« L’Etat a lamentablement échoué » dans l’éducation », dit Lula

São Paulo – Le président Luiz Inácio Lula da Silva (PT) a lancé, ce lundi 12, le programme d’engagement national pour l’alphabétisation. Dans son discours, il a souligné la décadence de l’éducation publique dans le pays. « Que s’est-il passé pour que l’école publique ait tant décliné ? », s’interroge-t-il. « Un grand nombre d’intellectuels brésiliens viennent de école publique. Pourquoi une partie de la classe moyenne a-t-elle fui l’enseignement public ? À cause de la qualité », a-t-il déclaré. Selon Lula, « l’État a lamentablement échoué » dans la région ces dernières années.

Selon Lula, « lorsque la pandémie a entraîné la fermeture des salles de classe, l’ancien dirigeant n’a pas exigé de solutions d’urgence pour l’éducation ; préféré le déni et le discours de haine ».

Malgré la présence du réseau de l’éducation publique sur tout le territoire national, les déboires ont été « honteux », a-t-il ajouté. « Nous en sommes arrivés au point où de nombreux enfants de la périphérie des grands centres urbains allaient souvent à l’école pour le déjeuner. Voyez l’absurdité.

Selon Lula, « Le Ceará a toujours été l’État qui était à l’avant-garde » en matière d’éducation. « Étonnamment, 36 % des étudiants de l’ITA (Instituto Tecnológico de Aeronáutica) sont originaires du Ceará. Cela démontre qu’il s’est passé quelque chose là-bas qui doit se produire dans d’autres États.

Lula a fait l’éloge du ministre des Finances, Fernando Haddad, qui a occupé le portefeuille de 2005 à 2012. « Haddad a été le meilleur ministre de l’Éducation que ce pays ait eu. Et Camilo (Santana, actuel ministre) devra faire plus.

« Esprit de collaboration »

Selon Camilo Santana, le programme lancé aujourd’hui a bénéficié du soutien de représentants d’États et de municipalités, d’universités, de professeurs et de spécialistes. « C’est dans cet esprit de collaboration et de partenariat que nous voulons transformer l’éducation au Brésil. Nous avons une ambition et un devoir en tant que pays : prendre soin de nos enfants, en garantissant le droit de chacun à lire et à écrire », a-t-il déclaré.

Selon l’enquête Alfabetiza Brasil, réalisée par l’Institut national d’études et de recherches pédagogiques Anísio Teixeira (Inep), qui a contribué à la formulation de «l’Engagement national pour l’alphabétisation des enfants», 56,4% des élèves étaient considérés comme analphabètes en raison de leurs performances dans le système d’alphabétisation. Évaluation de l’éducation de base (Saeb) 2021. En 2021, 2,8 millions d’enfants ont terminé la 2e année du primaire.

Dans une autre étude internationale menée par l’Inep, l’Étude internationale sur le progrès de la lecture (PIRLS), publiée en 2023, le Brésil devançait seulement cinq pays dans l’évaluation internationale de la littératie, appliquée dans 65 pays.

La secrétaire à l’éducation de base du MEC, Kátia Schweickard, affirme que «c’est une responsabilité collective de garantir l’alphabétisation à l’âge approprié. Et la MEC est de retour pour coordonner les efforts nécessaires à travers le pays pour l’autonomie des futurs citoyens ».

Investissement de plus de 2 milliards de R$ par le gouvernement Lula dans l’éducation

Sur son site Internet, la MEC a publié une note selon laquelle le National Literate Child Commitment « subventionnera des actions concrètes des États, des municipalités et du District fédéral pour promouvoir l’alphabétisation de tous les enfants du pays ». L’investissement s’élèvera à plus de 2 milliards de reais en quatre ans.

L’objectif, indique la note, est de faire en sorte que 100% des enfants brésiliens soient alphabétisés à la fin de la 2e année de l’école élémentaire, comme le prévoit l’objectif 5 du Plan national d’éducation (PNE). L’un des objectifs est de combler l’énorme écart et l’impact de la pandémie sur l’éducation.

La nouvelle politique éducative lancée aujourd’hui par le gouvernement Lula repose sur cinq axes : Gestion et Gouvernance, Formation des professionnels de l’éducation, Infrastructures physiques et pédagogiques, Reconnaissance des bonnes pratiques et Systèmes d’évaluation. Le MEC, en tant que créateur de la politique nationale, offrira un soutien technique et financier aux réseaux de l’éducation, qui auront également des rôles et des responsabilités.

En savoir plus: