Le Brésil

Les contrôleurs fiscaux approuvent l’arrêt des activités contre « l’inertie » de Bolsonaro

São Paulo – Avec une grande participation, les réunions des contrôleurs fiscaux de l’Internal Revenue Service tenues ce jeudi (23) à travers le pays ont approuvé des actions pour faire pression sur le gouvernement fédéral pour qu’il se conforme à un accord avec la classe en recherchant une solution définitive pour le soi-disant bonus pour l’efficacité, un bonus pour la productivité des employés, et pour protester contre les coupes budgétaires dans l’Internal Revenue Service récemment approuvées par le Congrès national. Selon Sindifisco Nacional, il s’agissait du taux de fréquentation le plus élevé des serveurs du secteur dans des assemblées virtuelles, mis en place avant même l’arrivée du covid-19 dans le pays. Par ailleurs, tous les indicatifs proposés par la direction nationale ont été approuvés à une majorité massive (97%) des participants.

Parmi les indicatifs approuvés aujourd’hui figurent l’arrêt total de tous les secteurs et activités du Revenu fédéral et du Conseil administratif des recours fiscaux (Carf), avec des réserves spécifiques. L’exploitation standard dans les ports, les aéroports et les frontières terrestres, ainsi que le transfert sans restriction des fonctions et des postes de gestion ont également été approuvés. Les responsables précisent que les opérations n’auront pas d’impact sur les voyageurs entrant ou sortant du pays. Elle n’affectera pas non plus le transit des médicaments, des fournitures médicales et hospitalières, des marchandises vivantes ou périssables et celles classées prioritaires.

Toutes les actions approuvées par les réunions seront maintenues « jusqu’à ce que le gouvernement fédéral publie le décret réglementant la prime d’efficacité », indique Sindifisco, sur son site Internet. « Le message des numéros de l’assemblée aujourd’hui devient encore plus percutant étant donné que nous sommes à la veille de Noël et que beaucoup sont en vacances ou en pause », complète l’entité.

débandade en marche

Auparavant, une trentaine de contrôleurs fiscaux qui occupent un poste de direction au sein de l’Internal Revenue Service ont signé une demande d’exonération collective de leurs fonctions, pour protester contre le non-respect du gouvernement fédéral, conformément à la catégorie de réglementation de la soi-disant bonus d’efficacité.

Dans le document, les commissaires aux comptes font preuve de « perplexité face à la négligence du gouvernement », qu’ils justifient car ils sont « conscients de leurs responsabilités et de la complexité de leurs attributions, ainsi que des résultats positifs croissants résultant du dévouement et de la qualité du travail effectué. . »

Au total, selon Sindifisco, il y a maintenant 635 contrôleurs fiscaux qui ont cédé des postes de direction depuis que, mardi dernier (21), les responsables du revenu fédéral ont commencé à manifester dans les États après l’approbation du budget de l’Union 2022. Le budget comprenait un réajustement pour le Police fédérale, police fédérale des routes et service pénitentiaire national, en excluant les autres catégories.

Selon Sindifisco, les auditeurs de tout le pays abandonnent leurs fonctions de direction en raison de l’inertie de l’exécutif à résoudre ce différend, qui attend une solution depuis cinq ans. Le vote du Budget 2022, par le Congrès national, sans prévoir de moyens pour la prime, a encore plus attisé les esprits.

Le départ des commissaires aux comptes pour non-réglementation de la prime d’efficacité est parvenu au Conseil d’administration des ressources fiscales (CARF). Quarante-quatre membres du groupe qui agissent en tant que conseillers financiers ont remis une lettre de démission collective de leurs mandats respectifs comme preuve de leur mécontentement. Avec cela, ils quittent l’agence et retournent exclusivement à leurs postes occupés au Federal Revenue.

Vous pourriez également aimer...