Le Brésil

Les travailleurs du pétrole réagissent à la privatisation de la raffinerie de Petrobras à Manaus

São Paulo – La Fédération unitaire des travailleurs du pétrole (FUP-CUT), l’Association nationale des actionnaires minoritaires des travailleurs du pétrole de Petrobrás (Anapetro) et le Syndicat des travailleurs du pétrole d’Amazonas (Sindipetro-AM) ont décidé de déposer un recours auprès de la Conseil de défense économique (Cade) contre la privatisation de la raffinerie Isaac Sabbá (Reman) de Petrobras, à Manaus (AM). Jeudi dernier (13), la surintendance générale de Cade a approuvé la vente de Remam à Grupo Atem. Si l’affaire est conclue, ce sera la deuxième raffinerie de Petrobras cédée à des capitaux privés.

Les travailleurs du pétrole affirment, dans une note, que la décision de Cade a ignoré l’avis de l’Agence nationale du pétrole (ANP), qui a souligné la nécessité de « remèdes » dans l’opération, pour éviter la concentration du marché. De même, un autre rapport de la Cour fédérale des comptes (TCU) a souligné les risques pour la concurrence dans le secteur.

Les sociétés Raízen et Ipiranga remettent également en cause l’accord. Les concurrents ont souligné que la privatisation comporte des risques de pénurie, de pratiques abusives et de fermeture du marché. Ainsi, tant les pétroliers que les concurrents ont déposé des ressources auprès du CADE en tant que « tiers intéressés » dans l’affaire.

Fraude

« La vente de Reman est une fraude explicite contre la concurrence ; un accord conclu en dessous du prix du marché et qui générera un autre monopole régional privé nuisible, avec des pertes pour les consommateurs de carburant de la région », a déclaré le président d’Anapetro, Mário Dal Zot. Il précise que Reman est la seule raffinerie de la région Nord, responsable de l’approvisionnement local.

« La vente de Reman est loin d’être terminée et nous allons l’arrêter. C’est l’un des cas les plus absurdes de monopole régional privé dans le raffinage. À tel point que pratiquement toutes les entreprises qui opèrent sur ce marché se sont également adressées à la Cade pour remettre en question l’opération », a souligné le coordinateur général de la FUP-CUT, Deyvid Bacelar.

De plus, les pétroliers affirment que Remam est vendu à 70 % de sa valeur marchande. Selon l’Institut d’études stratégiques du pétrole, du gaz naturel et des biocarburants (Ineep), la valeur minimale de Remam est de 279 millions de dollars. Cependant, Petrobras a vendu la raffinerie à Grupo Atem, en août dernier, pour seulement 189 millions de dollars.

démanteler

Ainsi, pour FUP-CUT, la vente de la raffinerie de Manaus est un nouveau chapitre du démantèlement de Petrobras, que le gouvernement Bolsonaro parraine. Les travailleurs du pétrole soulignent également les effets négatifs de la privatisation de la raffinerie de Landulpho Alves (Rlam) à Bahia. Petrobras a vendu la raffinerie, à la fin de l’année dernière, au fonds arabe Mubadala. Mais, contrairement au discours officiel du gouvernement, l’augmentation supposée de la concurrence dans le raffinage ne s’est pas traduite par une baisse des prix des carburants.

« Après trois mois de privatisation de la Rlam, rebaptisée raffinerie de Mataripe, Bahia est devenue l’État brésilien avec le carburant le plus cher du Brésil, selon l’Agence nationale du pétrole. La même raffinerie, jusqu’à aujourd’hui, ne fournit pas de pétrole de soute aux navires via le terminal Madre de Deus, le principal point de flux de production, car elle donne la priorité à son exportation », indique la note de FUP-CUT.

Vous pourriez également aimer...