Les gladiateurs ont montré leur soutien à Michael Carrera

L’équipe de Gladiateurs d’Anzoátegui a affiché mercredi soir son soutien à Michael Carrera, quelques jours après que la commission technique de la Super Ligue professionnelle de basket-ball (SPB) a décidé de l’expulser pour les événements du 30 août.

L’Anzoatiguense Armor a souligné « être une famille et, avant le match important contre Gigantes de Guayana, a exprimé son soutien à Michael Carrera ».

Le groupe SPB a accompagné le message d’une photographie sur laquelle on voit tous les joueurs de l’équipe autour de Gregory Vargas, qui portait un maillot blanc avec l’inscription « Michael we are with you ».

Le cas de carrièreVargas

Le 30 août, un jour après avoir joué avec le Venezuela contre la République dominicaine, Carrera et Vargas ont eu un moment gênant, après qu’on lui ait d’abord refusé de rejoindre Gladiadores pour le match contre Cocodrilos de Caracas.

« Quelle deception! Si je ne peux plus jouer au Venezuela (…) je suis déçu de mon pays », a déclaré Carrera, après le match remporté par son équipe (77 à 67), lors d’une conversation avec la chaîne de télévision. Votre téléviseur.

L’attaquant vedette a souligné que dans d’autres pays, les joueurs vénézuéliens reçoivent un bon traitement et que « dans notre propre pays, ils nous traitent comme des chiens ».

« Hier (lundi 29 août) nous avons transpiré le maillot de l’équipe nationale (…) nous le faisons toujours avec amour et engagement », a-t-il déclaré.

Lire aussi : Le FVB annule la sanction de Luis Duarte

De son côté, Grégory Vargas a qualifié de « manque de respect » qu’ils aient été empêchés de jouer au gré de deux ou trois personnes.

Quant à savoir s’il prévoyait de prendre des mesures à cause de ce qui s’était passé, le chef de l’équipe nationale a déclaré « je veux jouer au basket » et a assuré qu’il n’était pas une personne problématique.

Au milieu de la polémique, le président de la Fédération vénézuélienne de basket-ball (FVB), ​​Hanthony Coello, a déclaré que « c’est une faute grave d’empêcher les joueurs de l’équipe nationale de jouer pour leurs clubs. Aucune règle ne leur interdit actuellement de participer au SPB. Force est de constater que les 12 convoqués à l’Americup ont déjà été publiés par les chaînes de la @FVBbasketball«.

Plus de carburant au feu

Lors d’une rencontre avec la presse le 31 août, le président du SPB, José Guerrero, a laissé entendre que certains joueurs, bien qu’ils disent donner « tout pour tout », ont abandonné l’équipe nationale pour l’Americup 2022.

Il a également souligné que le droit au travail des joueurs de Vinotinto de las Alturas n’était pas violé, puisque leur contrat était garanti.

Même s’il admirait Michael Carrera, il a souligné qu’il ne pouvait se permettre un manque de respect en sa qualité de président du SPB.

De plus, il a déclaré qu’il ne comprenait pas comment il était dit que le Venezuela serait représenté par un jeune casting si le vétéran de 35 ans Windi Graterol était dans l’appel.

pause au milieu

Dans l’intention de permettre aux joueurs de l’équipe nationale de rejoindre leurs équipes et de réduire les tensions, le ministre du Pouvoir populaire pour la Jeunesse et les Sports, Mervin Maldonado, a rencontré les présidents du SPB et du FVB.

Malgré cette disposition de suspendre le calendrier, le SPB a permis aux équipes sans joueurs de l’équipe nationale de jouer leurs matchs et les équipes avec des équipes concernées auraient la possibilité de reporter leurs matchs.

Mesure disciplinaire ou condamnatoire ?

Vendredi 9 septembre dernier, la Commission Technique SPB a finalement décidé d’expulser Michael Carrera en appliquant l’article 447.1 du Règlement Général qui « indique que toute agression verbale envers un membre du Groupe A (Team Owners) sera sanctionnée par l’expulsion immédiate de la personne concernée ».

Par contre, Gregory Vargas a écopé d’une amende de 50 $ pour avoir enfreint les articles 3, 268, 268.1, 268.2 et 467 du Règlement SPB.

Vargas a été sanctionné pour avoir fait des déclarations à la presse qui « attaquent l’intégrité du conseil du championnat national ».

grand adieu

Après avoir connu la phrase, Michael Carrera, l’une des grandes références de l’équipe nationale, a publié une déclaration composée de six points, qui met en évidence les excuses à José Guerrero pour ses paroles.

★★★★★