Les travailleurs du pétrole expriment une grève nationale contre la privatisation de Petrobras

São Paulo – Les travailleurs de Petrobras et les syndicats liés à la Fédération unique des travailleurs du pétrole (FUP) se réunissent jusqu’à vendredi prochain (12) pour discuter de la construction d’une grève nationale contre la privatisation de l’entreprise. Le président Jair Bolsonaro et son ministre de l’Économie Paulo Guedes ont déjà annoncé qu’ils discutaient avec les chefs de gouvernement au Congrès national de la présentation d’un projet de loi autorisant la livraison des actions Petrobras encore sous contrôle de l’État au marché financier brésilien.

Pour contrer cette nouvelle attaque, le Conseil délibératif du FUP a indiqué la tenue d’assemblées sectorielles dans toutes les bases afin que les travailleurs du pétrole présentent des propositions pour la construction d’une nouvelle grève nationale.

Les syndicats profitent également de l’espace des assemblées sectorielles pour discuter avec les travailleurs des mobilisations contre les dérives des dirigeants de Petrobras, comme l’imposition unilatérale de la table en 3×2 (trois jours de travail et deux jours de repos).

Pas d’accord avec TST

Les travailleurs du pétrole prétendent que la direction de Petrobras continue d’agir de mauvaise foi, dans une tentative de semer la confusion chez les travailleurs qui ont rejeté la table 3×2 que l’entreprise veut imposer à la catégorie lors des réunions. La rencontre avec le ministre du Tribunal supérieur du travail (TST) Ives Gandra Filho, tenue le 27, n’a pas avancé vers la construction d’une nouvelle proposition, comme tentent de le faire croire les dirigeants de Petrobras.

La médiation a été menée sur la base d’une provocation du Sindipetro Duque de Caxias, après que le TST a suspendu l’injonction qui garantissait le maintien de l’horaire de travail à Reduc. Le FUP n’a participé à l’audience qu’en tant qu’invité, pour tenter de trouver une alternative à l’impasse créée par la direction de Petrobras, qui a systématiquement manqué à l’engagement pris avec les travailleurs à l’issue de la grève de février 2020, qu’il seulement mettre en œuvre les tableaux de ceux qui ont été négociés avec les entités syndicales et approuvés lors des assemblées.

Le conseiller juridique de la FUP attire l’attention sur le fait que l’accord de table Shift qui a été négocié par Sindipetro Caxias dans le TST ne produira des effets que pour les employés de Reduc, qui concluent déjà les réunions d’approbation du projet, mais n’atteint pas les autres syndicats.

La politique tarifaire de Petrobras entraîne également un risque de pénurie, préviennent les pétroliers


En d’autres termes, rien de nouveau par rapport à ce qui avait déjà été décidé par les travailleurs lors des réunions tenues en septembre, lorsque la catégorie a de nouveau déclaré qu’elle n’acceptait pas la table 3×2 et a approuvé les mobilisations pour s’opposer à l’imposition faite par Petrobras. Avec l’épuisement des possibilités juridiques de progrès sur cette question, plus que jamais, il est essentiel que les compagnies pétrolières intensifient la lutte, en participant activement aux secteurs qui discutent de la construction d’une grande grève nationale contre le projet de privatisation de Petrobras que Bolsonaro est en train de coudre. à porter au Congrès national.

publicité mensongère

La publicité diffusée par la direction de Petrobras sur les prix des carburants n’est pas fidèle à la réalité des Brésiliens, qui font face à une inflation galopante principalement à cause des réajustements abusifs de l’essence, du gasoil et du gaz de cuisine.

« L’annonce mensongère, à l’accent étranger, adopte la stratégie de déni du gouvernement fédéral, attribuant à des tiers la principale cause de la hausse des prix de l’essence », explique le coordinateur général du FUP, Deyvid Bacelar, notant que dans certaines stations du pays, ils dépassent déjà 7 R$ par litre.

La publicité parle de « transparence ». Mais, pour le leader, c’est vraiment « à l’anglais de voir et d’entendre ». L’entreprise cache la vérité en ne mentionnant pas que les réajustements suivants sont déterminés par la politique de prix de parité à l’importation (PPI) adoptée par l’entreprise et qui guide les autres agents du marché », commente le coordinateur.

Découvrez le reportage de ‘Seu Jornal’, sur TVT :

Avec des informations de FUP

★★★★★