Le Brésil

Les revenus du travail perdent du poids en 2020 et les Brésiliens dépendent davantage des programmes sociaux

São Paulo – Les revenus du travail ont perdu du poids en 2020 et les Brésiliens ont commencé à dépendre davantage des programmes sociaux et d’autres sources de revenus, selon l’IBGE. Le nombre total de personnes ayant un revenu du travail est passé de 44,3 % à 40,1 % de la population – en nombre absolu, de 92,8 millions à 84,7 millions, le plus petit montant de la série. Ceux qui ont d’autres revenus, qui incluent l’aide d’urgence, ont presque doublé : de 7,8 % à 14,3 % de la population, soit de 16,4 millions, en 2019, à 30,2 millions. Ainsi, pour la première fois depuis 2012, ce groupe a dépassé celui des personnes ayant bénéficié d’une retraite et d’une pension (26,2 millions, soit 12,4%).

L’inégalité brésilienne est également évidente dans les revenus. L’an dernier, les 1 % des personnes aux revenus les plus élevés gagnaient 34,9 fois plus que les 50 % aux revenus les plus faibles. Les montants étaient respectivement de 15 816 R$ et 453 R$. Bien qu’élevée, cette proportion a diminué : en 2019, elle a atteint 40 fois, la plus élevée de la série.

De plus, la part des 10 % aux revenus les plus faibles détenait 0,9 % de la masse totale. Les 10 % aux revenus les plus élevés se concentrent à 41,6 %. Ce groupe, informe l’IBGE, disposait d’une part de la masse des revenus presque équivalente aux 80 % de la population aux revenus les plus faibles (43 %). Malgré tout, il a perdu sa participation entre 2019 et 2020.

assistance d’urgence

Selon l’enquête de l’IBGE publiée ce vendredi (19), la proportion de ménages avec des personnes bénéficiant d’autres programmes sociaux est passée de 0,7% à 23,7%. La proportion de bénéficiaires de Bolsa Família est passée de 14,3 % à 7,2 %, en raison de l’aide d’urgence. Et ceux qui bénéficiaient de la prestation continue (BPC) sont passés de 3,5% à 3,1%. En bref, la part des revenus du travail, de la retraite et des pensions, en plus des revenus tels que le loyer et la pension alimentaire, a diminué.

En conséquence, le revenu moyen de toutes les sources a chuté de 3,4% de 2019 à 2020, passant de 2 292 R$ à 2 213 R$. La valeur la plus élevée a été enregistrée dans la région du sud-est (2 575 R$) et la plus faible dans le nord-est (1 554 R$), la seule zone où il n’y a pas eu de baisse. Dans le cas des revenus du travail (2 447 R$), il y a eu une augmentation de 3,4%, en raison du départ de 8,1 millions de personnes employées.

D’autre part, la masse des revenus a chuté de 5,6%, à environ 207,385 milliards de reais. Quelque chose d’environ 12 milliards de R$ de moins dans l’économie brésilienne.

Les inégalités restent élevées

L’indice de Gini (qui mesure l’inégalité) du revenu moyen des ménages par habitant est passé de 0,544 à 0,524 – plus on est proche de 0, plus l’inégalité est faible. Le plus grand était dans le nord-est (0,526) et le plus petit dans le sud (0,457).

L’indice de Gini du rendement moyen de tous les emplois était de 0,500, légèrement inférieur à 2019 (0,506). « Une fois de plus, la réduction du nombre de personnes occupées, notamment les travailleurs indépendants, domestiques et non déclarés, a peut-être rendu la répartition des revenus du travail un peu moins inégale », estime l’IBGE. En 2015, cet indice était de 0,490. En d’autres termes, l’inégalité était plus faible.

En 2020, les revenus de tous les emplois représentaient 72,8% du revenu mensuel réel moyen des ménages par habitant. Les 27,2 % provenant d’autres sources se répartissaient entre retraite ou pension (17,6 %), loyer et bail (1,5 %), pension alimentaire, don ou allocation de non-résident (0,8 %) et autres revenus (7,2 %, qui représentaient 3,4 % en 2019). ). Ces autres revenus correspondaient à 13,7% dans le Nord-Est et à 12,5% dans la région Nord.

Vous pourriez également aimer...