Le Venezuela

L’Équateur, le Pérou et la Bolivie sont mesurés aux urnes

Les Équatoriens éliront au second tour le président qui remplacera l’actuel président Lenín Moreno. Lors du scrutin, l’économiste Andrés Arauz, de l’Unión por la Esperanza, soutenu par l’ancien président Rafael Correa, et le banquier de droite Guillermo Lasso, du mouvement Creando Oportunidades, candidat à la présidence pour la troisième fois seront mesurés .

Arauz est attaché à l’intégration latino-américaine et au respect de la souveraineté des pays, tandis que Lasso, dans la campagne présidentielle pour la troisième fois, défend les projections politiques de la droite traditionnelle.

Avec une campagne politique marquée par les restrictions de la pandémie de coronavirus, les candidats se sont accrochés aux réseaux sociaux pour tenter de conquérir l’électeur le moins idéologique, dont le désenchantement a été approfondi par la crise actuelle.

Bien qu’Arauz ait remporté le premier tour électoral avec plus de 32% de soutien, pour le scrutin, il reste en avance sur l’intention de voter, mais avec une marge de différence légèrement plus étroite par rapport à Lasso.

La dernière enquête du chercheur Market prédit qu’il y aura un « lien technique » entre Arauz et Lasso. Les deux candidats contestent le vote des autochtones qui représentaient 19,39% des voix au premier tour électoral. Cependant, le mouvement indigène a appelé à un vote nul, après que son candidat Yaku Pérez ait perdu le premier tour.

Le Pérou sans favori. Plus de 25 millions de Péruviens s’apprêtent à élire ce dimanche un président qui garantit la stabilité politique et surmonte la crise institutionnelle provoquée par la démission de trois chefs d’État.

Les bulletins électoraux présentent 18 candidats qui aspirent à gouverner pendant cinq ans à compter du 28 juillet, mais aucun ne dépasse 10% de soutien pour ce premier tour électoral.

Pedro Castillo, candidat du parti Pérou Libre, la gauchiste Verónica Mendoza de Juntos por Perú, le populiste Yonhy Lescano et les néolibéraux Keiko Fujimori, Hernando de Soto, Rafael López Aliaga et George Forsyth sont les candidats qui ont le plus de chances de participer au scrutin. où la seule chose sûre est l’incertitude avant le second tour électoral du 6 juin.

« Ce sont les élections les plus fragmentées de l’histoire », a reconnu le président du bureau de vote d’Ipsos, Alfredo Torres, qui a ajouté qu ‘ »il n’y a pas de candidats aux racines populaires, nous avons des mini-candidats ».

Les migrants péruviens au Chili ne pourront pas voter en raison de restrictions dues à la pandémie et au Venezuela non plus par décision du gouvernement péruvien.

Régionaux en Bolivie. La Bolivie a également des élections demain avec le second tour pour élire les autorités régionales des départements boliviens de La Paz, Chuquisaca, Pando et Tarija, car leurs candidats n’ont pas passé 40% des voix aux élections de mars.

L’élection s’annonce comme une victoire pour le Mouvement pour le socialisme (MAS), qui le confirmerait comme la principale force politique du pays et assurerait la gestion du président Luis Arce.

Défis urgents

Pour l’Équateur, la victoire d’Andrés Arauz au premier tour signifie que Correísmo continue d’être la force politique la plus puissante du pays. Cependant, Lenín Moreno laisse plusieurs problèmes importants à résoudre. Une dette importante qui a impacté l’économie, avec l’augmentation du chômage et de la pauvreté.

Si regagner la confiance dans la classe politique est le plus grand défi que devra relever le prochain président péruvien, après que tous les anciens présidents des 30 dernières années aient été poursuivis pour corruption. Outre 70% du travail informel, la pauvreté qui touche près de 30% de la population et la pandémie qui a fait 54 000 morts.

Vous pourriez également aimer...