Le Brésil

Les anticorps contre le covid-19 peuvent passer aux bébés par le lait maternel

Agência Brasil – L’allaitement maternel génère d’innombrables bénéfices pour la femme et son bébé, tant en termes d’aspects nutritionnels et émotionnels pour le couple, qu’en termes de vaccination et de protection contre les maladies pour le nouveau-né et pour la mère. Une étude menée par l’Université de São Paulo (USP) a révélé que les mères vaccinées contre le covid-19 produisent des anticorps qui peuvent être transmis au nouveau-né par le lait maternel.

Menée par l’Hospital das Clínicas (HC) de l’École de médecine de l’USP et réalisée par l’Institut de l’enfance et de l’adolescence, la recherche a indiqué la présence d’anticorps dans le lait de collaboratrices allaitantes de l’HC, immunisées avec le vaccin Coronavac, de la Institut Butantane.

Selon l’étude, il a été observé que la deuxième dose a entraîné une augmentation du niveau d’anticorps chez les femmes enceintes. Et, chez certains des collaborateurs, des niveaux élevés d’anticorps contre le covid-19 sont restés dans le lait maternel même après quelques mois d’allaitement.

« Le lait maternel est important précisément parce qu’il contient un large répertoire d’anticorps, accumulés tout au long de la vie de la femme enceinte », explique le professeur Magda Carneiro Sampaio, du département de pédiatrie de la faculté de médecine de l’USP, vice-présidente du conseil d’administration de l’institut. des Directeurs de l’Enfant de la HC.

«Ce que montre l’étude, c’est que ce vaccin est également intégré au répertoire maternel et que la mère transmet cet anticorps au bébé plusieurs fois par jour. cet anticorps [advindo do leite] c’est très intéressant, car il a une action fondamentalement locale, presque rien n’est absorbé. Son action se situe dans tout le tractus gastro-intestinal du bébé », a déclaré le professeur qui, depuis plus de 30 ans, développe une ligne de travail sur l’étude du lait humain.

bons vaccins

Le chercheur souligne que des études équivalentes ont été menées dans d’autres pays, comme Israël, les États-Unis et l’Espagne. C’est pourquoi les vaccins Pfizer, Moderna et Oxford/Astrazeneca induisent également des anticorps dans le lait. « Fondamentalement, cela montre que Coronavac, notre vaccin le plus largement disponible au Brésil, est un bon vaccin », explique Magda.

« Parmi ceux que nous avons disponibles ici en plus grande quantité, c’est le plus adapté aux femmes enceintes en raison du problème de thrombophilie », explique le professeur, sur la base des preuves recueillies dans le travail. Les femmes enceintes constituent le groupe à risque covid-19 et la tendance à former des caillots sanguins [trombofilia] est plus important dans cette période.

entités médicales

Les sociétés médicales au Brésil ont suivi les directives de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) qui recommande la vaccination pour les femmes allaitantes et ne recommande pas l’interruption de l’allaitement après la vaccination.

Bien que des études prouvent la présence d’anticorps dans le lait maternel, les cas confirmés dans l’organisme des bébés sont encore isolés. Au Brésil, il y a un épisode enregistré à Tubarão (SC) où un bébé de 2 ans, allaité par la mère qui avait été vaccinée, a reçu la confirmation d’anticorps SARS-COV 2 grâce à un examen ordonné par le médecin.

Selon la pédiatre Flávia Bravo, présidente de la Commission d’information et d’orientation de la Société brésilienne de vaccination (SBIm), il n’y a toujours pas suffisamment de preuves montrant que les anticorps transmis par le lait maternel peuvent vraiment protéger les bébés.

« La protection du bébé réside principalement dans la protection du nourrisson qui ne transmettra pas le covid-19 à son bébé. Il n’y a aucune preuve montrant que les anticorps passés dans le lait maternel peuvent réellement protéger les nourrissons [bebês ou crianças que mamam no peito], c’est donc une preuve qui nous manque », souligne Flávia.

