Le Venezuela

Les peuples autochtones équatoriens dénoncent Moreno pour crime contre l'humanité

La Confédération des nationalités autochtones de l'Équateur (Conaie) a déposé lundi une plainte pour crime contre l'humanité contre plusieurs dirigeants de l'État équatorien, pour des allégations de violations des droits de l'homme dans le cadre des manifestations d'octobre 2019.

Un an après ces manifestations, plusieurs représentants des peuples et nationalités ancestraux du pays ont participé ce lundi à un acte rituel dans la capitale, dans le parc El Arbolito, épicentre des émeutes, pour se rendre plus tard au bureau du procureur général de l'Etat et faire l'entrée formelle du document.

La plainte a été déposée contre l'État et contre le Président de l'Équateur, Lenín Moreno; la Ministre du Gouvernement, María Paula Romo; le contrôleur général d’État, Pablo Celi, et le commandant général de la police Hernán Carillo.

«Nous poursuivons les principales autorités pour crime contre l'humanité», comme le décrit l'article 89 du Code pénal organique global, a expliqué l'avocat Carlos Poveda lors d'une conférence de presse offerte par des représentants autochtones dans le parc, au milieu d'une petite concentration. .

"Il y a eu une attaque contre la population civile, parce qu'il y a eu des exécutions extrajudiciaires (…) Le fait que la force publique soit utilisée pour intimider est une exécution extrajudiciaire."

Lors des émeutes d'octobre 2019, qui ont éclaté en tant que protestation sociale contre l'élimination des subventions à l'essence – abrogées par la suite pour pacifier le pays – une douzaine de personnes sont mortes et environ 1500 ont été blessées, dont près d'un tiers sont des agents de sécurité. .

Bien qu'initialement ils aient été convoqués par les syndicats et les syndicats des transports, le mouvement indigène a mené les manifestations, surtout à partir du troisième jour, et a été celui qui a négocié une sortie avec le président, qu'ils poursuivent maintenant.

Le Gouvernement a assuré à plusieurs reprises qu’il n’y avait pas eu de violation des droits de l’homme et que seules des mesures antiémeutes légitimes et légalement autorisées avaient été utilisées.

Poveda a souligné que pendant un an, le bureau du procureur général de l'État a été chargé de prononcer et d'enquêter sur les décès et les blessures de membres des peuples autochtones, mais qu '"un an s'est écoulé et rien ne s'est passé".

Le président de la Conaie, Jaime Vargas, a prévenu lors de la conférence de presse que si l'Etat n'enquêtait pas, "s'il ne répond pas", le mouvement ira aux "instances internationales".

«Nous avons déclaré cela le mois de la résistance; Octobre rebelle pour continuer à se battre depuis nos territoires. Nous serons là jusqu'aux dernières conséquences pour les persécutés, les emprisonnés, les membres de la famille que nous avons perdus », a déclaré le chef indigène.

Dans le lieu, avec l'Association des victimes de la grève nationale Inocencio Tucumbi, l'un des morts, un petit hommage rituel a été rendu aux victimes de ce soulèvement, qui, selon le gouvernement, provenait de l'extérieur à l'initiative de groupes correista et de certains gouvernements étrangers tels que celui du Venezuela.

Poveda a rappelé que 11 personnes sont mortes dans les accidents et qu'il y en a plus de 300 «mutilées», mais il s'est plaint qu'aucune enquête n'a été menée sur ces victimes.

"La rébellion qui nous a donné la légitimité de nous lever en octobre est payée aujourd'hui parce que les besoins ne sont pas satisfaits", a déclaré le vice-président de la Confédération des peuples de la nationalité kichwa de l'Équateur (Ecuarunari ), Nayra Chalán. / EFE

Vous pourriez également aimer...