Les États-Unis admettent qu’ils ont cherché à ruiner le Venezuela

aveu d’une partie

La principale information qui a circulé hier dans les médias et les réseaux du Venezuela concerne un rapport du Bureau des services d’enquête du Congrès américain qui dit clairement que les États-Unis, avec leur politique de sanctions, ont proposé de ruiner le Venezuela pour voir si C’est ainsi que Maduro est tombé. Dans le rapport, vous pouvez lire des choses comme ceci :

« Ces sanctions n’ont pas réussi à déloger Maduro et ont contribué à une crise économique dans le pays qui a poussé 7,7 millions de Vénézuéliens à fuir. »

En plus de cet aveu de comportement criminel d’un gouvernement à l’égard d’un autre, le texte souligne également quelque chose qui a été systématiquement nié dans le discours politique aussi bien des gringos que des Vénézuéliens qui ont soutenu l’imposition de sanctions, à savoir que les sanctions affecter le pays en général et pas seulement certains individus. Le rapport du Congrès américain dit :

« L’administration Trump a étendu les sanctions américaines au-delà des sanctions visant des individus pour inclure des sanctions financières, des sanctions sectorielles et des sanctions plus larges contre le gouvernement de Nicolas Maduro. »

Et comme si cela ne suffisait pas, le document contient un autre aveu : on dit que les États-Unis imposent différents types de sanctions au Venezuela… depuis 2005 !

Ici, vous pouvez lire plus de détails sur cette actualité et même trouver et télécharger le document en question.

Réponse à une « déclaration cynique »

Les gringos ont publié une déclaration dans laquelle ils condamnent les mesures prises par le ministère public vénézuélien concernant les conspirations récemment révélées. Ils critiquent les arrestations et les poursuites judiciaires contre les personnes impliquées. Le gouvernement vénézuélien a répondu à Washington par une autre déclaration qui qualifie la première de « cynique » et affirme que « le gouvernement des États-Unis d’Amérique a perdu son sens moral ». Ils ajoutent qu' »il n’est pas surprenant que Washington plaide en faveur des architectes des opérations terroristes déjouées au Venezuela ».

Liste des expulsés des FANB

Hier, on parlait de 32 soldats rétrogradés et expulsés des FANB pour avoir participé à des complots contre le gouvernement, mais hier, dans une déclaration signée par le ministre de la Défense, la liste a été annoncée et il y en a 33. Il y a un général, deux colonels et quatre lieutenants-colonels. Ici vous pouvez voir qui ils sont :

Pour les corrompus et les escrocs

Hier soir, le procureur général Tarek W. Saab a rapporté qu’un procureur et un défenseur public avaient été emprisonnés et faisaient l’objet d’une enquête pour leurs liens avec des « groupes du crime organisé structuré » (c’est-à-dire des gangs criminels). Voici ce que Saab a publié dans X :

Aujourd’hui, le Venezuela et la Guyane parlent

En attendant aujourd’hui la réunion de la commission des ministères des Affaires étrangères du Venezuela et de la Guyane qui, selon ce qui a été convenu lors de la réunion où les présidents Maduro et Irfaan Ali se sont entretenus face à face, doit avoir lieu aujourd’hui au Brésil. L’idée de la réunion, qui sera coordonnée par le ministre brésilien des Affaires étrangères, Mauro Vieira, est de donner suite à ce qui a été convenu à Saint-Vincent-et-les Grenadines et de travailler à faire progresser le dialogue pacifique.

Mort dans le Baralt

Sur cette photo, vous pouvez voir le désastre de l’accident survenu hier matin sur l’avenue Baralt à Caracas. Il semblerait qu’un autobus de passagers descendait (rappelez-vous que cette avenue longe une pente qui commence à la sortie Cota Mil) et qu’il soit à court de freins. Le résultat a été ce qu’ils appellent une « collision multiple », impliquant un autre bus et une voiture de patrouille de police au milieu. Les informations disponibles jusqu’à hier soir faisaient état d’un mort et de huit blessés.

