Le Brésil

l’économiste explique la hausse des prix

Brasil de Fato – L’inflation n’est pas seulement un phénomène monétaire, qui peut être résolu par de petites réformes de la politique économique. Elle est liée au rôle que jouent les pays dans le capitalisme mondial, à la manière dont ils dictent ou absorbent les tendances et où leur richesse est transférée.

C’est dans cette optique que l’économiste Leonardo Leite, professeur à l’Université fédérale Fluminense (UFF), analyse un problème qui intrigue du Fonds monétaire international (FMI) aux millions de travailleurs qui ont perdu des revenus dans la pandémie et sont confrontés à une hausse prix dans les supermarchés.

« Savez-vous ce qui cause l’inflation dans les pays périphériques ? Impérialisme! », il a écrit Lait le 13, sur votre compte Twitter.

Entre critique et éloge, le post – qui explique et démontre graphiquement son hypothèse – lui a fait doubler le nombre de followers sur le réseau social.

Pour le professeur à l’UFF, la répercussion démontre l’actualité du sujet et la pertinence de l’analyse, qu’il entend développer dans la recherche académique.

L’impérialisme, auquel Leite fait référence, est l’ensemble des politiques du domaine économique, politique et culturel que les pays riches exercent sur ceux à la périphérie du capitalisme mondial, comme le Brésil.

L’économiste, qui fait partie du Centre interdisciplinaire d’études et de recherches sur Marx et le marxisme (Niep-Marx), explique pourquoi augmenter le taux d’intérêt ne résoudra pas le problème de l’accès aux biens et à la nourriture.

Dans son interprétation, le problème nécessite des changements structurels, qui vont de l’encouragement de l’agriculture familiale à la réforme urbaine.

Découvrez les meilleurs moments de l’interview de Leonardo Leite

L’inflation est souvent traitée uniquement comme un phénomène monétaire, qui pourrait être contrôlé par des mesures telles que l’augmentation des taux d’intérêt. Cela a été l’option de Bolsonaro et Paulo Guedes et, même ainsi, les prix continuent d’augmenter. Pourquoi cela arrive-t-il ?

Léonard Leite : je suivais hier [21/10]
une discussion de la Banque centrale européenne, avec le président du FMI, entre autres. Et l’un des économistes qui ont participé à l’événement a attiré l’attention sur le fait que nous n’avons pas de théorie de l’inflation.

Ainsi, même les théoriciens libéraux, les économistes traditionnels, ne savent pas exactement ce qu’est l’inflation et comment elle est causée.

On entend souvent parler uniquement des taux d’intérêt, mais l’inflation n’est pas qu’un phénomène monétaire. Ce n’est pas seulement une plus grande quantité de monnaie en circulation qui provoque l’inflation.

Le Brésil n’est pas un pays qui produit des tendances dans l’économie mondiale. Il s’y insère de façon subordonnée et reçoit, absorbe ces tendances.

Nous avons une histoire d’inflation qui n’est pas récente. C’est un problème récurrent depuis les années 50 et 60. Tout le monde se souvient que, dans les années 80, nous avons également eu une très grosse crise inflationniste.

Et ce n’est pas seulement au Brésil. L’inflation moyenne dans les pays dits périphériques, qui ont cette insertion subordonnée, est plus élevée que dans les pays développés.

Le soi-disant G7 des économies mondiales a une inflation beaucoup plus faible, et c’est historique. Il y a donc des éléments structurels importants qui expliquent cela. Ce n’est pas seulement une erreur de politique économique.

Dans notre cas, l’inflation est surtout associée au prix du dollar. C’est le point clé. Lorsqu’il augmente, il génère une série d’effets qui produisent des hausses de prix.

Même le FMI, dans les Perspectives de l’économie mondiale, publié récemment, montre que l’accélération de l’inflation est associée à des épisodes de dévaluation de la monnaie.

L’augmentation du prix du dollar rend, d’une part, les produits que nous importons. Et, en même temps, par exemple, nous avons actuellement un problème au Brésil avec le prix de la viande. Pourquoi ça augmente, avec la dévaluation du taux de change, si on n’importe pas de viande ? Parce que les grands abattoirs ont réduit l’offre du marché intérieur pour envoyer des marchandises à l’étranger.

