Le Brésil

Les travailleurs lancent une campagne pour l'accès aux médicaments et aux vaccins

São Paulo – Les organisations de travailleurs ont annoncé lundi (13) une campagne pour soutenir un projet qui élargit l'accès aux médicaments et vaccins protégés par des brevets. Le projet de loi (PL) 1.462 / 20 établit la licence obligatoire automatique pour les brevets afin de faire face aux urgences de santé publique, telles que la pandémie de coronavirus.

La campagne est dirigée par l'International Public Service (ISP). Il s'agit d'une fédération syndicale mondiale représentant 30 millions de travailleurs dans 154 pays. La campagne est également soutenue par les organisations syndicales affiliées aux FSI au Brésil.

Dans l'attente du Congrès, le projet est rédigé par le député Alexandre Padilha (PT-SP). L'article est signé par des députés de différents partis et spectres idéologiques. S'il devient loi, il permettra l'accès à des médicaments et vaccins dont l'efficacité sera prouvée à l'avenir pour l'ensemble de la population brésilienne.

"Les organisations syndicales comprennent qu'il ne peut y avoir de monopole d'entreprises privées sur les technologies médicales pour lutter contre la crise sanitaire provoquée par le Covid-19", indique une note de l'ISP. «Sinon, seules ces entreprises et les plus riches en bénéficieront. Pendant ce temps, la population noire et pauvre restera la plus vulnérable à la pandémie. »

Les entités soulignent que l'octroi de licences obligatoires dans ces cas, une mesure approuvée par l'assemblée de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) en mai de cette année, est essentiel pour garantir la protection des professionnels des services essentiels, tels que les professionnels de la santé.

Frontline

Ainsi, la campagne pour l'approbation du PL 1.462 ouvre une nouvelle étape d'une autre campagne: les "Travailleurs protégés et Sauver des vies", lancée le 31 mars par l'ISP et ses affiliés au Brésil.

La campagne met la pression sur les gestionnaires publics et les employeurs privés pour améliorer les conditions de travail en première ligne afin de lutter contre le Covid-19. Dans le cadre de cette initiative, un questionnaire a été clôturé le 15 juin en ligne, qui pendant deux mois et demi a recueilli les réponses de 3 637 professionnels de tout le pays.

Entre autres données, 63% ont répondu qu'ils n'avaient pas d'équipement de protection individuelle (EPI) adéquat sur leur lieu de travail. 54% ont déclaré éprouver une détresse psychologique. L'une des constatations est que les indices, qui démontrent généralement de mauvaises conditions de travail, n'ont pas changé de manière significative au cours de la période de diffusion de l'enquête.

Écriture: Helder Lima

Vous pourriez également aimer...