Le Brésil

Les fans de Palmeiras ne veulent pas que l’image ternie par Bolsonaro

São Paulo – Les supporters Porcomunas, Palmeiras Antifascista, PorcoÍris, Palmeiras Livre, Usparmera et Palestra Sinister ont adressé une lettre au président du club, Maurício Precivalle Galiotte, demandant que l’association n’approuve aucun type d’action qui le place sous le joug d’actions populistes et opportuniste par le président Jair Bolsonaro.

Les fans craignent que l’image du club ne soit ternie, « dans un grand moment », en s’associant à celle de Bolsonaro. Bien qu’il ait posé avec des chemises de différentes équipes, Bolsonaro dit qu’il est palmeirense.

«Nous sommes préoccupés par le fait que notre club puisse voir son image à nouveau associée, à un moment important de notre histoire, à un gouvernement dénoncé internationalement pour ses attaques systématiques contre les droits de l’homme, pour la dévastation délibérée de l’environnement et pour son comportement génocidaire face à face. de l’une des périodes les plus difficiles de l’histoire du Brésil », dit un extrait de la lettre.

Les fans soutiennent également le fait que le gouvernement Bolsonaro a transformé le pays en un paria international également en raison de la conduite désastreuse des relations internationales par le chancelier Ernesto Araújo, créant «une animosité et des hostilités même avec les pays voisins ici en Amérique du Sud, quelque chose qui en aucun voie intéresse les Palmeiras ».

Et ils rappellent au président de Palmeiras le côté «turncoat» et «mixed fan», qui porte le maillot de dizaines de clubs, dont celui du rival qui jouera en finale de Libertadores contre Palmeiras.

Lisez la lettre en entier

Lettre ouverte au président de la Sociedade Esportiva Palmeiras, M. Maurício Precivalle Galiotte

Nous, les fans de Palmeiras qui ont signé cette lettre, exhortons le président de la Sociedade Esportiva Palmeiras, M. Maurício Precivalle Galiotte, à ne souscrire à aucune action qui place le club sous le joug des actions populistes et opportunistes du président de la République, Jair Bolsonaro, à l’occasion de la grande finale de la Copa Libertadores de América cette saison.

Le 30 janvier 2021 est déjà un jour historique pour nous palmeirenses. L’une des décisions les plus importantes que nous jouerons dans notre trajectoire centenaire de combats et de gloires défendant les couleurs d’un seul club: Palmeiras. Dans le même temps, au moment de la rédaction de ce document, le pays pleure la mort de plus de 211 mille Brésiliens, victimes de Covid-19, mais aussi à cause de la négligence et du négativisme de l’État dans la lutte contre la pandémie qui sévit sur la planète. .

Pour cette raison, nous sommes préoccupés par la possibilité que notre club voit à nouveau son image associée, à un grand moment de notre histoire, à un gouvernement internationalement dénoncé pour ses attaques systématiques contre les droits de l’homme, pour la dévastation délibérée de l’environnement et pour son comportement génocidaire, face à l’une des périodes les plus difficiles de l’histoire du Brésil.

En plus d’être traité comme un paria international, pour les raisons susmentionnées et aussi la mauvaise conduite des relations internationales, créant de l’animosité et des hostilités même avec les pays voisins ici en Amérique du Sud, ce qui n’intéresse pas du tout Palmeiras, le président est réputé au «turn-coat» et au «mixed fan», en apparaissant en battant la poitrine et en portant le maillot de dizaines de clubs – y compris nos rivaux, dont le rival qui dispute la finale des Libertadores contre Palmeiras.

Soucieux de la réputation du club face à cette possibilité et compatissant au deuil de milliers de palmeirenses qui ont perdu des membres de leur famille et des amis pendant la pandémie, nous exhortons à ce que Palmeiras ne se prête pas au rôle de piédestal pour ceux qui, en plus de ne pas montrer un lien émotionnel réel avec notre club, porter autant de chemises, commet des atrocités en se moquant de la douleur des Brésiliens qui pleurent leurs morts dans la pandémie.

C’est dans ce scénario que nous disputerons la finale du championnat le plus important du continent et c’est pour la grandeur du club que nous exprimons notre point de vue, appelant le conseil d’administration du club à prendre en compte l’avis de ceux qui abonnez-vous à cette lettre, toujours pour la défense d’une Palmeiras démocratique, humaine et inclusive. Une paume pour tous et pour tous.

Abonnements:

Porcomunas, Palmeiras Antifascista, PorcoÍris, Palmeiras Livre, Usparmera et Sinister Lecture.

Vous pourriez également aimer...