Le Brésil

Les institutions réagissent à la nomination arbitraire de 19 doyens et marquent un acte

Brasil de Fato – Les entités qui réunissent professeurs, étudiants et employés des établissements fédéraux de l'enseignement supérieur (IIFES) ont appelé à un acte pour mardi prochain (8), à 18h30, contre la nomination arbitraire des doyens par le ministère de l'Éducation (MEC). Depuis que Jair Bolsonaro a pris la présidence il y a près de deux ans, le portefeuille a installé 19 recteurs qui n'ont pas pris la 1ère place lors des consultations publiques avec la communauté universitaire.

La «Loi de défense de la démocratie et de l'autonomie de l'IFES» sera virtuelle et
sera diffusé sur les réseaux sociaux des organisateurs: Union
Service national des fonctionnaires fédéraux des services de base, professionnels et
Technologique (Sinasefe); Union nationale des enseignants des établissements d'enseignement supérieur (Andes-SN); Fédération des syndicats des travailleurs techniques et administratifs des établissements publics d'enseignement supérieur du Brésil (Fasubra); Union nationale des étudiants (UNE) et Fédération nationale des étudiants de l'enseignement technique (Fenet).

L'Ordre des Avocats du Brésil (OAB), la Conférence nationale des évêques du Brésil (CNBB), élus et non installés parlementaires et recteurs ont confirmé leur présence à l'événement. Les nominations ont également été contestées par le Conseil de l'Association nationale des directeurs des institutions fédérales d'enseignement supérieur (Andifes).

Carte de l'intervention de MEC sous le gouvernement de Bolsonaro / Arte: BdF

Sur les 19 cas dans lesquels la nomination est considérée comme arbitraire, sept sont temporaire,
qui ne s'est même pas présenté aux élections: à l'Université fédérale de Sergipe
(UFS), Université d'intégration internationale de la lusophonie
Afro-brésilien (Unilab), Université fédérale de la vallée de São Francisco
(Univasf), Institut fédéral du Rio Grande do Norte (IFRN), Universidade
Université fédérale de Grande Dourados (UFGD), Centre fédéral d'éducation
Université technologique Celso Suckow da Fonseca (CEFET-RJ) et Universidade Federal do
État de Rio de Janeiro (Unirio).

Trois recteurs ont également été nommés, qui sont arrivés à la 2e place sur la liste
triple – Université fédérale d'Espírito Santo (Ufes), Universidade
Federal do Triângulo Mineiro (UFTM) et Institut fédéral du Père Noël
Catarina (IFSC).

Enfin, le MEC a désigné neuf autres personnes qui sont arrivées à la 3e place de la consultation
public: Université fédérale du sud et du sud-est du Pará (Unifesspa),
Université fédérale de Rio Grande do Sul (UFRGS), Université fédérale
da Fronteira Sul (UFFS), Université fédérale de Recôncavo da Bahia
(UFRB), Université fédérale du Ceará (UFC), Université fédérale rurale
do Semi-Árido / RN (Ufersa), Université fédérale de Vales do
Jequitinhonha et Mucuri / MG (UFVJM), Université fédérale de Paraíba
(UFPB), Université fédérale de Piauí (UFPI).

Selon la Constitution fédérale de 1988, le MEC peut nommer n'importe qui
des noms sur la triple liste des provinces universitaires fédérales.

«Bolsonaro ne respecte pas la démocratie. Comme les universités étaient un pôle de résistance
le gouvernement, pour défendre la démocratie, il a choisi plus
alignés politiquement et idéologiquement (au gouvernement) », analyse Élida Elena,
vice-président de l'UNE.

Le dilemme de la triple liste

L'action directe d'inconstitutionnalité (ADI) 6565 est jugée devant la Cour suprême fédérale
déposée par le Parti Vert (PV), qui vise à garantir que le gouvernement
respecter les normes légales lors de la nomination des recteurs et vice-recteurs
universités fédérales. Le seul vote enregistré à ce jour est celui de
le rapporteur Edson Fachin, qui a défendu l'obligation de respect
à la triple liste – conformément à la Constitution fédérale de 1988.

Il y a également eu un procès intenté par la Cour suprême pour violation du précepte fondamental (ADPF 759), sur le même thème. Dans ce cas, le Conseil fédéral de l'OAB demande que toutes les candidatures qui ne respectent pas le prénom figurant sur la liste soient annulées, dans le respect des principes constitutionnels de gestion démocratique, de républicanisme, de pluralisme politique et d'autonomie universitaire.

«Nous avons observé pendant de nombreuses années, quel que soit le gouvernement, le
nomination de la 1ère place, par rapport aux processus démocratiques de la
universités », explique Élida. «Nous étions toujours contre la triple liste,
car nous pensons que quiconque a gagné (lors de la consultation publique) doit assumer
Université. Même ainsi, l'UNE a signé l'action du PV pour comprendre que
nous ne vivons pas un moment de normalité démocratique, et que le
le gouvernement nomme même des noms sur la liste.

Menace pour la démocratie

Contrairement aux universités, la loi fédérale sur les fondations
cours – instituts fédéraux, CEFET et école Pedro II – ne
triple liste.

«C'est une méthode que nous considérons archaïque et antidémocratique», explique
David Lobão, coordinateur général de Sinasefe. «C'est un cadre de
dictature », ajoute-t-il.

Une autre différence est que, dans les instituts, le poids du vote des enseignants,
fonctionnaires et étudiants est la même chose – dans les universités, le vote des
les enseignants valent 70%.

