Le Brésil

L’exposition internationale du cinéma noir commence le 16 – Jornal da USP

Bannière de l’exposition – Image : Divulgation

Dix longs métrages et 11 courts métrages seront présentés lors de la 17e Mostra Internacional do Cinema Negro (Micine), qui se déroule du 16 au 30 de ce mois en format numérique. L’ouverture de l’événement – ​​​​en personne – a lieu le 16 à 19 heures, au Cine Petra Belas Artes de São Paulo (Rua da Consolação, numéro 2.423, au coin de l’Avenida Paulista). A l’occasion il y aura le lancement du court métrage d’animation la couleur du vote, dirigé par Celso Luiz Prudente, qui est le commissaire de l’exposition. Les films seront projetés gratuitement au service « À la Carte ». Diffusion de Cine Petra Beaux-Arts.

Parmi les films de l’émission se trouve La samba est la cousine du jazz (Brésil, 2021, 1h10m), par Angela Zoé. Le documentaire montre la trajectoire artiste du chanteur du Maranhão Alcione. Ses références musicales, son insertion dans le monde de la musique et ses relations avec la famille et les amis sont montrés dans la vidéo. « Le biopic nous rapproche d’une Alcione détendue, amusante et matriarcale avec la vie et l’activité artistique », selon le synopsis du film, qui est produit par Documenta Filmes.

Scène de film La samba est la cousine du jazz, qui montre la trajectoire du chanteur Alcione – Photo : Reproduction

Un autre film présent au salon est Le Divin Guaporé (Brésil, 2021, 82 minutes), réalisé par Ederson Lauri. L’ouvrage documente la Festa do Divino Espírito Santo qui s’est tenue il y a 120 ans dans la vallée de la rivière Guaporé, à la frontière entre le Brésil et la Bolivie. D’une durée de près de deux mois, le parti déplace 41 communautés le long de ce fleuve, dans le bassin amazonien.

Scène de film Le Divin Guaporé, qui met en scène une fête du centenaire dans le nord du pays – Photo : Reproduction

L’heure de Bai (Portugal, 2015, 21 minutes), de Bruno Leal, Ka Mimbangu – La scène mozambicaine entre tradition et contemporain (Mozambique/Brésil, 2021, 1h10), par Mariana Rhormens, et Dernière abolition (Brésil, 2018, 1h22m), d’Alice Gomes, sont d’autres attractions du spectacle, dont le thème est Dépasser la tentative eurocentrique d’africanité du folklore : la dimension pédagogique du cinéma noir remise en question.

La 17e Mostra Internacional do Cinema Negro produira également un livre, qui sera publié par le Book Portal de la Faculté d’éducation de l’USP. La publication présentera des articles de professeurs de l’USP et d’autres institutions, telles que les universités fédérales de Bahia, Rondônia, Pará, Paraná et Mato Grosso, le Institut polytechnique de Lisbonne, l’Université catholique de São José, de Macao, Chine, l’Université pédagogique du Mozambique et l’Université de Western Cape, en Afrique du Sud.

L’exposition a lieu grâce à un partenariat entre l’Association brésilienne des chercheurs noirs (ABPN), la Surintendance de l’inclusion, des politiques positives et de la diversité de l’Université fédérale du Paraná (UFPR), le Centre d’études latino-américaines en communication et culture (Celacc ) de l’École des communications et des arts (ECA) de l’USP, du Laboratoire expérimental d’éducation artistique et culturelle de la Faculté d’éducation de l’USP, de l’Université fédérale du Mato Grosso (UFMT) et du cours Film et audiovisuel de l’Université fédérale du Pará (UFPA).

La cérémonie d’ouverture de la 17e Mostra Internacional do Cinema Negro (Micine) a lieu le 16 novembre, à 19h00, au Cine Petra Belas Artes (Rua da Consolação, nº 2.423, à l’angle de l’Avenida Paulista, à São Paulo). La projection des films a lieu du 16 au 30 novembre, à « À la Carte », service de streaming de Cine Petra Belas Artes de São Paulo.

Vous pourriez également aimer...