Le Brésil

Les coccinelles peuvent remplacer l’utilisation d’insecticides chimiques dans l’agriculture – Jornal da USP

Silvio Nihei parle de cette technique, dite de lutte biologique, qui s’appuie sur la pyramide alimentaire des insectes.

par Mariana Carneiro

La ligne de travail adoptée dans la lutte biologique valorise l’utilisation d’ennemis naturels indigènes – Photo : Pixabay

LA La mairie de Belo Horizonte a créé une biousine pour distribuer des coccinelles, un animal carnivore qui peut aider à la lutte antiparasitaire dans l’agriculture urbaine. La technique, connue sous le nom de lutte biologique, est basée sur la pyramide alimentaire des insectes et fonctionne comme une alternative à l’utilisation de pesticides.

« Les principaux ravageurs agricoles sont les insectes, qui causent chaque année des centaines de millions de dollars de dégâts dans le monde », explique Silvio Nihei, professeur au Département de zoologie de l’Institut des biosciences de l’USP et titulaire d’un doctorat en E.ontomologie. « Ainsi, la première étape pour appliquer efficacement la lutte biologique consiste à identifier le ravageur et son origine. » Les insectes inopportuns peuvent être indigènes ou exotiques, c’est-à-dire introduits artificiellement dans la faune brésilienne, et la vérification de ces informations est essentielle pour déterminer l’espèce animale qui s’en nourrira.

Silvio Nihei – Photo : Marcos Santos/USP Images

La ligne de travail adoptée dans la lutte biologique valorise l’utilisation d’ennemis naturels indigènes, de sorte que l’insertion de plus d’espèces étrangères dans l’environnement du pays n’est pas nécessaire. L’occurrence, selon Nihei, peut entraîner une disproportion environnementale supplémentaire, en plus de celle créée par la peste elle-même.

Une fois identifiée, l’espèce destinée à l’agent de lutte biologique est soumise à une autre série d’études. Le professeur explique que l’estimation de l’efficacité dans la réduction des ravageurs agricoles, par exemple, est une donnée importante obtenue dans la recherche : il existe des insectes très efficaces dans le contrôle des populations, capables d’exterminer jusqu’à 95 % des ravageurs. « Mais souvent nos candidats ne sont pas aussi efficaces. Ce que nous pouvons faire dans cette situation, c’est rechercher d’autres contrôleurs potentiels ou même faire une combinaison : avec le contrôle biologique, nous pouvons utiliser un contrôle physique ou un contrôle chimique réduit », dit-il.

Une autre étude fondamentale du procédé indique s’il est possible de créer l’insecte prédateur en laboratoire : la technique doit être accessible, car son application à grande échelle dépend des productions et des lâchers locaux. « Une des dernières étapes est de mesurer le risque environnemental de cette création massive », souligne le bioscientifique, qui poursuit : « L’augmentation de la population d’insectes peut entraîner un déséquilibre, car ils ne chasseront pas seulement le ravageur. Ils se nourrissent de tout ce qui est disponible là-bas. Pour éviter le risque, la lutte biologique nécessite un investissement préalable et une étude détaillée.

Avantages et bienfaits de la lutte biologique

Les résultats récompensent cependant les efforts : l’utilisation de bioinsecticides apporte des bénéfices à l’environnement, à l’économie, à la société et à la santé publique. Le remplacement des pesticides par des insectes réduit la contamination de l’eau et des terres utilisées dans l’agriculture, ce qui permet la culture d’aliments biologiques, exempts de composés chimiques. « Un autre avantage direct pour l’agriculteur est sa non-contamination. Il n’aura pas besoin de manipuler, manipuler et pulvériser des insecticides chimiques », ajoute Nihei. De plus, la lutte biologique empêche les ravageurs de développer une résistance à l’insecticide, ce qui se produit de plus en plus après l’utilisation de pesticides. « Le contrôle chimique coûte très cher. L’agriculteur doit appliquer de plus en plus d’insecticide, en plus grande concentration et fréquence, ce qui augmente considérablement le coût au fil du temps.

La réduction de l’utilisation des pesticides contribue également à la maîtrise des dépenses dans le domaine de la santé. Une alimentation saine rendue possible par l’agriculture biologique améliore le bien-être des individus, ce qui, à long terme, peut réduire le nombre de visites et d’hospitalisations dans les hôpitaux. « Bon nombre des problèmes de santé actuels peuvent être associés à la plus grande quantité d’insecticides que nous utilisons. Au cours des trois ou quatre dernières années, l’utilisation de nombreux pesticides a été approuvée et, avec cela, de nombreux autres problèmes surgiront », déclare le professeur Nihei. « Il faut penser maintenant à faire de la lutte biologique et investir dans la science, pour que dans cinq, dix, 15, 20 ans on ait une meilleure santé pour la population », conclut-il.


Journal USP dans l’air
Jornal da USP no Ar est un partenariat entre Rádio USP et l’Escola Politécnica, la Faculté de médecine et l’Institut d’études avancées. Nonair, par Rede USP de Rádio, du lundi au vendredi : 1ère édition de 7h30 à 9h00, avec une présentation de Roxane Ré, et autres éditions à 10h45, 14h, 15h et 16h : 45h. À Ribeirão Preto, l’édition régionale est diffusée de midi à 12h30, avec une présentation de Mel Vieira et Ferraz Junior. Vous pouvez syntoniser Rádio USP à São Paulo FM 93.7, à Ribeirão Preto FM 107.9, via Internet sur www.jornal.usp.br ou via l’application Jornal da USP sur votre téléphone portable.

Vous pourriez également aimer...