Le Brésil

les biscuits et bisnaguinhas contiennent des résidus d’au moins 9 pesticides

São Paulo – Une enquête de l’Institut brésilien pour la protection des consommateurs (Idec), publiée la semaine dernière, a trouvé des résidus d’au moins neuf pesticides dans des bisnaguinhas et des biscuits, de l’eau et du sel et des farcis. Parmi eux, le glyphosate et le glufosinate. Largement consommées – par les enfants et les adultes –, les bisnaguinhas font partie des produits de boulangerie les plus vendus au Brésil.

Sur les quatre marques interrogées par l’institution, l’une ne contenait pas de résidus de glyphosate et l’autre ne contenait pas de glufosinate. Mais dans chacun d’eux, au moins neuf autres pesticides ont été détectés. Parmi les biscuits fourrés, aucune des quatre marques analysées ne présentait de résidus de glufosinate. Et un seul ne contenait pas non plus de résidus de glyphosate. Les autres contenaient des résidus d’au moins trois pesticides. Parmi celles d’eau et de sel, une ne contenait pas de glyphosate, mais contenait des résidus de sept autres substances.

D’autres repas

Idec a également étudié les résidus de pesticides dans d’autres produits ultra-transformés. Le terme fait référence à des formulations contenant des ingrédients tels que du sel, du sucre, des graisses et des substances à usage exclusivement industriel, telles que des essences, des colorants, des acidulants et des conservateurs, entre autres. Largement consommés dans le pays, les produits ultra-transformés sont riches en sucre, blé, maïs et soja. C’est le cas des boissons gazeuses, des nectars de fruits, des boissons à base de soja, des céréales pour petit-déjeuner, des snacks, des biscuits et du pain.

Parmi les boissons évaluées, une seule des boissons de soja contenait des résidus de glyphosate. Parmi les céréales, une seule des marques contenait des preuves des deux pesticides, le glufosate et le glufosinate.

En plus de ces deux agents chimiques, Idec a également effectué des analyses pour localiser le diquat, le paraquat, le carbendazime, le carbendazime (MBC), le bénomyl, la cyhalothrine, la lambda, la cyperméthrine, le chlorpyrifos, le chlorpyrifos-méthyl, la bifenthrine, la deltaméthrine, la fénitrothione, le glyphosate, le glucosinate pyrimate -méthyle.

Cliquez ici pour accéder à l’enquête complète

Idec précise que les données obtenues par l’enquête permettent d’affirmer que « les produits ultra-transformés sont nocifs à plusieurs égards, matérialisant le concept de syndémie globale. La syndémie, à son tour, caractérise la situation dans laquelle deux ou plusieurs maladies interagissent de telle manière qu’elles causent des dommages supérieurs à la simple somme des dommages causés par les deux maladies.

Les données inquiètent Marcos Pedlowski, professeur et chercheur à l’Université d’État de Norte Fluminense (Uenf). « D’après ce que nous avons vu dans ce rapport, la situation est très mauvaise. Avec l’approbation sans restriction des pesticides, cela devrait empirer », a-t-il déclaré. Selon l’Observatoire des pesticides, mis à jour par Pedlowski, le gouvernement de Jair Bolsonaro a déjà autorisé l’application par l’agrobusiness brésilien de 1 238 pesticides différents depuis le début de son mandat.

Idec montre quelles habitudes alimentaires affectent la planète. Photo : Reproduction

Vous pourriez également aimer...