Le Brésil

Les causes liées au travail tuent près de 2 millions de personnes par an

São Paulo – Selon une enquête de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et de l’Organisation internationale du travail (OIT) publiée ce vendredi (16), les maladies et blessures liées au travail ont été responsables de 1,9 million de décès en 2016 dans le monde.

La plupart des décès liés au travail étaient dus à des maladies respiratoires et cardiovasculaires et le principal facteur de risque, parmi les 19 répertoriés dans le rapport, est l’exposition à de longues heures de travail.
Selon le document, les décès dus à des maladies cardiaques ou à des accidents vasculaires cérébraux associés à des heures travaillées excessives ont augmenté, respectivement, de 41 % et de 19 %, entre 2000 et 2016. Au total, les accidents vasculaires cérébraux ont causé 400 000 décès et les maladies insuffisances cardiaques, 350 000.

« C’est choquant de voir autant de personnes être littéralement tuées pour leur travail », a déclaré le directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus. « Notre rapport est un signal d’alarme aux pays et aux entreprises pour qu’ils améliorent et protègent la santé et la sécurité des travailleurs, en honorant leurs engagements à fournir une couverture universelle des services de santé et de sécurité au travail.

Décès et travail évitables

Bien au-dessus du nombre moyen de décès liés au travail se produisent en Asie du Sud-Est et dans le Pacifique occidental, affectant particulièrement les hommes et les personnes de plus de 54 ans.

Le rapport note que le nombre total de maladies liées au travail est susceptible d’être sensiblement plus élevé, car la perte de santé due à divers autres facteurs de risque professionnels n’a pas encore été quantifiée à l’avenir. Selon l’étude, les effets de la pandémie de covid-19 devraient ajouter une autre dimension au scénario dans les estimations futures.

En plus des longues heures de travail, l’enquête a également pris en compte d’autres facteurs tels que l’exposition sur le lieu de travail à la pollution de l’air, les éléments de risque ergonomiques et le bruit.

« Ces près de 2 millions de décès prématurés sont évitables. Il faut agir sur la base des recherches disponibles pour arrêter l’augmentation des menaces pour la santé liées au travail », a déclaré la directrice du département Environnement, Changement climatique et Santé de l’OMS Maria Neira. « Dans l’esprit des objectifs de développement durable des Nations Unies, la santé et le travail doivent travailler ensemble, main dans la main, pour s’assurer que cet énorme fardeau de maladie est éliminé. »

Pour le directeur général de l’OIT, Guy Ryder, les facteurs de risque peuvent être éliminés avec des changements dans les modes de travail. Il exhorte les gouvernements et les employeurs à prendre des mesures pour réduire l’exposition à ces risques.

Avec des informations des agences de l’ONU et de l’OIT

A lire aussi :

Il n’y a pas que le prix du carburant : les chauffeurs expliquent pourquoi ils ont quitté Uber

Vous pourriez également aimer...