Les patients Covid peuvent plus tard souffrir de problèmes neurologiques ou psychiatriques

Une personne sur trois, après avoir été infectée par Covid-19, a reçu un diagnostic de problèmes neurologiques ou psychiatriques dans les six mois suivant l’infection, selon une étude sur la santé mentale menée auprès de plus de 200 000 personnes. L’anxiété (17%) et les troubles de l’humeur (14%) sont les diagnostics les plus fréquents, selon l’étude, publiée mercredi dans la revue spécialisée The Lancet Psychiatry.

L’incidence des problèmes neurologiques tels que les hémorragies cérébrales (0,6%), les accidents vasculaires cérébraux (2,1%) et la démence (0,7%) est globalement plus faible, mais le risque est généralement plus élevé chez les patients gravement malades.

Bien que le risque au niveau individuel pour la plupart de ces problèmes neurologiques et psychiatriques soit faible, l’effet peut être «considérable» pour les systèmes de santé en raison de l’ampleur de la pandémie, a expliqué le professeur Paul Harrison (Université d’Oxford, Royaume-Uni), auteur principal de l’étude. Selon Harrison, nombre de ces problèmes sont chroniques et il recommande de doter les systèmes de santé de ressources pour «répondre aux besoins».

Une maladie chronique et récurrente

En analysant les dossiers de santé électroniques de 236 379 patients atteints de COVID-19, les auteurs concluent que 34% avaient un diagnostic de maladie neurologique ou psychiatrique dans les six mois suivant l’infection. Pour 13% des personnes, il s’agissait du premier diagnostic neurologique ou psychiatrique.

Le risque de développer des problèmes à long terme augmentait chez les patients hospitalisés pour une covid-19 sévère. Plus précisément, 46% des patients en réanimation avaient des problèmes neurologiques ou psychiatriques six mois après avoir été infectés.

Environ 7% des patients en réanimation ont eu un accident cardiovasculaire ultérieur, 2,7% une hémorragie cérébrale et environ 2% ont développé une démence, contre respectivement 1,3%, 0,3% et 0,4% de ceux non hospitalisés.

Les chercheurs ont également croisé les données de plus de 100 000 patients qui avaient un diagnostic de grippe et de plus de 236 000 patients avec un diagnostic d’infections respiratoires.

Le risque d’un diagnostic neurologique ou psychiatrique est généralement 44% plus élevé après Covid qu’après une grippe, et 16% plus élevé qu’après une infection respiratoire.

« Malheureusement, de nombreux problèmes identifiés dans cette étude ont tendance à devenir chroniques ou récurrents, nous pouvons donc prévoir que l’impact de Covid-19 pourrait durer de nombreuses années », a déclaré le Dr Jonathan Rogers de l’Université de Londres (UCL), dans un commentaire publié dans le magazine.

Les personnes étudiées étaient probablement plus sévèrement touchées que la population générale. En d’autres termes, les auteurs considèrent ces personnes, nombreuses, qui ne vont pas consulter en raison de symptômes légers ou inexistants et, par conséquent, ne pèsent pas dans les dossiers.

★★★★★