Le Brésil

Les propriétaires d'écoles privées abandonnent le processus de retour à l'école

São Paulo – Sieeesp, un syndicat qui représente les écoles privées de l'État de São Paulo, s'est retiré d'un procès intenté contre la mairie de la capitale. En action, il a demandé la rentrée scolaire pour toutes les étapes de l'éducation de base – infantile et fondamentale. Lors d'une manifestation le dernier jour (1), la veille de la fête de la Conscience Noire, la juge Renata Barros Souto Maior Baiao a reconnu le retrait du processus par Sieeesp. Et il a officié au ministère public. Par ordonnance du 12 novembre, le procureur João Paulo Faustinoni e Silva, du Groupe d'action pour l'éducation spéciale du parquet de São Paulo, s'est prononcé contre l'octroi d'une injonction et a recommandé que la procédure soit transmise à la mairie.

Covas a menti sur la stabilité de la pandémie à São Paulo: les décès par covid-19 augmentent il y a trois semaines

Le syndicat privé des enseignants (Sinpro-SP) a également contesté l'action de Sieeesp, appelant au rejet de l'action des propriétaires d'écoles pour revenir aux cours en présentiel. Le lendemain de la manifestation du député, Sieeesp a décidé d'abandonner l'action.

Le décret municipal 59 860, signé le 23 octobre par la ville de São Paulo, a même permis la reprise des activités en classe au lycée. Mais il n'incluait pas l'autorisation d'activités dans l'éducation de la petite enfance (jusqu'à 5 ans) ou l'école primaire (6 à 14 ans). Sieeesp a fait valoir, dans son action, que la décision "n'aurait pas de soutien scientifique et violerait le principe d'isonomie".

Je suis retourné à l'école

La Fepesp – la fédération nationale des enseignants des écoles privées – a même condamné la décision de la direction du maire Bruno Covas de réintégrer le lycée. Et aussi l'action de Sieeesp. «Nous considérons le retour aux activités en présentiel comme précipité, car il expose les enseignants, les salariés et tous les acteurs de l'écosystème scolaire au risque de contagion dû à l'agglomération provoquée dans les salles de classe ou sur les transports en commun», précise la Fepesp, dans une note.

«Le risque est toujours présent et ce n'est pour aucune autre raison que nous avons insisté – et gagné devant les tribunaux – sur une protection spéciale non seulement pour les professionnels de l'éducation appartenant à des groupes à risque. Mais aussi à tous les enseignants qui vivent avec des personnes âgées, avec des comorbidités, qui se remettent de l'accouchement. Et, par conséquent, inclus dans les groupes à risque. »

Vous pourriez également aimer...