Le Brésil

Les filles découvrent le monde de la technologie dans un projet USP qui enseigne la programmation – Jornal da USP

Pendant le TechSchool, les filles sont réparties en équipes pour développer les applications. À la fin du programme, les projets sont évalués par un jury composé d’experts dans les domaines des affaires, de l’innovation et de la technologie, et les équipes qui obtiennent les meilleures évaluations sont récompensées. Cette année, par exemple, les élèves des six équipes gagnantes (trois de la catégorie junior, âgés de 10 à 14 ans et trois de la catégorie senior, âgés de 15 à 18 ans) ont remporté des tablettes.

Cependant, quelles que soient les récompenses, chaque année, les participants de l’école sont encouragés à apporter leurs idées au Les filles de la technologie, un concours mondial de technologie et d’entrepreneuriat pour les collégiennes et lycéennes, dans lequel les groupes doivent développer une application mobile qui résout un problème social. à l’école de CICM, les filles reçoivent des conseils pour participer au défi. Dans l’édition 2021 de l’initiative, l’équipe d’Adrielly et Gabriela a remporté le première place dans la modalité junior de la région Amérique latine. L’équipe des jeunes était composée des élèves Lívia Marcomini, Julia Andrade da Silva et Giovanna Franciulli. Le groupe a surpris les juges avec une application appelée Diane, en l’honneur du personnage de Wonder Woman, dont l’objectif est d’aider les femmes à sortir de la condition de violence conjugale.

« L’outil utilise la géolocalisation pour identifier où se trouve la victime et lui apporter de l’aide. L’application dispose également d’une interface déguisée, qui ressemble à une application de lecture, pour que l’agresseur ne se doute pas de son utilisation et pour que la victime se sente plus en sécurité pour porter plainte », explique Adrielly. Ainsi, la femme télécharge simplement l’outil sur son téléphone portable pour être dirigée vers un chatbot qui, grâce à l’intelligence artificielle, identifie le type de violence dont la personne est victime et appelle le Centre de services aux femmes au 180.

Pour créer l’application, les filles ont été en contact avec des concepts et des techniques de différents domaines : J’ai l’intention de poursuivre ma carrière », commente l’étudiant.

Vous pourriez également aimer...