Le Brésil

Les commandants des forces armées quittent le gouvernement de Bolsonaro après la crise présidentielle

São Paulo – Après le lundi orageux au cours duquel le président de la République, Jair Bolsonaro, a changé six ministres, ce mardi après-midi commence par l’annonce de la démission collective des trois commandants des forces armées: Edson Leal Pujol (armée), Ilques Barbosa (Marine) et Antônio Carlos Bermudez (Aéronautique) ont réagi à la «réforme ministérielle» intempestive du chef du gouvernement qui a «brûlé» l’ancien ministre de la Défense, Fernando Azevedo e Silva, très respecté dans la force qu’il commande. Les commandants ont annoncé leur décision après avoir rencontré le nouveau titulaire de la Défense, le général Braga Netto.

Selon de nombreuses informations de Brasília, le refus d’Azevedo e Silva de soutenir explicitement l’intention de Bolsonaro de se durcir contre les gouverneurs en promulguant des lock-out a provoqué la démission du général. Le président aurait demandé la tête de Pujol, le jugeant faible, et était furieux du refus de l’ancien ministre de la Défense.

L’acte des trois commandants est sans précédent dans l’histoire du Brésil. Ils indiquent clairement, par le geste, qu’ils n’ont pas l’intention d’aller au-delà des limites de l’État de droit démocratique et de violer la Constitution, ce qui est le rêve de Bolsonaro. En avril 2016, lors du vote pour la destitution de Dilma Roousseff, l’actuel président de la République a voté «pour la mémoire du colonel Carlos Alberto Brilhante Ustra, la peur de Dilma Rousseff», jugée «épouvantable» par les politiciens et les militants des droits de l’homme .

La démission d’Azevedo e Silva a provoqué une crise pour Bolsonaro avec l’armée qui devrait l’affaiblir encore plus. Le président est pris au piège. Aujourd’hui, il est soutenu précisément par une base militaire (y compris des PM), un petit segment du secteur des affaires, des défenseurs des armes et des évangélistes fondamentalistes. La crise armée des casernes fragilise leurs relations avec les forces armées, dont le respect de la hiérarchie est fondamental.

Deuxième L’État de S. Paulo, la rencontre entre les trois commandants et Braga Netto et fut tendue. Ilques Barbosa, de la marine, aurait été la plus exaltée, « avec des réactions qui frôlaient l’insubordination, selon les rapports des personnes présentes », rapporte le journal.

« Un fou a déshonoré son uniforme »

«Le moment est venu ou le moment est venu pour les forces armées de décider de se lancer dans l’aventure du coup d’État d’un fou qui a même déshonoré son uniforme ou si elles gardent la Constitution et la démocratie», a déclaré l’ancien président de l’OAB-RJ, Wadih Damous. , sur Twitter.

Bien qu’il soit resté au Secrétariat du gouvernement, avec la députée fédérale Flávia Arruda (PL-DF), dans la «réforme» ministérielle, il n’est pas encore possible de prédire quelle sera la réaction du bloc informel au Congrès face à la crise politico-militaire armée par Le président. La semaine dernière, le maire, Arthur Lira, a adressé un message au président, lui expliquant les « remèdes amers », dont certains « fatals » disponibles au Parlement. Le député a recommandé «l’autocritique, l’instinct de survie, la sagesse, l’intelligence émotionnelle et la capacité politique». Tous les attributs que Bolsonaro, une fois de plus, s’est avéré ne pas avoir.

Dans la même semaine, les évaluations de celles des politologues de Brasília étaient que Bolsonaro n’était jamais plus proche de la destitution et que, après le discours de Lira, la pression sur le président a triplé.

Vous pourriez également aimer...