Le Brésil

Les politiques de la pêche doivent adopter un modèle plus durable – Jornal da USP

Juin Ferraz Dias commente le scénario de la pêche mondiale, le manque de collecte de données sur l’activité au Brésil et la nécessité d’adopter des pratiques plus durables dans le secteur extractif

Au Brésil, il y a un manque de données sur l’activité de pêche

Le document La situation mondiale des pêches et de l’aquaculture, préparé par l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), souligne l’importance des océans et des poissons dans l’alimentation de la population mondiale. Selon les données de 2018, environ 179 millions de tonnes de poisson ont été produites dans le monde, représentant 401 milliards de dollars américains. June Ferraz Dias, professeur au Département d’océanographie biologique de l’Institut océanographique de l’Université de São Paulo, commente les pêcheries mondiales et l’importance de la durabilité de ce processus pour Journal USP sur l’air 1ère édition.

June explique que les données de pêche actuelles sont élevées et significatives, mais que la caractéristique extractive de la pêche réduit la capacité de retrait du poisson en raison du processus de surpêche, c’est-à-dire un retrait supérieur à ce qui est considéré comme durable. Citant les données de 2018, June explique que la pêche extractive représente environ 96 millions de tonnes de poissons, « tandis que l’aquaculture représente 82 millions de tonnes », ce qui signifie un changement dans le scénario de la pêche, puisqu’en 1990, le secteur de l’aquaculture ne représentait que 10 % de la production halieutique et elle atteint aujourd’hui 46% du total. « Si l’on considère également que la population humaine augmente, ces chiffres ne seront pas suffisants pour fournir toutes les protéines nécessaires aux habitants de la planète », commente June.

Au Brésil, il y a un manque de données sur l’activité de pêche. « Nous avons un scénario sombre, car depuis 2014 nous n’avons pas mis à jour les statistiques de pêche », prévient June, révélant que les statistiques présentes dans le rapport de la FAO sont la somme des données de São Paulo, Rio de Janeiro et Santa Catarina. « Ces montants, envoyés à la FAO, ne sont pas corrects et nous n’avons pas collecté de données sur la pêche depuis 2014 », alerte June, qui s’inquiète également de la quantité réellement prélevée et de la véritable production halieutique brésilienne.

Les politiques de pêche au Brésil sont orientées vers le secteur de l’aquaculture, selon June, mais dans le secteur extractif, la pêche industrielle est celle qui reçoit les plus grandes subventions. « Quand on ne subventionne que la pêche industrielle, on met de l’argent entre les mains de quelques-uns et on laisse de côté ce qui est plus écologique, qui est la pêche artisanale », évalue June. Enfin, elle souligne qu’une transformation de la pêche actuelle vers un modèle plus durable est nécessaire. « Nous devons réfléchir à de meilleures pratiques de pêche », conclut-il.


Journal de l’USP en direct
Jornal da USP no Ar est un partenariat entre Rádio USP et l’Escola Politécnica, la Faculdade de Medicina et l’Institute for Advanced Studies. Nà l’antenne, par Rede USP de Rádio, du lundi au vendredi : 1ère édition de 7h30 à 9h00, avec une présentation de Roxane Ré, et autres éditions à 10h45, 14h00, 3 : 00h00 et 16h45. À Ribeirao Preto, l’édition régionale sera diffusée de 12h à 12h30, avec des présentations de Mel Vieira et Ferraz Junior. Vous pouvez vous connecter à Rádio USP à São Paulo FM 93,7, à Ribeirão Preto FM 107,9, sur Internet à l’adresse www.jornal.usp.br ou via l’application Jornal da USP sur votre téléphone portable.

Vous pourriez également aimer...