Le Venezuela

Les mesures coercitives unilatérales affectent la sécurité alimentaire

Le ministre du Pouvoir populaire pour l’alimentation, M/G Carlos Leal Tellería, lors de sa participation ce vendredi au Sommet sur les systèmes alimentaires de l’Organisation des Nations Unies, a dénoncé l’impact des mesures coercitives unilatérales qui affectent la sécurité alimentaire du peuple vénézuélien.

Tellerías a réitéré la condamnation des mesures impériales qui affectent la sécurité alimentaire du pays. « Nous voulons souligner une fois de plus notre plainte concernant l’application systématique de mesures coercitives et unilatérales en violation de la Charte des Nations Unies et en dehors du droit international, affectant la sécurité alimentaire du peuple vénézuélien », a-t-il déclaré.

Dans l’activité, le ministre a souligné que le pays a travaillé à la transformation du système alimentaire, sur la base des changements du modèle politique, économique, social et productif envisagé dans la Magna Carta, aligné avec les objectifs de développement durable.

Il a insisté sur le fait que la prémisse principale a été la défense de l’alimentation en tant que droit humain fondamental et non en tant que marchandise ou instrument de guerre ou de déstabilisation politique ou sociale.

« Nos efforts pour atteindre la souveraineté alimentaire et la sécurité alimentaire et nutritionnelle ont favorisé la participation active de tous les secteurs et acteurs qui affectent la production du pays. Je fais référence aux femmes, aux jeunes, aux peuples autochtones, aux paysans, aux pêcheurs, aux familles, à l’agriculture urbaine, aux communes, aux mouvements éco-socialistes et à l’agro-industrie entre autres, en appliquant la modalité de dialogues permanents avec le peuple », a-t-il déclaré dans son discours.

Il a assuré que l’État vénézuélien promeut des politiques en faveur d’une production primaire, durable et durable, où les usages, les coutumes, les connaissances et les connaissances ancestrales et locales servent de base à l’utilisation consciente de la Terre Mère, à travers la création de sous-régions pour la préservation et utilisation consciente des bassins versants et des zones forestières.

« La faim n’est pas un problème technique ou marketing, mais un problème de nature politique en raison de l’inégalité sociale qui existe dans le monde générée par le système capitaliste mis en place, donc, pour éradiquer la faim et transformer les systèmes alimentaires dans le monde. Il est nécessaire sur la base du bien-être des peuples et de la vie sur la planète, il s’agit avant tout de changer le modèle dominant et de passer à un modèle de développement plus humain, plus juste, plus équitable et inclusif », a-t-il déclaré à l’issue de sa participation au Sommet sur les systèmes alimentaires des Nations Unies,

Enfin, il a remercié tous les pays et les institutions du système des Nations Unies qui ont soutenu la nation au milieu de cette situation.

Vous pourriez également aimer...