Le Brésil

Les sans-abri ouvrent un dialogue contre l’extinction de la « Citizen Kitchen »

São Paulo – Dans un acte de désespoir et de force, le président du Mouvement de population de la rue de São Paulo, Robson Mendonça, s’est enchaîné à une grève de la faim devant la mairie de São Paulo ce lundi 20. Il a appelé à une rencontre avec le président de la Chambre, le conseiller municipal Milton Leite (DEM), dans le but de trouver une alternative à la fin du programme Citizen Kitchen, qui distribue des repas gratuits aux personnes vivant dans la rue. Annoncée par la ville de São Paulo, la fermeture du réseau laissera environ 10 000 personnes sans accès à la nourriture dans la ville de São Paulo.

Après six heures d’action, qui ont bénéficié du soutien de la Commission des droits de l’homme de la Chambre, Mendonça a appris que Leite rencontrerait des membres du mouvement ce mercredi (22), à 16 heures. Le président du MEPR souligne que la fermeture du programme Citizen Kitchen, dans la situation actuelle des sans-abri, « est une atteinte à la vie des gens et peut avoir de graves conséquences dans la ville ».

« C’est plus que de la cruauté, c’est même une condamnation à mort pour des gens qui vont mourir de faim. Parce que beaucoup de nos jours prennent une boîte à lunch et partagent, ils mangent moitié au milieu de la journée et moitié la nuit. Et d’autres prennent deux boîtes à lunch à partager entre six personnes. Je veux dire, étant sans cette nourriture, imaginez quel désastre ce sera. Beaucoup de jeunes devront même voler pour pouvoir manger, car beaucoup n’accepteront pas de passer toute la journée sans manger. Il y a 10 000 personnes qui vont avoir faim dans la ville de São Paulo. Avec cet acte, nous voulons que le président de la Chambre nous reçoive et avec les élus pour créer une alternative pour que ces personnes n’aient pas l’occasion de voir des bateaux », explique-t-il.

TJ-SP rejette l’injonction

Sur les quelque 10 000 bénéficiaires de repas, 60 % sont sans abri. Les autres sont des gens qui vivent de grâce, de pensions ou de résidents d’occupations. L’administration du maire Ricardo Nunes (MDB) affirme que les bénéficiaires du programme Citizen Kitchen ne seront pas laissés sans surveillance et seront dirigés vers le programme d’État Bom Prato. Cependant, les leaders de la population des rues pensent que les restaurants Bom Prato sont incapables d’absorber cette demande. Les mouvements estiment le nombre de sans-abri dans la capitale de São Paulo à plus de 30 000. Le nombre est supérieur à celui indiqué lors du dernier recensement effectué par la commune.

Malgré les progrès dans le dialogue avec le parlement municipal, dans la justice la population sans domicile n’a pas eu sa revendication. Le juge Kenichi Koyama, du 15e tribunal des finances publiques, a rejeté l’injonction préliminaire du bureau du défenseur public et du ministère public de déterminer que la ville maintiendrait le programme alimentaire jusqu’à la fin de cette année. Selon le magistrat, la poursuite ou non du programme Citizen Kitchen est une décision de l’administration Nunes. Et servir la population sans domicile fixe est une question à régler entre l’État, les municipalités et les autorités de la société civile.

Conséquence de la fin du programme

Coordinateur de l’Associação Rede Rua et conseiller du Comité Pop Rua du secrétariat municipal des Droits de l’Homme, Alderon Costa a regretté la décision. Pour lui, la Justice « a esquivé la responsabilité ». « Dans certaines parties de la ville, par exemple à Santo Amaro, le programme est déjà terminé et il y a déjà des nouvelles selon lesquelles les gens meurent de faim. Et qu’est-ce que tu vas faire? En désespoir de cause, que va-t-il se passer ? », demande Alderon.

«Ce n’est pas bon pour la ville, pour les personnes vivant dans la rue, et ce n’est pas bon non plus pour la direction et la justice. Il était important de rétablir le réseau Cozinha Cidadã. Nous demandons au Bureau du Défenseur public et au Ministère public de faire appel, car l’opinion du juge est erronée. La faim n’est pas un problème politique. C’est une question de priorité, une décision fondamentale de la vie. Nous voulons ouvrir immédiatement un espace de médiation de dialogue avec la mairie afin qu’il puisse être prolongé pour une durée supplémentaire », complète l’édile.

Le programme Citizen Kitchen devrait se terminer ce samedi (25). Mais jusqu’à présent, seules 4 000 cartes d’accès à Bom Prato ont été distribuées aux plus de 10 000 bénéficiaires.

Consulter le rapport

Vous pourriez également aimer...