La Colombie

Les leçons d’Esther Duflo

21 février 2021 – 06h25
Pour:

Esteban Piedrahíta

Un aspect positif de ces mois complexes de pandémie a été les «visites» virtuelles en Colombie de l’économiste Esther Duflo, qui était conférencière au congrès Andi en août et au Hay Festival à Carthagène (accès gratuit) en janvier dernier. Duflo, professeur au MIT, est aujourd’hui l’une des étoiles les plus brillantes du firmament économique. En 2019, elle a reçu le prix Nobel d’économie – avec son collègue et mari Abhijit Banerjee et Michael Kremer, professeur à l’Université de Chicago -, devenant ainsi la plus jeune récipiendaire d’histoire et la deuxième femme avec cette distinction.

La plus grande contribution de Duflo et de ses collègues à l’avancement des connaissances économiques est l’utilisation d’essais contrôlés randomisés – tels que ceux utilisés pour vérifier l’efficacité des vaccins contre le COVID – pour vérifier l’impact des mesures de réduction de la pauvreté. L’application de ces outils expérimentaux a permis de clarifier bon nombre des problèmes entourant ce défi énorme et pressant, et même de vérifier les erreurs et les limites de la théorie économique conventionnelle une fois appliquée sur le terrain.

Avec les revers majeurs en matière de pauvreté et d’équité que la pandémie a causés en Colombie et dans le monde, les leçons de Duflo sont particulièrement pertinentes. Le plus important est peut-être qu’il se trompe lorsque la croissance du PIB est priorisée au détriment d’autres variables socio-économiques. Bien qu’utile pour synthétiser des aspects clés de la performance économique, le PIB reste une abstraction («on ne peut pas manger du PIB») sur la croissance de laquelle la discipline économique n’offre pas beaucoup de perspectives, au-delà des généralités telles que la nécessité d’une gestion macroéconomique responsable. L’idée selon laquelle la réduction des impôts conduit à une croissance plus élevée, par exemple, si répandue dans notre environnement, n’est pas validée empiriquement. Cela entraîne cependant une plus grande inégalité.

Duflo estime que nous ferions beaucoup mieux de nous concentrer sur des mesures plus concrètes et mesurables du bien-être telles que l’espérance de vie, la mortalité infantile, le niveau de scolarité, etc., qui non seulement reflètent mieux ce que les gens considèrent comme le plus important, mais sur quels économistes et quels les experts peuvent faire des recommandations efficaces. En outre, des niveaux plus élevés de bien-être, de capacités et de capital humain alimentent la croissance économique.

Une autre idée précieuse de Duflo, particulièrement opportune à un moment où les gouvernements effectuent des transferts d’argent sans précédent vers leurs citoyens les plus pauvres, est qu’il n’y a aucune preuve que ces transferts découragent le travail. Même dans des pays comme les États-Unis, où dans certaines régions les transferts ont été nettement supérieurs aux salaires moyens, les gens n’ont pas cherché à quitter le marché du travail. Le sens de la dignité qu’apporte le travail va bien au-delà du revenu. Cependant, comme la sagesse conventionnelle indique que ce type d’aide génère effectivement ces désincitations, depuis l’époque victorienne, tous les pays ont conçu des filets de sécurité sociale d’exclusion qui génèrent une stigmatisation pour ceux qui en bénéficient.

Duflo fournit également des preuves sur la façon dont les migrants, en fournissant de nouvelles compétences (ceux qui sont venus dans notre pays du Venezuela, par exemple, ont une année de scolarité de plus que la moyenne colombienne) et en stimulant la demande, plutôt que de promouvoir le chômage, réduisent, surtout lorsque ils ont les moyens de travailler. À la lumière des preuves, la décision du gouvernement Duque de normaliser les Vénézuéliens en Colombie est un énorme succès, non seulement moral, mais aussi économique.

Suivez sur Twitter @estebanpie

Vous pourriez également aimer...