Nous avons besoin du Congrès, nous avons besoin du STF, du MEC, des mouvements sociaux et syndicaux, des étudiants et des recteurs eux-mêmes

Dans le système d'éducation fédéral, en plus des trois interventions, six
les élus n'étaient pas installés. Il y a eu des cas où le plus
A voté, il a fallu un an pour prendre ses fonctions.

En plus de l'acte de mardi, Sinasefe participera à des activités
au Congrès national la semaine prochaine et cherche un ordre du jour avec le STF
pour exposer votre position sur le sujet.

Présidente d'Andes-SN, Rivania Moura souligne l'importance de la
mardi prochain. «Cet agenda est très urgent et aucun espace ne peut être
mis au rebut. Nous avons besoin du Congrès, nous avons besoin du STF, du MEC, du
les mouvements sociaux, les syndicats, les étudiants et les recteurs eux-mêmes.

Selon elle, ce qui se cache derrière ces mesures, ce sont les politiques de privatisation du secteur par le gouvernement Bolsonaro.

«Nous avions déjà trois ministres sous ce gouvernement, et ils agissent tous
selon le même projet éducatif, basé sur le discrédit et le définancement
institutions », analyse-t-il. «Toutes les interventions (dans les rectories),
quel que soit le moment où ils surviennent, ils constituent une atteinte à l'autonomie,
démocratie, parce qu’ils ne tiennent pas compte de la volonté de la communauté universitaire »,
prend fin.

Vice-présidente de l'UNE Élida Elena / Photo: Guilherme Gandolfi

Cas le plus récent

L'Université fédérale de Sergipe (UFS) a été le théâtre de la plus
intervention récente. Le 23 novembre, le ministre Milton Ribeiro
Le professeur Liliádia da Silva Oliveira Barreto a succédé en tant que doyenne,
Département du travail social. Elle n'était pas sur la triple liste
et ne s'est même pas présenté aux élections.

«C'est une enseignante qui n'a aucune expérience administrative, elle n'a jamais été
Chef de département. Son propre département a déposé une requête
de répudiation quant à l'indication », déclare Rosalvo Ferreira, qui a
doyen de la planification à l'UFS et était l'adjoint de Valter Joviniano de
Santana Filho dans l'assiette qui occupait la 1ère place de la liste. "C'était une surprise
pour tous. C’est comme si nous avions été frappés, assommés
Université."

Le Conseil régional des services sociaux de la 18e région (CRESS / SE) a également publié une note exprimant sa désapprobation de la nomination.

«Ayant associé l'image du service social au gouvernement de Bolsonaro
a causé une gêne pour la catégorie professionnelle », précise le texte. Avec
intentions claires d'approfondir la contre-réforme de l'État brésilien
par le démantèlement de l'enseignement supérieur public, le système éducatif
l'accès aux politiques sociales et la garantie des droits, le projet
privatisant et antidémocratique bolonariste n'est pas d'accord avec le
principes éthiques et politiques assumés par les travailleurs sociaux. »

La raison alléguée de l'intervention à l'UFS était la «non-conclusion» du
processus de choix du recteur qui succéderait au professeur Angelo
Antoniolli, dont le mandat a pris fin le 18 novembre. L'élection était
tenue le 15 juillet et MEC a eu accès à la triple liste deux
semaines plus tard.

Antoniolli a reçu une lettre du MEC, deux jours avant la fin de
mandat, indiquant qu'il y aurait une enquête civile par le ministère public
(MPF) qui a enquêté sur une allégation d'irrégularité dans le processus
élection pour choisir le recteur et a demandé des éclaircissements. Le puis
le recteur a expliqué que l'enquête portait sur des questions déjà tranchées par le
Justice fédérale – à tel point qu'elle s'est terminée le 25 novembre.

Le 27 dernier, le MPF a ouvert une nouvelle enquête, cette fois pour
enquêter sur toute infraction au principe de l'autonomie universitaire
processus de choix du doyen d’UFS. Le MEC et le presbytère temporaire devrait
informer, dans les 72 heures, des raisons du non-respect du processus de sélection
du recteur sur la base de la triple liste. Il n'y a eu aucune réponse jusqu'à présent.

Ferreira souligne que l'intervention à l'UFS est une «situation politique» et
qu'il n'y a aucune raison d'un point de vue administratif. "Nous sommes
s'organiser pour résister à cette nomination d'un point de vue juridique.
Nous voulons que les renvois de MEC soient fluides ».

Réactions

L'Association des étudiants diplômés et des étudiants diplômés de l'Université fédérale de Sergipe (APG-UFS) a critiqué la nomination au moyen d'une note et souligné qu'il ne s'agit pas d'un «fait isolé», rappelant les autres cas d'intervention.

Luiz Felipe Santos, président du répertoire central des étudiants
(DCE) d'UFS, explique que l'entité est articulée avec APG,
le personnel administratif, les enseignants et l'association sportive du
l'université, pour résister à la nomination du doyen.

«Avant l'intervention, nous étions déjà dans une bataille contre
gestion actuelle. La triple liste envoyée au gouvernement fédéral a un
enseignant nommé par le presbytère comme 1er rang, au-dessus des deux
des enseignants mieux placés dans la consultation », rapporte-t-il. «Mais il faut
être résolu dans le cadre de l'autonomie universitaire, sans la nomination de
un interventionniste.

En cas de problèmes dans le processus électoral, le statut de la
l'université dit que le doyen – le professeur le plus
vieux – de l'établissement, pas d'un enseignant nommé par le gouvernement.

Vous pourriez également aimer...