Le Brésil

L'humoriste donne voix et légèreté aux télévendeurs

São Paulo – La routine de milliers de travailleurs des centres d'appels au Brésil est marquée par le stress, les bas salaires et la violence verbale. Malgré cela, l'humoriste et professionnel de centre d'appel Edmar Colin parvient à transformer les difficultés du télémarketing en grâce. Pour lui, son travail est une manière d'apporter de la représentativité et de la légèreté à la catégorie.

Cette année, le comédien a secoué les médias sociaux après avoir interprété une parodie de musique virale Jamais, jamais, mais en s'adaptant au quotidien des télévendeurs. Rien que sur le réseau social Tik Tok, sa vidéo a dépassé 100 000 vues et plus de 1 380 utilisateurs ont enregistré des vidéos avec leur audio sur la plate-forme.

Edmar déclare qu'en abordant la réalité de la catégorie, il a été embrassé d'une manière qu'il n'aurait jamais imaginée. «J'ai été très accepté, car personne ne parle de leur réalité. Lorsqu'ils sont représentés dans la comédie, c'est toujours une humeur critique, tout en parlant dans le rôle de l'opérateur. Je canalise ma douleur, à l'intérieur du travail, pour améliorer la journée des gens. Personne ne donne la parole à ces travailleurs, mais je le fais, car je fais partie d'eux », a-t-il déclaré RBA.

Après que cette vidéo soit devenue virale sur les réseaux sociaux, le comédien et télévendeur, qui écrivait des blagues sur les sujets les plus divers, estime avoir trouvé sa voie. «Mon travail est devenu une possibilité d'apporter de la légèreté au travailleur du centre d'appels. C'est une valve d'échappement pour moi et pour eux », a-t-il ajouté.

L'homophobie est montée sur scène

Edmar ne s'est jamais imaginé dans un travail où son travail consiste à passer toute la journée au téléphone. Diplômé en design, son rêve était de continuer dans la profession, mais il n'a jamais réussi à passer par les processus de sélection de certaines entreprises. En 2018, il a vu que l'homophobie était l'un des obstacles à cela.

«J'ai intenté une action en justice pour une entreprise réputée et la femme des ressources humaines a déclaré, indirectement, que bien que j'aie aimé mon CV, j'ai été arrêtée pour" ne pas avoir de profil ". Autrement dit, pour l'homophobie. C'était mon rêve d'avoir passé dans cette entreprise et cela m'a vraiment secoué. Quelques jours plus tard, j'ai vu une publicité pour des cours de théâtre, j'ai décidé de le faire et des choses se passaient », raconte-t-il.

Malgré le fait de s'attaquer au quotidien appelcentre avec humour, Edmar dit que, parfois, il a peur de subir des représailles, car il expose la réalité des centres d'appels. «Actuellement, j'ai une relation avec mes patrons et je n'ai eu aucun problème. Je fais mon travail de la meilleure façon possible pour ne pas donner de marge lorsqu'ils prennent mon histoire », explique-t-il.

Le télémarketing est l'un des secteurs qui accueille le plus les personnes LGBT, estime l'humoriste Colin. Cependant, il regrette que, bien qu'il existe une plus grande diversité dans le secteur, le genre soit un obstacle à l'ascension des postes de direction.

«J'en ai eu assez de faire des interviews pour d'autres postes et j'ai vu qu'il y avait des préjugés dans le monde de l'entreprise, parce qu'ils veulent un homosexuel stéréotypé et plus discret. La diversité LGBT dans les entreprises ne devrait pas seulement être dans mon rôle, mais aussi dans d'autres. Mon orientation sexuelle a toujours été en avance sur les qualifications professionnelles », critique-t-il.

Préposés au télémarketing

Ce n'est pas seulement par l'humour qu'Edmar a créé un bon canal de dialogue avec la catégorie. Dans une vidéo publiée sur son Facebook, avec 1 million de vues, il dénonce les violences verbales subies par les opérateurs de télémarketing et s'interroge sur le manque d'attention à la santé mentale de ces travailleurs.

Malgré une grande répercussion, Edmar Colin dit que de nombreuses personnes ont remis en question ses critiques. «Nous sommes négligés par la société. J'ai fait une vidéo sur le coût de notre santé, mais les gens pensent que le travailleur est l'entreprise. Une de mes gestionnaires a déjà dit qu'elle n'était pas d'accord avec mes critiques, mais elle valorise l'importance de mon travail, car j'aborde des points que personne ne veut aborder.

Selon les données du Syndicat des travailleurs du télémarketing (Sintratel), soulevées par le BBC Brésil sur les maladies professionnelles, ils soulignent que 36% des opérateurs souffrent de microtraumatismes répétés (RSI), 30% de troubles mentaux et 25% souffrent d'une perte auditive ou vocale.

Selon l'exploitant, les chefs d'entreprise doivent valoriser davantage la profession et offrir de meilleures conditions de travail. «Je suis dans une bonne entreprise, ce qui est un privilège, mais nous parlons de milliers de personnes qui gagnent un salaire minimum et font face à d'énormes difficultés. Pouvoir donner la parole à ces personnes est la principale importance de mon travail », conclut-il.

Vous pourriez également aimer...