Le Brésil

« L’enquête sur les fausses nouvelles limite les délires des escrocs »

São Paulo – Le ministre de la Cour suprême fédérale (STF) Gilmar Mendes a défendu ce lundi (13) que la Cour adopte l’idée de « démocratie combattante ». Comme il l’a défini, il ne devrait y avoir aucun espace pour « défendre le droit de ceux qui veulent éliminer la démocratie ». Le ministre a participé à l’édition spéciale du programme Entrevue de 20 minutes du portail Opéra du monde, par le journaliste Breno Altman.

Gilmar a été interrogé sur sa récente déclaration au journal Folha de São Paulo que les institutions « doivent croire en la bonne foi de Bolsonaro ». La déclaration a été comprise comme un nouveau « pardon » pour ceux qui ont brisé les limites institutionnelles de la République. Le journal a imprimé la sentence de Gilmar samedi (11), deux jours après la Déclaration à la nation, dans laquelle le président a reculé devant le ton proche du coup d’État qui a marqué ses déclarations lors des manifestations antidémocratiques du 7 septembre.

À Opéra du monde, cependant, Gilmar Mendes a répondu qu’il était « irrité » par le titre du Feuille, « parce que ce que j’ai dit était devant la note. « Même parce que je ne pouvais pas nier la validité de la déclaration écrite par le président de la République. » Malgré la justesse du ton, le ministre a évité à contrecœur de dire si ce ne serait pas le moment de prendre des positions « plus drastiques » des institutions face aux menaces de coup d’État récurrentes de Bolsonaro contre la démocratie. Le désormais doyen du STF a préféré mentionner qu’il défend l’ouverture d’enquêtes et a cité, en exemple, la posture du Tribunal supérieur électoral (TSE) face aux attaques contre le système électoral des machines à voter électroniques.

coup d’illusions

« Je suis passé deux fois par le TSE (en tant que président). Je sais à quel point toute la question de la sécurité des urnes est grave. Je sais pourquoi nous sommes arrivés à l’urne électronique : parce que nous avons eu de la fraude dans l’autre système. J’ai commencé à soupçonner que tout ce discours de doute sur la machine à voter électronique était, au final, de générer une méfiance qui justifierait d’autres mesures », a-t-il souligné. Gilmar Mendes a également utilisé comme exemple l’enquête sur les fausses informations du STF, menée par le ministre Alexandre de Moraes, qui enquête sur la divulgation de fausses informations.

Son impression est que « le Brésil se serait déjà glissé dans un projet autoritaire, n’eût été l’enquête sur les fake news, qui a en quelque sorte fixé des limites à nombre de ces délires », a-t-il défendu. Le magistrat s’est souvenu des manifestations, menées par des partisans du président, au premier semestre de l’année dernière. Déjà sous la pandémie de covid-19, les pocketnaristas ont manqué de respect aux mesures sanitaires pour crier à la fermeture de la Cour suprême et du Congrès national. Dans l’une des attaques, un groupe a lancé des feux d’artifice sur le bâtiment de la Cour suprême.

« Ensuite, il a été découvert, avec l’enquête sur les fausses nouvelles, que des entrepreneurs finançaient ce processus. (…) Pour passer de là aux organisations paramilitaires, nous n’étions peut-être pas très loin », a-t-il déclaré. « Nous devons donc reconnaître et continuer à travailler pour la défense et la protection de l’institutionnalité. J’ai toujours dit que la liberté d’expression est une chose, les attaques contre les institutions en sont une autre. Quiconque pose avec des armes à feu ou défend la mort d’un ministre, ou dit qu’il va le tabasser à un moment donné, n’exerce évidemment pas la liberté d’expression.

Lavage de voiture et autoritarisme

Toujours sur les actions du 7 septembre, Gilmar Mendes a souligné qu’il ne croyait pas à un « auto-coup » de Bolsonaro. Et il a plaisanté en disant que le président lui-même semble se frapper lui-même et le pays. « Nous sommes sous la pandémie. Si vous regardez, l’Europe fait un énorme effort de réinvention économique. Les États-Unis, avec ce « paquet Biden ». Et nous discutons de la possibilité ou du soupçon de fraude dans une élection où le sujet a remporté l’élection, un candidat initialement improbable. Nous discutons maintenant du coup! Ensuite, il ferme la Cour suprême, ferme le Congrès, ferme les Assemblées législatives, nomme les intervenants… Faisons entrer les adultes dans la salle et traitons les problèmes graves.

L’entretien, qui avait pour thème « Que faire de la justice ? », a également abordé les pratiques promues par l’opération Lava Jato. Selon Gilmar Mendes, « hormis l’épisode du 7 septembre », en plus de 30 ans de Constitution de 1988, le Brésil n’était que voisin d’un modèle autoritaire « dans la soi-disant République de Curitiba ».

Pour lui, une opération aux caractéristiques judiciaires, politiques et économiques « néfastes » de Lava Jato – qu’il qualifie de « plus grand scandale judiciaire de notre histoire » – devrait obliger le pays à repenser sa justice.

comme une sorte de ma faute, le ministre STF a ajouté que « nous tous qui sommes gestionnaires d’une certaine forme de justice, du Conseil fédéral de justice lui-même, n’avons pas eu la portée de ce phénomène, qui a violé le cadre juridique et mené des persécutions politiques.

justice et médias

« Parce que ce qui a été fait en fait était un chantage exprès et explicite. « Oh, faisons une enquête dans le bureau de votre fils », ont-ils dit au ministre STJ. Ou cela a été planté dans la presse. N’oublions pas qu’une partie des médias a joué un très grand rôle dans cette. Elle s’est alliée à ce modèle que « rien ne peut être fait contre le modèle de Curitiba ». Au point que ces personnes ont eu l’audace de présenter ces 10 mesures (contre la corruption) qui ont été prises au Congrès et défendues par nul autre qu’Onyx Lorenzoni », a-t-il rappelé, citant l’actuel ministre du Travail et du Bien-être de Bolsonaro.

À Opéra du monde, le ministre s’est également prononcé en faveur de la séparation de la magistrature entre le juge d’instruction et le juge de condamnation pour le contrôle du ministère public et de la police. Et il a défendu des mesures pour lutter contre l’incarcération de masse.

Consultez l’interview dans son intégralité

Rédaction : Clara Assunção

Vous pourriez également aimer...