Le Brésil

Le virage à droite de Ciro aide le « chaos » Pocketnarist, selon un analyste

São Paulo – Selon la politologue et professeur à la PUC-SP Rosemary Segurado, le président du PDT, Ciro Gomes, « veut occuper la place de droite de toute façon ». L’attente est d’attirer des électeurs de ce domaine mécontents du président Jair Bolsonaro. « Mais ce virage à droite a un prix très élevé, qui est de maintenir le pays dans ce chaos dans lequel nous vivons, qui n’intéresse que l’extrême droite », estime l’analyste.

Dans une interview avec Glauco Faria, pour le Journal actuel du Brésil, ce vendredi (15), Rosemary affirme que Ciro a commis de « graves erreurs » lorsqu’il a déclaré que l’ancien président Luiz Inácio Lula da Silva aurait comploté pour renverser sa successeur, Dilma Rousseff. Selon l’analyste, il s’agit d’un « mensonge », qui devrait même donner lieu à des poursuites judiciaires contre le pédetiste.

« Il est important de rappeler que la destitution de l’ancienne présidente Dilma et les 580 jours d’emprisonnement de Lula faisaient partie de ce coup d’État des élites du pays. Et ce que Ciro fait, c’est approuver cela », a déclaré le politologue. Pour elle, le pédetiste se comporte comme un « garçon gâté » qui perd la partie. Par ailleurs, elle rappelle que l’ancien gouverneur du Ceará, en plus de trois décennies de vie publique, n’a construit ni parti ni organisation sociale.

« Cyrus est un perturbateur. Il l’a toujours été. Et qu’attendre d’une personne qui a eu la voix qu’il avait (en 2018) au premier tour, et au lieu de se joindre aux efforts des forces progressistes, alors qu’il était encore possible d’empêcher Bolsonaro d’arriver au pouvoir, voyager à l’étranger ?, a demandé Rosemary . Elle a également qualifié de « sexistes » et de « misogynes » les attaques contre Dilma.

Brizola et la « grenouille barbue »

Rosemary a déclaré que Ciro devait des excuses à Lula et Dilma. De plus, il devrait s’inspirer de l’ancien gouverneur Leonel Brizola, l’un des fondateurs du PDT. Au second tour des élections de 1989, le leader syndical n’avait aucun doute sur son soutien à Lula contre Fernando Collor, devenant un important caporal électoral de la « grenouille barbue », comme il qualifiait en plaisantant le PT. En 1998, cette alliance s’est renouvelée au premier tour, avec Brizola comme adjoint de Lula.

«Ciro pouvait se souvenir et être inspiré par Brizola. Il a parfaitement le droit d’être candidat. Mais essayer d’occuper l’espace d’une troisième voie anti-Lula était tout ce dont le PDT, l’histoire du PDT et Ciro Gomes n’avaient pas besoin », a déclaré le professeur.

troisième voie

Toujours sur la soi-disant troisième voie, Rosemary dit qu’il y a un manque de propositions et de candidats. « En gros, tout manque. » Elle souligne que l’avancée de la faim et les records de chômage qui affectent le pays n’apparaissent pas dans le discours des candidats dans ce champ politique. « Un projet de construction au Brésil doit placer ces questions comme une priorité absolue. »

regarder l’interview

Ecriture : Tiago Pereira

Vous pourriez également aimer...