Pour celles qui allaitent, le médecin dit que les vaccins sont sans danger. « Des vaccins ont été appliqués aux nourrissons depuis qu’ils ont été approuvés dans le monde et ce que nous voyons, c’est qu’ils sont aussi sûrs que pour toute autre femme, il n’y a pas de risque spécifique impliquant les nourrissons qui ont dépassé la période de puerpéralité ».

La seule restriction existante concerne les femmes qui allaitent dans les 45 premiers jours suivant l’accouchement, la puerpéralité. « À ce stade, il existe une précaution pour éviter les vaccins à vecteur viral, tels qu’Oxford/Astrazeneca et Janssen, en raison d’un événement indésirable qui est arrivé à une femme enceinte ici au Brésil et il s’agit d’une mesure de précaution ».

prendre le vaccin

La Fédération brésilienne des associations de gynécologie et d’obstétrique (Febrasgo) et la Société brésilienne de mastologie recommandent également aux femmes allaitantes de se faire vacciner contre le covid-19.

« Febrasgo recommande la vaccination anti-covid des nourrissons, non seulement pour la protection de la mère, mais aussi pour la protection du nouveau-né. Il existe des études qui prouvent déjà ce transfert par le lait maternel et nous ne savons tout simplement pas si la quantité d’anticorps transférés garantit la protection du nouveau-né. La femme qui allaite en post-partum ou la femme qui allaite qui a pris le vaccin n’a pas besoin d’interrompre l’allaitement », a souligné la gynécologue Cecília Roteli Martins, présidente de la Commission nationale spécialisée dans les vaccins de la fédération.

« Les femmes enceintes et allaitantes courent un risque accru d’infection par le covid-19. Concernant la marque, nous avons contre-indiqué, au Brésil, l’utilisation de vaccins à virus inactivé (Oxford/Astrazeneca et Janssen) pendant la grossesse et la période puerpérale. En dehors de cette phase, dans l’allaitement, il peut s’agir de n’importe laquelle d’entre elles », a déclaré le docteur Beatriz Gerônymo, de la Commission d’allaitement de l’entité de la Société brésilienne de mastologie.

E-lactancia est favorable à la vaccination covid par les nourrissons, la qualifiant de « situation très sûre ». Le site est principalement destiné aux études de compatibilité des médicaments et substances utilisés par les femmes pendant l’allaitement,

En mars de cette année, la Société brésilienne de pédiatrie (SBP) était également en faveur de la vaccination de ce groupe. « Le SBP recommande catégoriquement la vaccination des femmes qui, dans leur opportunité de vaccination, allaitent, quel que soit l’âge de leur enfant, sans avoir besoin d’arrêter d’allaiter, soulignant tous les avantages des deux actions (vaccination et allaitement). « 

Groupe prioritaire

Même vaccinées, les mères doivent maintenir l’usage des masques, la distance sociale, éviter les foules, se laver les mains avec du savon et utiliser du gel hydro-alcoolique. Toutes les précautions nécessaires pour éviter la contamination par le covid-19 et d’autres maladies.

La loi 14 190/21 a ajouté aux groupes prioritaires pour la vaccination les nourrissons, les femmes enceintes, les femmes en post-partum ainsi que les enfants et les adolescents présentant un handicap permanent ou une comorbidité et les adolescents privés de liberté. La loi a été publiée au Journal officiel le 30 juillet.

Attention aux autres vaccins

Malgré l’importance des agents immunisants contre le covid-19 pour lutter contre la pandémie, les femmes qui allaitent ne peuvent pas oublier de prendre d’autres vaccins dans le calendrier de vaccination des adultes brésiliens. Le lait maternel protège non seulement contre le covid-19, mais contre de nombreuses autres maladies infectieuses.

