Le Brésil

Les syndicats répudient le crime de racisme qui a tué João Alberto

São Paulo – Les syndicats ont manifesté vendredi (20) contre le crime de racisme qui a conduit au meurtre de João Alberto Silveira Freitas, exécuté par des agents de sécurité de la chaîne de supermarchés Carrefour à Porto Alegre (RS). UNI Global, un syndicat international représentant plus de 20 millions de travailleurs dans le monde, y compris ceux de Carrefour, et Uni Americas, la branche latino-américaine d'UNI Global et représentant les travailleurs d'Amérique du Sud, a répudié, dans des notes, le meurtre motivé par le racisme. Uni Global a envoyé une déclaration au réseau français, les modalités de facturation et l'infraction est condamnée.

Dans cette déclaration publique envoyée à la direction de la multinationale, la secrétaire générale d'UNI Global, Christy Hoffman, a déclaré que «Carrefour ne devrait pas seulement enquêter et évaluer les circonstances qui ont conduit à cet événement, mais aussi utiliser cet acte odieux pour contribuer à la fin de la guerre. racisme, non seulement dans leurs magasins, mais dans toutes les communautés où il opère, la sécurité des clients, des employés, des entrepreneurs et du grand public. "

Parmi les syndicats contre le crime de racisme également, la Confédération nationale des travailleurs du commerce et des services (Contracs-CUT) a fait une déclaration de répudiation du meurtre de João Alberto. Julimar Roberto, président de Contracs, a déclaré que "l'action nous fait refléter à quel point nous sommes encore loin d'une société dans laquelle chacun est traité avec respect et dignité".

La violence

Le crime s'est produit dans la nuit de jeudi dernier (19). John
Alberto a été battu et asphyxié par deux agents de sécurité de l'unité, en
circonstances non encore clarifiées, lors de vos achats avec l'entreprise
épouse.

Les enquêtes indiquent que Freitas est peut-être décédé
arrêt cardiaque à la suite des violences subies. Ironiquement, le crime s'est produit
la veille de la date à laquelle est célébrée la Journée de la sensibilisation aux Noirs au Brésil,
le 20 novembre.

Par une note, Carrefour Brasil a fait savoir qu'il regrette
profondément l'affaire et qui a licencié le gérant du magasin et a annulé le
contrat avec la société de sécurité, et a ouvert une enquête
enquêter sur les circonstances dans lesquelles le crime a été commis. Mais UNI Global prend des mesures plus énergiques.

Vous pourriez également aimer...