La Colombie

Les contrastes

Ces derniers jours, la grève nationale a montré les contrastes que cache Cali. La branche du ciel peut, la nuit, devenir une épreuve, où les vandales et les membres de la Force publique s’affrontent, et ce sont les citoyens qui sont les plus touchés.

Cali et ses environs sont une région florissante, où se trouvent des entreprises telles que Nestlé, Unilever, Colgate, Tecnoquímicas, Colombina, Récamier, Carvajal, Smurfit, entre autres. Cependant, la branche est aussi la ville où, selon les données de Dane, il y a 934350 personnes vivant dans la pauvreté, le taux de chômage est de 18,7%, 4% plus élevé qu’au niveau national, et l’informalité entre le trimestre décembre 2020-mars 2021 était 48,5%.

Cela montre que bien que Cali soit capable d’attirer des investissements étrangers et qu’elle dispose d’un tissu commercial important au niveau national, la nécessité de créer davantage d’opportunités de développement socio-économique persiste dans la ville. Cette situation de pauvreté crée un terreau fertile pour que certaines personnes recherchent un moyen de subsistance, faisant partie de l’illégalité. Pour cette raison, lorsque la proposition de réforme fiscale est sortie, une grande partie des citoyens de Cali, y compris des vandales et des groupes illégaux qui cherchent à profiter du chaos, sont descendus dans la rue pour protester.

Il est clair que rien ne justifie le vandalisme, l’attaque contre les établissements commerciaux porte atteinte à la propriété privée, garantie par la Constitution, et affecte la relance économique. De même, rien ne justifie le blocage des voies d’accès pour les produits de première nécessité tels que la nourriture, l’essence, les médicaments, entre autres, qui aujourd’hui sont rares et mettent tous les citoyens en danger.
De même, les abus de pouvoir de la force publique contre les marchands, utilisant des armes à feu contre eux et tuant des Colombiens, Caleños, doivent être rejetés. Dans le même temps, il n’est pas justifié d’attaquer des membres de la Force publique qui, de la même manière, sont des citoyens et cherchent à maintenir l’ordre, comme l’exige la Constitution, dans une ville où le leadership politique, local et national est rare.

Les actions du maire Jorge Iván, depuis qu’il a affirmé qu’il n’était plus Ospina, laissent beaucoup à désirer. L’ancien Ospina a «changé» sa chemise bleue pour la blanche et a déclaré qu’il se battra maintenant pour la vie et pour les tâches de notre peuple. Si tel est le cas, qu’a fait Ospina dès le début de son mandat si ce n’est pas le combat pour la ville qui l’a élu? Cette Ospina n’a-t-elle pas cherché à répondre aux besoins des habitants de Cali? Si tel est le cas, on comprendrait pourquoi les résultats de ce bureau du maire ont été désastreux.
Maintenant, au niveau national, le président Duque a brillé par son absence.
Cali est en feu, il y a des affrontements entre les citoyens et les forces de sécurité, la ville manque de fournitures et le président semble plus soucieux de faire son programme télévisé et de faire des annonces grandioses, au lieu de répondre aux besoins du peuple colombien.

Ce qui reste à Cali est d’établir un dialogue et de s’unir entre les secteurs privé et public, les citoyens, les dirigeants communautaires, le bureau du maire, le gouvernement, entre autres, pour répondre aux besoins de ceux qui souffrent le plus de cette pandémie. C’est à nous, Caleños, de bâtir un gouvernement local qui, comme l’a dit Abraham Lincoln à Gettysburg, est « un gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple et qui ne s’éteint pas de ce monde ».
.Suivez sur Twitter @ Mariocarvajal9C

Vous pourriez également aimer...