Ainsi, la diminution du volume des marchandises sur le marché intérieur augmente le prix.

L’appréciation du dollar n’est pas le fruit du hasard. Nous parlons de la monnaie des États-Unis, des décisions qui sont prises par les hommes d’affaires et les opérateurs des marchés financiers de l’hémisphère nord et qui ont un impact sur la vie des travailleurs brésiliens. Est-ce pour cela que vous maintenez que l’impérialisme est l’une des causes de l’inflation dans les pays périphériques ?

Exactement. Quand on analyse la situation économique, il y a des éléments qui sont structurels. Par exemple, l’impérialisme. Il façonne la façon dont nous nous connectons avec les autres économies du monde.

Nous avons tendance à transférer des valeurs vers le reste du monde. C’est un point clé partagé par l’ensemble de l’Amérique latine.

Les entreprises opérant au Brésil transfèrent des valeurs à l’étranger de plusieurs manières. Par exemple, une partie des sociétés transnationales opérant au Brésil envoient des bénéfices à l’étranger. Ainsi, en fin d’année, l’entreprise génère un montant qui est rapatrié par le siège.

Et il existe plusieurs autres canaux : paiement des intérêts sur la dette extérieure, paiement des redevance…. À travers le commerce international, il existe également une série de processus de transfert de valeur à l’étranger.

Il s’agit essentiellement d’un transfert de richesse produite ici – d’argent, en fin de compte.

Ce transfert génère en permanence une pression et une pénurie de dollars, donc le prix augmente ici.

L’inflation des années 1980, par exemple, est étroitement associée à la crise de la dette extérieure, à la hausse des taux d’intérêt aux États-Unis et à la fuite des richesses là-bas. Donc, il y a plusieurs épisodes qui expliquent et nous montrent comment cela s’est passé.

Ces épisodes récurrents de crise inflationniste au Brésil ont des points communs, mais aussi des particularités – comme ceux que vous avez évoqués à propos des années 1980. Quelle est la spécificité du moment actuel de prix élevés ? La désindustrialisation et la dépendance croissante vis-à-vis de l’agrobusiness sont-elles des facteurs déterminants ?

Les entrepreneurs choisissent souvent d’investir leur argent en Bourse, dans des obligations d’État, des bitcoins, au lieu de faire un investissement productif, ce qui augmenterait l’offre de produits et aurait un impact sur l’inflation.

Ainsi, la reprimarisation de notre économie, associée à cette financiarisation, sont deux traits décisifs de la période actuelle.

La hausse des taux d’intérêt, pour tenter de maîtriser l’inflation, pourrait-elle avoir l’effet inverse, stimulant davantage la financiarisation ? Quelle est l’alternative dans ce cas ?

Le taux d’intérêt a deux rôles fondamentaux. L’une consiste à déprimer, à ralentir l’économie. Mais c’est une tragédie dans un pays qui traverse une crise sociale comme celle à laquelle nous assistons.

C’est un mécanisme qui ralentit également le marché du travail.

Un autre aspect est que l’augmentation du taux d’intérêt attire les capitaux spéculatifs de l’extérieur vers l’intérieur. C’est une tentative d’inverser ce transfert de valeur, en apportant des dollars au Brésil.

Qu’est-ce qui ne va pas avec ça? Les États-Unis traversent actuellement une période qu’ils appellent le « resserrement monétaire ». Ils commencent à réduire les stimuli gigantesques qu’ils ont ajoutés après la crise de 2008 et qu’ils ont renforcés avec la pandémie. Et, dans peu de temps, les taux d’intérêt augmenteront.

Donc, cette hausse des taux d’intérêt ici tend à s’annuler, car ce capital a intérêt à aller aux États-Unis, où il a un gain plus certain.

Autrement dit, le taux d’intérêt n’est pas le mécanisme idéal pour lutter contre l’inflation.

L’inflation au Brésil a aujourd’hui deux composantes principales : le prix du dollar, que j’ai déjà évoqué, et la crise énergétique, une pénurie d’eau qui a entraîné une augmentation du coût de production de l’électricité.

D’où vient cette crise énergétique ? De l’utilisation de l’eau. Et qui d’autre utilise l’eau au Brésil ? L’agro-industrie, qui est également le principal exportateur.

