Les Yanomami vont recevoir de l’aide de la Force Nationale après de nombreuses demandes d’aide

São Paulo – Le ministère de la Justice et de la Sécurité publique a autorisé l’envoi d’agents de la Force nationale de sécurité publique pour renforcer la protection de la Terre indigène Yanomami, à Roraima, la plus grande réserve indigène du pays. Les troupes resteront au moins 90 jours et travailleront en soutien à la National Indian Foundation (Funai), après que la région a été la cible d’attaques de mineurs illégaux. Selon l’Association Hutukara Yanomami (HAY), deux enfants ont été tués, et depuis lors, l’association a fait plusieurs demandes d’aide.

Les attaques visaient la communauté Palimiu, dans la soi-disant base américaine. Dans l’un d’eux, des personnes qui s’étaient approchées à bord de sept bateaux ont ouvert le feu dans un endroit au bord d’une rivière où se trouvait un groupe de femmes et d’enfants. Selon HAY, quelques jours plus tard, les corps d’un enfant de 1 an et d’un enfant de 5 ans ont été retrouvés. « Le 11, ils ont commencé à chercher et seuls deux ont été trouvés », a déclaré Dário Kopenawa, vice-président de l’association. Le lendemain, à 15 heures, les deux autres corps sont apparus flottant dans le Rio Grande. Ensuite, les dirigeants ont confirmé que les enfants sont morts lors de la fusillade en fuyant les coups de feu.

Gaz lacrymogène

Quelques jours plus tard, dans l’un des appels à l’aide, Hutukara a dénoncé des attaques au gaz lacrymogène. « Le 16 mai, dans la nuit, à 21h40, nous avons reçu un appel de la communauté de Palimiu informant la communauté d’une autre attaque de mineurs. Selon les Yanomami, il y avait 15 bateaux de mineurs qui s’approchaient contre la communauté. Les Yanomami ont déclaré qu’en plus des coups de feu, il y avait beaucoup de fumée et que leurs yeux brûlaient, indiquant que des bombes lacrymogènes avaient été tirées sur les indigènes. Les Yanomami étaient très contrariés et criaient d’inquiétude au téléphone. En arrière-plan, il était possible d’entendre le bruit des coups de feu. La situation était grave », a rapporté l’association. HAY a alors demandé d’urgence l’installation d’un avant-poste pour maintenir la sécurité sur le site et sur la rivière Uraricoera, ainsi qu’un soutien logistique immédiat pour les actions d’autres organismes publics.

L’envoi de la Force nationale a été publié au Journal officiel de l’Union ce lundi (14), par l’ordonnance n° 256, signée par le ministre Anderson Torres. Le groupe aura son siège dans la capitale du Roraima, Boa Vista, et sa politique est de préserver l’ordre public et la sécurité des personnes et des biens. Pour des raisons de sécurité, le nombre d’agents n’a pas été divulgué.

20 mille mineurs

L’inaction du gouvernement Bolsonaro a conduit le ministre Luís Roberto Barroso, de la Cour suprême fédérale (STF), à déterminer fin mai que « toutes les mesures nécessaires » devaient être prises immédiatement pour protéger la vie, la santé et la sécurité des populations autochtones. sur la Terre les peuples autochtones Yanomami et Munduruku. La décision a répondu à la demande de l’Articulation des peuples autochtones du Brésil (Apib), qui a demandé l’élimination urgente des envahisseurs. De plus, depuis 2020, une action civile publique déposée par le ministère public fédéral (MPF) demande aux autorités d’éloigner de la zone toutes les personnes non autochtones non autorisées.

Avec environ 9,66 millions d’hectares, la réserve Yanomami couvre une partie du territoire de Roraima et d’Amazonas avec une vaste zone de végétation préservée. Selon l’association Yanomami, qui regroupe des représentants de tous les peuples qui vivent dans la réserve créée en 1992, environ 20 000 mineurs y travaillent illégalement. Ils défrichent la forêt, contaminent les cours d’eau avec du mercure et de l’iode et érodent les berges des rivières.

★★★★★