Le Brésil

Les rues de Paraitinga seront vides, mais des chansons seront entendues

São Paulo – Petite ville (pas plus de 11 mille habitants) dans la vallée de Paraíba, à l’intérieur de São Paulo, São Luiz do Paraitinga est devenue célèbre pour ses manifestations culturelles. De la Folia do Divino à la Festa do Saci, en passant par les festivals de marchinhas, la commune, à 170 kilomètres de la capitale, est devenue synonyme d’art et a même surmonté des catastrophes comme l’inondation de 2010. Aujourd’hui, même avec l’isolement imposé par la pandémie, Paraitinga se prépare pour la 6ème semaine de la chanson brésilienne, qui débute ce lundi (19) et se poursuit jusqu’à dimanche prochain (25).

L’événement – rendu possible grâce aux fonds de la loi Aldir Blanc – comprend des concerts (enregistrés et des vies) par des artistes locaux connus, des ateliers et un festival. Toute la programmation sera en ligne, diffusé par YouTube. Les ateliers se dérouleront via Zoom. Les personnes intéressées doivent s’inscrire sur le site Web de la Semaine de la chanson, qui comprend également toute la programmation et d’autres informations.

Spectacles musicaux et conversations

Le premier spectacle, mardi soir (20), est d’Anelis Assumpção, avec la participation de Curumin. Les autres noms confirmés sont Céu, Liniker et Zé Ibarra. Quatre groupes de Paraitinga étaient invités: Los Cunhados, Quar ‘De Mata, Estrambelhados et Despirocadas. Les artistes participent également à des «conversations musicales» avec le public.

Despirocadas, Destrambelhados (à gauche), Los Cunhados et Quar ‘de Mata: groupes Luizenses dans la semaine de la chanson (Fábio Gomes / Murilo Marroco / Fabi Ferreira)

Le festival comptait 12 finalistes, pour un total de plus de 200 entrées. Trois d’entre eux auront les chansons diffusées le 21, mercredi. L’organisation considère qu’il ne s’agit pas d’un festival compétitif, puisque le jury évaluera «l’ensemble de l’œuvre du compositeur» pour faire son choix. «De cette façon, on pense qu’il révèle de manière plus cohérente où les nouvelles directions de la chanson brésilienne pointent.»

La mémoire est la culture

« Je pense que les juges ont du mal à élire les trois premiers », déclare la chanteuse Suzana Salles, commissaire de l’événement. Elle voit dans la Semaine de la chanson une démonstration de la force et de la diversité de l’art brésilien, en plus de la préservation de l’histoire musicale du pays. «La mémoire est la culture, c’est ce qui nous soutient en ce moment. Et l’histoire de São Luiz do Paraitinga est une grande mémoire collective », dit-il.

Née dans le mouvement Vanguarda Paulista, dans les années 1980, Suzana de São Paulo a choisi Paraitinga comme ville de cœur. Elle y est arrivée après avoir été juge dans un festival à Taubaté. C’est à ce moment-là qu’il a rencontré Galvão Frade, secrétaire à la culture de Luanda et membre du groupe Paranga.

Suzana Salles: L’événement Paraitinga, qui montre la force et la diversité de la chanson brésilienne, sera dédié à Nhô Frade (Photos: Angélica del Nery et reproduction)

Hommage à Nhô Frade

La Semaine de la chanson de cette année est d’ailleurs dédiée à Nhô Frade, frère de Galvão et l’un des fondateurs de Paranga, décédé en mars, à l’âge de 59 ans, victime du covid. Plus qu’une figure connue de tous, Nhô était un peu l’âme de la ville. «Il sera très présent», dit Suzana, se remémorant la participation des musiciens Camilo et Caio Frade, fils de l’artiste.

La pandémie, bien sûr, a accru les soins. «L’idée originale était très différente de celle que nous présentons au public», déclare le conservateur. «Tout le monde travaille très dur en solidarité, connaissant les problèmes de chacun. Il n’y a pas de temps pour rejoindre, pas moyen. Gens (qui participera à la réunion) sont pratiquement en solo. À São Luiz do Paraitinga, personne n’a trouvé personne. »

Chacun avec son propre «Brasilzinho»

Mis à part les peines, Suzana met en évidence la force de la culture. «Nous sommes notre histoire, notre trajectoire», a-t-il écrit dans le texte de présentation de Semana da Canção. «Je visualise un Brésil où chaque habitant porte un Brésil en lui-même, avec sa musique, sa nature belle et diversifiée, ses mystères de l’Amérique du Sud portugaise, noire et indienne. J’encourage l’infini, ajoute-t-il.

«Chacun de ces (enregistrés) est un tout nouveau compositeur qui fait sa musique», dit Suzana. «La chanson brésilienne est si complète et transversale qu’il n’y a rien de tel dans le monde.» Pour l’édition de cette année, elle explique qu’elle souhaitait donner plus de visibilité aux musiciens locaux. Dans le même temps, il a invité des musiciens contemporains avec une présence consolidée sur la scène artistique brésilienne. Suzana raconte, par exemple, qu’elle a été étonnée lorsqu’elle a rencontré Liniker, «l’un des plus grands interprètes de la musique populaire qui a émergé ces derniers temps, une puissance, une dynamo». Cite votre interprétation de Fleurs horizontales, ce qui lui a causé une émotion similaire lorsqu’elle a entendu la chanson dans la voix d’Elza Soares.

Si les rues normalement animées de Paraitinga ne sont pas prises dans les prochains jours, les chansons ne s’arrêteront pas. «C’est notre plus grand trésor», se souvient la chanteuse.

À Taubaté, un festival d’art rend hommage à Paulo Simões et se concentre sur la protection de l’environnement

Près de Paraitinga, et presque en même temps, Taubaté accueille le 4e Festival d’art de Vale do Paraíba, du mercredi (21) au dimanche (25). Avec une trentaine d’artistes, l’événement rendra hommage au chanteur et compositeur Paulo Simões. Une rencontre pleine de guitaristes, comme le lauréat lui-même, ainsi que Renato et Chico Teixeira et Levi Ramiro. Et le groupe Paranga lui-même.

Selon les organisateurs, cette édition met l’accent sur le développement humain et la question environnementale. Au programme, le photographe Araquém Alcântara, une référence sur le sujet.

En plus des performances musicales, le festival proposera des ateliers, des cercles de conversation et des conférences. L’événement sera diffusé via YouTube. L’horaire peut être vérifié sur le site www.festivaldeartevaledoparaiba.com.

Vous pourriez également aimer...