Le Venezuela

Les ossements trouvés à Lara appartiennent à la phase archéologique Boulevard

Trois des quatre squelettes découverts dans une zone de deux mètres carrés à Playa Bonita, dans l’État de Lara, seront exhumés en janvier 2022 par une équipe d’experts du musée archéologique et paléontologique Francisco Tamayo de Quibor. Ils ne correspondent pas à des restes humains récents, mais à des peuples indigènes du passé vénézuélien, ils présument donc que le site archéologique pourrait être plus grand.

L’information a été fournie par l’archéologue Rubia Vásquez, directrice de l’instance susmentionnée, basée dans la municipalité de Jiménez (Quíbor) et qui, avec son collègue Ivel Urbina, a procédé le 16 novembre à la récupération du premier squelette (corps complet) et de certains objets. tels que les navires.

« Les squelettes apparus dans la paroisse Juan Bautista Rodríguez, ainsi que les vaisseaux, indiquent qu’ils correspondent à la phase du boulevard », a révélé l’archéologue Vásquez, décrivant qu’il s’agit d’un moment historique datant de 1500 à 1800 ans.

Il a expliqué que le lieu a des caractéristiques multi-composantes puisque des matériaux céramiques de différentes temporalités ont été obtenus auprès des populations aborigènes qui occupaient le centre-ouest du Venezuela.

Il est à noter que depuis le 20 octobre dernier de cette année, l’équipe d’expertise archéologique, est arrivée sur le site de la découverte de restes humains et matériels dans le secteur Playa Bonita (Jiménez), où certains ouvriers creusaient des puits pour renforcer les murs d’enceinte. d’un hangar privé.

De là, et sur la base de la loi sur le patrimoine culturel, promulguée en 1993, et avec l’autorisation de l’Institut du patrimoine culturel (IPC), basé à Caracas, ils ont demandé l’arrêt des travaux de génie civil et ont procédé à la première fouille dans une zone de ​​deux mètres carrés pour préserver la découverte d’une grande valeur historique.

« La zone où le sauvetage a été effectué mesure deux mètres carrés, il y a eu quatre squelettes trouvés, le site archéologique est très probablement beaucoup plus grand », a déclaré Vásquez.

Concernant la détermination de l’âge, du sexe et de la cause de la mort du squelette, le chercheur a précisé, certains aspects de ladite procédure, « le processus d’identification qui est effectué dans le laboratoire du Muséum, pourrait durer un mois après leur découverte. restes (squelettes et objets) car ils sont nettoyés, ce qui est un processus lent et très prudent pour les préserver ».

Il a expliqué que si les pièces déterrées sont humides, il faut les laisser sécher très bien, afin de garantir leur revue et leur étude.

D’autre part, Vásquez a donné une référence historique indigène car il s’agissait de corps entiers enterrés, la tête tournée vers l’est, conjointement, en position étendue, d’autres en position fœtale et accompagnés de récipients constitués en offrandes aux morts.

Rubia Vásquez directrice du Museo Arqueológico Paleontológico de Quíbor.

Vision des peuples autochtones

Le chaman principal des gayones de la municipalité d’Iribarren (Barquisimeto), Asdrúbal Mujica, a partagé en exclusivité pour l’ONU ses impressions sur la découverte et les recherches entreprises par le musée archéologique et paléontologique de Quibor, le 20 octobre dans le secteur de Playa Bonita.

En tant qu’autorité légitime et responsable de la pratique de la culture de son peuple autochtone, Mujica, aspire à ce que les chercheurs déterminent les années d’existence des quatre ossements trouvés, suggérant que, « depuis la fondation de la terre, il y a eu des peuples autochtones qui, historiquement, Ils sont issus des premiers colons (…) venus des grottes et au fur et à mesure que la civilisation avance, la population grandit et les peuples changent en fonction de ce qui progresse sur terre. Nous sommes de la terre, si elle s’améliore, nous le faisons et si elle se détériore, l’effet rejaillit sur nous aussi ».