En octobre 2020, la Société brésilienne de pédiatrie, SBim et Febrasgo ont publié un document technique traitant de la vaccination pendant la grossesse, la préconception et la puerpéralité. Le document informe, cité par des experts entendus par le Agence Brésil, que certains vaccins contre-indiqués pendant la grossesse devraient être recommandés pendant la période puerpérale, comme le ROR, la varicelle et le VPH, même pour celles qui allaitent.

D’autre part, indique le document, le vaccin contre la fièvre jaune doit être évité chez les mères qui allaitent jusqu’à ce que le bébé ait 6 mois. Si la vaccination est nécessaire, cependant, l’allaitement doit être interrompu pendant 10 jours après l’administration du vaccin. Après l’âge de 6 mois, la mère qui allaite peut recevoir le vaccin sans avoir à arrêter l’allaitement.

Mise à jour avant de tomber enceinte

Idéalement, la femme qui envisage une grossesse cherche à mettre à jour le carnet de vaccination pour se préparer à la grossesse, explique la pédiatre Tania Cristina Petraglia, secrétaire du service scientifique des Vaccinations à la SBP.

« Le vaccin ROR, qui protège contre la rougeole, les oreillons et la rubéole est un vaccin vivant, il est [vírus] atténué, mais il est vivant, il ne peut donc pas être appliqué pendant la grossesse. Il est préférable que la femme se fasse vacciner avant de tomber enceinte, donc la femme peut déjà avoir fait un traitement contre l’hépatite B, pour la diphtérie, le tétanos et le ROR avant de tomber enceinte », recommande Tania.

Pendant la grossesse, la femme devra prendre le vaccin contre la grippe et aussi le triple vaccin acellulaire de l’adulte, qui protège contre la diphtérie, le tétanos et la coqueluche, appelé dTpa.

« Cette protection contre la coqueluche est très importante pour le bébé, car les anticorps qui traversent le placenta vont le protéger de la coqueluche dans les premiers mois de vie, alors qu’il n’a pas terminé le schéma vaccinal, à six mois de vie », il détaille le docteur.

Calendrier de vaccination à jour

Pendant la pandémie, le médecin rappelle qu’il y avait une faible couverture vaccinale, non seulement pour les enfants, mais pour toutes les tranches d’âge. « Maintenant, avec la flexibilité, il est super important que tout le monde tienne le calendrier de vaccination à jour et ce n’est pas seulement pour les enfants, l’adulte correctement vacciné protège aussi l’enfant, car il forme un réseau de protection et c’est bon pour tout le monde, de la point de vue d’un point de vue individuel et du point de vue de la communauté, car la personne vaccinée contribuera à réduire la circulation des maladies ».

La pédiatre Flávia Bravo, présidente de la Commission d’information et d’orientation du SBIm, met également en garde contre l’importance de tenir à jour les calendriers de vaccination.

« Nous sommes très préoccupés par le calendrier des enfants, bien sûr, mais il existe des vaccins pour les adolescents dont la couverture n’a jamais atteint les niveaux souhaitables et, désormais, ils sont encore plus bas, ainsi que des vaccins pour les femmes enceintes, qui ont même des difficultés à faire leur pré -Noël en raison de la pandémie. Les perspectives qui nous menacent sont loin d’être optimistes, il faut savoir qu’il faut tenir à jour les calendriers de vaccination.

Vaccins Indiqué pendant la puerpéralité et l’allaitement Contre-indiqué
Grippe Oui
Triple type adulte acellulaire bactérien (diphtérie, tétanos echocheluche) – dTpa ou dTpa-VIPDadulte jeune (diphtérie et tétanos) – dT Oui
Triple virale (rougeole, oreillons et rubéole) Oui
La varicelle (varicelle) Oui
VPH Oui
Fièvre jaune Oui
Dengue Oui

Source : Société brésilienne de vaccination (Sbim) et de vaccins pour les femmes enceintes

Vous pourriez également aimer...