Le Brésil

Les pays riches achètent des vaccins et peuvent laisser les pays pauvres abandonnés

São Paulo – Le vaccin contre le covid-19 se rapproche, mais les pays pauvres n'en bénéficieront pas. Un article d'Oxfam prévient que la plupart des doses produites ont déjà été achetées par les pays les plus riches, laissant une bonne partie de la population mondiale en bout de ligne.

L'alerte est faite en conjonction avec le Alliance populaire pour les vaccins (People's Vaccine Alliance, en traduction gratuite). Les organisations estiment que près de 70 pays à faible revenu ne pourront vacciner qu’un citoyen sur dix.

Bien que les créateurs du vaccin d'Oxford aient promis d'offrir 64% de leur vaccin aux pays pauvres, les pays les plus riches, qui comptent 14% de la population mondiale, ont déjà acheté 53% des doses de vaccin les plus prometteuses.

«Personne ne doit être exclu de la vaccination urgente et nécessaire contre le covid-19», déclare Maitê Gauto, responsable du programme et de l'incidence chez Oxfam Brasil. "Si l'achat de la plupart des vaccins par les pays les plus riches ne suffisait pas, au Brésil nous serons toujours confrontés au manque de planification du gouvernement fédéral et aux conflits politiques qui peuvent affecter directement la protection de la population."

Les pays riches à venir

Au Royaume-Uni, par exemple, la vaccination de masse des groupes les plus vulnérables a commencé mardi (8). D'autres pays qui attendent toujours l'approbation réglementaire des vaccins, les États-Unis et l'Europe ont déjà commandé suffisamment de vaccins pour immuniser les populations à partir des prochaines semaines.

À ce jour, toutes les doses du vaccin de Moderna et 96% du vaccin de Pfizer ont été achetées par les pays les plus riches. Les 64% des doses de vaccin d'Oxford, promis aux populations en développement, ne garantiront la vaccination que pour environ 18% de la population mondiale en 2021.

Oxfam Brasil soutient que les sociétés pharmaceutiques, qui produisent le vaccin contre le covid-19, doivent partager leurs technologies et renoncer à la propriété intellectuelle au profit du consortium Covax de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), créé pour produire des doses suffisantes pour tout.

L'entité déclare également qu'il est nécessaire que les vaccins contre le covid-19 soient considérés comme des biens publics mondiaux, car ils ont des investissements publics, étant ainsi gratuits pour la population, distribués équitablement, en fonction des besoins des personnes et en priorisant ceux qui en ont besoin. situation la plus vulnérable.

Vous pourriez également aimer...