Cette année, selon l’IBGE, nous aurons une récolte de soja record. Cette récolte est exportée. Ainsi, l’exportation de soja est aussi une exportation d’eau, car l’eau est incorporée dans la production.

Il y a donc une série de mécanismes de nature plus structurelle qu’il faudrait faire. Par exemple, une composante importante de l’inflation au Brésil est la nourriture.

L’inflation du panier alimentaire de base est de 16 % cette année. Qui produit de la nourriture au Brésil ? L’agriculture familiale. Ainsi, des mécanismes sont nécessaires pour encourager l’agriculture familiale, la réforme agraire, qui élargirait l’offre d’aliments sains sur la table brésilienne.

Ainsi, j’ai du mal à voir des mécanismes de politique économique capables d’inverser ce processus. À moins que des mécanismes qui stimulaient la production, en fait. Mais cela nécessiterait une série de réformes structurelles.

Par exemple, 16 % de l’inflation provient du logement. Les prix des loyers montent en flèche. Quel est le moyen de s’en sortir ? Une réforme urbaine, qui utilise une partie des logements inoccupés à des fins sociales, ce qui réduirait la pression sur les loyers.

En d’autres termes, il me semble qu’avec un ensemble de réformes structurelles populaires, il est possible de s’attaquer à l’inflation sans aggraver la vie des gens.

Les réformes que vous évoquez conduisent à penser les problèmes économiques au-delà de la « boîte » du libéralisme. C’est l’une des propositions de la théorie marxiste de la dépendance, qui a eu de larges répercussions en Amérique latine à partir des années 1960. Voyez-vous des contributions importantes dans cette théorie pour penser le Brésil du 21e siècle ?

Nous sommes dans une crise très grave, radicale et très dramatique. Nous voyons des scènes de barbarie dans notre vie quotidienne. Nous normalisons les gens qui récupèrent les camions à ordures, qui s’attaquent aux carcasses de bœuf. D’un point de vue écologique, il s’agit d’une crise tout aussi grave, dont la solution palliative ne résoudra pas le problème.

Ainsi, une crise des proportions que nous vivons actuellement ne peut être surmontée que de manière positive, pour l’ensemble de la population, en sortant des sentiers battus.

L’ensemble des solutions mises en œuvre jusqu’à présent n’a pas fonctionné, nous devons donc penser à différentes alternatives.

Nous avons des théories construites par des penseurs d’Amérique latine qui nous aident à comprendre les problèmes d’aujourd’hui. L’un d’eux est la théorie marxiste de la dépendance, bien que les premiers travaux datent des années 1960 et 1970.

L’auteur de base de cette théorie est Ruy Mauro Marini, qui construit une interprétation très particulière du capitalisme latino-américain.

Le point clé est le lien entre l’insertion de l’Amérique latine dans le capitalisme mondial, qui génère un processus de dépendance par l’impérialisme, avec la surexploitation de la force de travail.

C’est une main-d’œuvre de moins en moins payée, avec de moins en moins accès aux biens et services – un niveau de vie qui se dégrade.

Aujourd’hui, les États-Unis subissent une restructuration du marché du travail. Avec l’injection de milliards de dollars de ressources dans l’économie, il y a croissance économique, avec un chômage à un niveau très bas. Le pouvoir de négociation des travailleurs augmente, les salaires augmentent.

Ainsi, les entreprises adoptent des technologies qui permettent d’économiser, d’économiser et d’éliminer le travail du processus de production. Pas seulement là : si nous allons dans n’importe quel réseau de Fast food au Brésil, nous constatons une tendance à l’automatisation, avec de moins en moins d’employés au service.

Ces innovations technologiques, cette automatisation, seront intégrées au processus de production au Brésil. Les entreprises brésiliennes, désireuses de profiter davantage, intégreront ces techniques, créant une crise dramatique dans le monde du travail.

Ces travailleurs vont vers la marginalité sociale, vers un processus d’appauvrissement plus accéléré, qui est la surexploitation de la force de travail.

Prendre conscience de la pertinence de ces concepts. Et penser le Brésil à partir d’eux exige des solutions qui transforment radicalement notre réalité. Autrement dit, les solutions palliatives ne résoudront pas le problème.

Vous pourriez également aimer...