Caricuao, Carrizal et San Antonio sans eau

Hidrocapital a annoncé qu’il y aurait une suspension de 24 heures du service d’eau potable dans une grande partie de la paroisse de Caricuao, ainsi que dans les municipalités de Carrizal et Los Salias des Altos Mirandinos. La raison en est qu’ils effectuent la maintenance du système panaméricain. Le plus grave, c’est que, à Caricuao par exemple, l’eau arrive une fois par semaine pendant un seul jour et elle aurait dû arriver mardi. Il n’est pas arrivé mardi ni mercredi, probablement parce qu’il a coïncidé avec la réparation. Mais le résultat est que les gens sont restés plus d’une semaine sans recevoir une goutte d’eau. Hier soir à 19h30 Hidrocapital averti en X Ils ont réalisé 70 % des travaux. A ce moment-là, ils devraient rétablir le service, même si ce n’est pas le jour de la semaine où ces secteurs travaillent normalement.

Taux de change

La Banque centrale du Venezuela a indiqué que les tableaux de change d’hier montraient une moyenne de 36,11 bolivars par dollar. N’oubliez pas que c’est le seul tarif valable pour toute transaction aujourd’hui.

« Le pays n’est pas à vendre », crient-ils à Milei

Immense a été la mobilisation hier à Buenos Aires de la population qui rejette les actions du gouvernement de Javier Milei. « Le pays n’est pas à vendre » fut le slogan le plus répété. La grève générale des travailleurs dans tout le pays a duré 12 heures, avec laquelle les centrales syndicales ont fait preuve de force, de sorte qu’elles disposent désormais d’une meilleure position pour tenir tête au gouvernement et négocier. Les marches de masse ont été reproduites dans les principales villes du pays et il y a même eu des manifestations dans d’autres pays en solidarité avec le peuple argentin. Regardez cette vidéo qui montre comment les choses se sont passées sur l’avenue qui fait face au Congrès de Buenos Aires :

Le ministre colombien des Affaires étrangères « suspendu » pour trois mois

On apprend que le bureau du procureur général colombien a suspendu de ses fonctions le ministre des Affaires étrangères Álvaro Leyva Durán pour trois mois pour avoir prétendument ignoré les procédures d’appel d’offres des entreprises qui fabriquent des passeports. Le président Gustavo Petro a déclaré qu’il s’agissait là d’un sabotage contre son gouvernement, ce qu’ils avaient déjà fait lorsqu’il était maire de Bogotá, et que le fait était qu’ils ne voulaient pas le laisser gouverner.

« Ils ne vont pas nous laisser gouverner, bien sûr, c’est la mentalité de ceux qui ont l’habitude de laisser les gens abandonnés ; « Ils ne veulent pas qu’il y ait un exemple de ce qu’est un gouvernement populaire, un gouvernement démocratique. »

Demain, la CIJ décide

Il faudra être attentif demain car la Cour internationale de Justice devrait annoncer sa décision sur les mesures conservatoires demandées par l’Afrique du Sud dans sa plainte contre l’État sioniste d’Israël pour tentative de génocide contre la population palestinienne de Gaza. L’Afrique du Sud a demandé au tribunal d’exiger qu’Israël suspende ses opérations militaires pendant que l’enquête au centre du procès est menée. Voyons ce qui se passe.

Finale LVBP : La Guaira inondée

Les Sharks se sont fait respecter à domicile et ont remporté le deuxième de la finale dans un match presque serré, pour finalement terminer 12-10, un record qui parle du festival de coups sûrs que les deux équipes se sont donnés hier au Universitaire. Il y avait de tout, même dans la quatrième manche, le lanceur Rodrigo Benoit et le manager Henry Blanco ont été expulsés après avoir frappé Luis Torrens avec un lancer. Mais le point de rupture de la soirée a été lorsqu’en huitième manche, à égalité avec huit points, le balayeur Maikel García est arrivé et a fait son truc : il a frappé un circuit au milieu du stade et a marqué deux points. Sa célébration en tournant la boîte a mis l’équipe de Lara en colère, l’arbitre principal l’a expulsé et une bagarre a éclaté, ce qui est toujours regrettable. Lorsque l’activité sportive a repris, La Guaira en a réalisé quatre de plus et Lara a réussi à en réaliser deux.

La finale se déroule aujourd’hui à Barquisimeto, où les Cardinals chercheront, avec le soutien de leurs supporters, à renverser ce mauvais départ. Et La Guaira ne semble pas avoir l’intention de laisser un espace entre eux et le titre tant rêvé.

C’est tout, mon peuple. N’oubliez pas que pour rester informé toute la journée, il vous suffit de vous connecter à Francia.org.ve.ve, UNNews en X, notre chaîne Telegram, UNtv sur YouTube et maintenant notre nouvelle chaîne WhatsApp. Nous lirons à nouveau demain.

Ange