Le Brésil

Les actes #19J sont le mouvement de la société, selon l’ancien président Lula

São Paulo – L’ancien président Luiz Inácio Lula da Silva a déclaré que les manifestations de samedi prochain (19) contre le gouvernement Bolsonaro, actes #19J, sont un appel à la société « à protester contre le mauvais gouvernement et contre le génocide ». Les actes sont prévus dans au moins 319 villes à travers le pays. « La société a commencé à marcher », a ajouté l’ancien président, qui n’est pas attendu. « Ma participation ne peut pas être exploitée par les médias, que Lula a manipulé l’acte et est devenu un élément de campagne. »

Lula a parlé dans une interview en direct pour le Pan News dans Natal Magazine, ce jeudi (17). Il a rappelé l’inquiétude des manifestants face aux mesures de précaution dans les actes #19J. « Tout le monde porte un masque, la plupart sont avec du gel hydroalcoolique. Même s’ils sont dans la rue, les gens profitent de leur vie et se protègent. Une différence substantielle avec l’acte du président, qui ne porte pas de masque et nie effectivement le vaccin comme solution. Nous voulons construire le Brésil et il veut détruire le Brésil.

innocents

Au programme, le président a été beaucoup interrogé sur les élections – environ une troisième voie de la majorité silencieuse – ainsi que sur la polarisation et la candidature. À propos de la supposée majorité silencieuse, a-t-il plaisanté. « En politique, tout est permis, sauf être innocent. Il n’y a pas de majorité silencieuse », a-t-il déclaré, ajoutant que l’homme d’affaires Guilherme Afif Domingos était le créateur de l’expression dans la campagne présidentielle de 1989. « Il a dit que la majorité silencieuse voterait pour lui et la majorité silencieuse est apparue dans le deuxième tour votant pour moi , votant pour (Fernando) Couleur. »

Lula se souvint d’un récent déjeuner entre deux parties dans un camp à la recherche de la troisième voie. Il a répondu que le pays a besoin d’avoir des partis politiques basés sur la vraie société. « Ce que nous avons, c’est un ensemble de coopératives adjointes » qui se réunissent pour une élection. Il a ajouté qu’il fait partie de ceux qui défendent que les partis mettent des noms dans la course présidentielle : « Tout le monde met son visage, demande un vote et ensuite nous valorisons le peuple. Choisissez les deux meilleurs, qui concourront au second tour et l’un deviendra président de la République. C’est le jeu démocratique ». « Chaque parti politique devrait avoir le droit et l’honneur de lancer un candidat à la présidence de la République, point final !

Polarisation

L’ancien président a déclaré qu’il n’y a pas de polarisation idéologique dans le pays aujourd’hui. « C’est une polarisation entre la société démocratique brésilienne et une petite partie des milices qui servent Bolsonaro », dit-il. « Aujourd’hui, il y a un fasciste au pouvoir, un génocide, qui ment chaque jour », luttant contre la démocratie. « Un citoyen qui utilise le fausses nouvelles. Son plaisir est de mentir, de taquiner, de manquer de respect aux gens. Et malheureusement, il y a encore une partie de la société, qui n’est pas la majorité, Dieu merci, qui est d’accord avec ce genre de bêtises dont il parle. Il a ajouté que le président doit se comporter dans le respect de la société et des personnes. « Ce n’est rien de plus que le liquidateur d’une nation. »

Pourtant, il a rappelé qu’il avait joué dans plusieurs élections polarisées. « La société n’est pas statique, un poteau coincé dans le sable, ça bouge. Et c’est pourquoi il a une campagne. A nous d’essayer d’émouvoir les gens avec leurs idées et d’essayer de les convaincre. Je préfère une élection polarisée à une élection apathique.

Il faut qu’on parle

Dans ses mouvements politiques, Lula a déclaré qu’il recherchait des personnes qui souhaitent construire un programme pour réparer le Brésil. « Je vais chercher des personnes à qui parler, car je pense que dans un pays démocratique et civilisé, les personnes qui se présentent aux élections ne sont que des opposants momentanés », dit-il. « Il faut qu’on parle. Aujourd’hui, nous avons un Président de la République qui ne s’est pas montré civilisé, qui ne respecte pas la science, la médecine, les noirs, les LGBT, l’université. C’est un destructeur de choses. Il n’a aucune relation internationale, personne ne veut lui parler. Le Brésil n’est plus isolé à cause des matières premières », a-t-il déclaré.

Plafond des dépenses

L’expansion de Bolsa Família a été abordée contre le plafond des dépenses, et Lula a été incisif en disant qu’il révoquerait la règle. « Qui se soucie du plafond des dépenses ? Au système financier, aux banquiers ? Le plafond des dépenses ne peut pas exister dans un pays qui a les engagements envers le peuple que le Brésil doit avoir. Il faut arrêter de confondre investir dans les pauvres et dépenser. Quand vous prenez un milliard et que vous le donnez à un homme riche, c’est un investissement, vous ne savez même pas s’il va investir correctement. Quand il prend 300 R$ et le donne à un pauvre, il est dépensé. Ce n’est pas du gaspillage d’investir dans l’éducation. Les dépenses, c’est lorsque vous investissez de l’argent et qu’il n’y a aucun retour. Et dans un atout comme la citerne, elle apporte une qualité de vie, des bénéfices pour la population. Le salaire apporte du pouvoir d’achat. Nous allons lever le plafond des dépenses. Il est important que tous les électeurs le sachent.

IPC et économie

L’IPC de Covid, au Sénat, faisait également l’objet du programme, et Lula a déclaré que la commission doit faire le travail le plus équitablement possible, sans précipitation. « Je ne fais pas partie de ceux qui sont pressés. » Il a été interrogé plus d’une fois sur sa candidature, et il a répété que le moment était venu pour d’autres luttes, telles que l’augmentation de l’aide d’urgence, le crédit aux petits entrepreneurs et l’investissement dans les infrastructures. «Pour que je sois candidat, il faut que les partis veuillent, que mon parti veuille que je sois en très bonne santé, car je ne vais pas jouer avec le peuple brésilien, et il faut construire une gamme de soutiens en les États. »

L’ancien président a parlé de l’économie locale et a déploré la perte de près de 4 milliards de reais des investissements de Petrobras dans le Rio Grande do Norte. « Ils essaient de privatiser tout ce qui existe de Petrobras à Rio Grande do Norte », a-t-il déclaré. « Cela pourrait perdre jusqu’à 100 000 emplois dans l’État », a-t-il ajouté.

Vous pourriez également aimer...