Ajoutant que c’est pourquoi la symbolisation de les faire enterrer de cette manière, dans des récipients, « cela date de la fondation du monde, car il existe une connaissance de l’être humain car il y a eu différentes méthodologies pour enterrer nos ancêtres ». Cela s’est produit en fonction du rang au sein de la communauté ou s’il s’agissait d’une autorité légitime.

« La tête vers l’est, signifie qu’ils étaient de la communauté, ils n’étaient pas de hautes autorités (chef, chamanes ou chef), ils se sont enterrés assis et même debout car cela dépendait de la culture qui existait à cette époque. Bien que nous soyons le même peuple, ils ont des particularités changeantes selon la culture, cela dépend du chaman, la tradition que nous avons partagée de génération en génération », a expliqué Mujica.

Il a reconnu que dans les musées de Tocuyo (Morán) et de Quibor, il y a de nombreux objets, tels que des colliers, des bavoirs qui correspondent à ses ancêtres.

A propos de Playa Bonita dans la municipalité de Jiménez, Mujica a expliqué que pendant de nombreuses années, les archéologues ont effectué des fouilles, « en raison des grandes batailles qui s’y sont déroulées pendant de nombreuses années », il a noté que c’était un territoire très prospère, où une rivière qui permis aux peuples sédentaires de vivre de la pêche et de la chasse.

« Ce territoire était très prospère et ils vont récupérer de nombreux ossements pendant de nombreuses années, même des trésors y sont enterrés », a-t-il commenté selon les explications données par les grands-parents Gayones.

A cette époque, les Espagnols disaient que les chamanes indigènes faisaient capturer le principal Apuchí (ils se référaient au diable) pendant la journée dans une grotte, et la nuit, ils l’emmenaient travailler dans les vallées d’El Tocuyo et de Quibor, car à un autre jour, les semailles rozagante et cultivées se levèrent.

L’étude anthropologique actuellement menée par le Musée archéologique et paléontologique de Quibor a été considérée par Mujica comme très importante, soulignant, « puisque nous venons de n’avoir rien à reconnaître notre culture, le respect de nos peuples et la consolidation des établissements autochtones ».

L’également ministre des Politiques publiques de la municipalité d’Iribarren, a indiqué que les informations qu’il manipule sont transmises de génération en génération, selon la méthode de l’oralité par les grands-parents aborigènes qui sont dans les communautés Gay et Ayaman qui vivent dans l’État de Lara.

Les vallées de Quíbor (Jiménez), Humocaro Bajo, Humocaro Alto, El Tocuyo dans la municipalité de Morán, étaient le territoire indigène des Gayones, et de là, ils partageaient avec les Timotocuicas et Axaguas également situés dans le centre-ouest vénézuélien (aujourd’hui état de Lara).

Les anciennes colonies de Gayones venaient des Caraïbes qui pratiquaient et vivaient de la pêche et de la cueillette. Leurs terres ont rejoint celles des Gayones situées, aujourd’hui, à Bobare, commune d’Iribarren, de même, avec les Cuibas dans l’état de Falcón, les Jirajaras dans l’état de Yaracuy (San Felipe) et les Yaruros à Portuguesa (Guanare) et les terres llaneras, par signifie « une route du sel ou une route royale », a précisé Mujica.

Il a également signalé que : « il y a dix mille lieues qui appartiennent au territoire indigène Gayón », qui comprend les lieux susmentionnés et la population de Tintorero, dans la municipalité de Jiménez.

À l’heure actuelle, le plus grand chef du peuple Gayón a confirmé qu’il n’y a pas d’établissements indigènes dans l’espace archéologique où les enquêtes ont été menées depuis le 20 octobre dernier, sur la base de cet aspect : « Précisément, les Espagnols sont arrivés à Quibor et El Tocuyo, et là, les aborigènes étaient très battus à cette époque ».

Vous pourriez également aimer...