezuela rejette le rapport d’enquête sur le Venezuela

Hector Constant Rosales, ambassadeur du Venezuela auprès des Nations Unies, a ignoré ce vendredi la légitimité de la Mission internationale pour la détermination des faits sur le Venezuela, et a rejeté son dernier rapport pour manque de rigueur scientifique, ingérence, partialité et politisation.

S’exprimant lors de la 48e session du Conseil des droits de l’homme de l’ONU, Constant Rosales a déclaré qu’il est impossible de donner crédit au rapport susmentionné, « qui a été réalisé à distance par une sorte de mission fantôme surveillée par des gouvernements subordonnés à Washington ».

Notant que ces types de rapports sont très bien financés avec des millions de dollars, il a suggéré que les membres de la mission en fassent don « pour l’acquisition de vaccins contre le covid-19, au lieu de continuer à être fournis pour cela ».

« Il s’agit d’un rapport politisé et biaisé qui repose sur le critère probant des « raisons raisonnables de croire », « qui utilise des sources anonymes que personne ne peut vérifier », explique le diplomate, insistant sur le fait que son seul but est de continuer à légitimer de fausses réalités. tels que les rapports présumés des Nations Unies qui sont largement médiatisés à des fins politiques pour affaiblir l’état constitutionnel progressiste des droits de l’homme au Venezuela.

Il a évoqué les mesures coercitives unilatérales imposées contre le pays par Washington et ses partenaires de l’Union européenne, qui, selon lui, constituent un crime contre l’humanité.

L’ambassadeur, qui a appelé pour ignorer la mission et son rapport, a jugé approprié de reconnaître la coopération fluide entre le Haut-Commissariat et le gouvernement vénézuélien.

Enfin, il a suggéré à l’ONU de ne pas entretenir « la faille » appelée Mission internationale d’établissement des faits sur le Venezuela, qui répond aux plans interventionnistes du gouvernement américain.

Le diplomate a ajouté, « malgré la campagne contre notre démocratie et les boycotts orchestrés de Washington et
Bogotá, le 21 novembre, le peuple vénézuélien réaffirmera ses valeurs de civilité profondément enracinées, avec la tenue d’élections pour les gouverneurs et les maires, donnant une nouvelle leçon démocratique à ceux qui cherchent à salir la dignité du Venezuela et de ses autorités légitimes ”.

De même, et comme l’a rapporté à l’Assemblée générale des Nations Unies le président constitutionnel Nicolás Maduro, « mon gouvernement continuera de progresser dans le dialogue fructueux actuellement établi avec l’opposition vénézuélienne à Mexico, qui, nous l’espérons, sera une garantie de plus pour la plénière. session. jouissance des droits de l’homme de mon peuple, y compris les droits
économique et social touchés par le MCU illégal », condamné.

Enfin, il a réitéré la volonté du gouvernement vénézuélien de « continuer à coopérer avec ce Conseil et avec le Bureau du Haut
Commissaire, en vertu des principes universels de respect de la souveraineté et de non-ingérence dans les affaires intérieures des États », a-t-elle déclaré.

Vous pourriez également aimer...