Le Brésil

L’incidence de Covid-19 dans le football à São Paulo dépasse la plus élevée au monde, selon une étude – Jornal da USP

Les chercheurs ont analysé près de 30000 tests de RT-PCR effectués sur 4269 athlètes tout au long de 2020 et 11,7% ont eu un résultat positif – un indice équivalent à celui des professionnels de la santé travaillant en première ligne

Photo: Danilo Borges

Karina Toledo / Agência FAPESP

Une étude menée à l’USP révèle que l’incidence de l’infection par le nouveau coronavirus chez les athlètes de la Fédération de football de São Paulo au cours de la saison 2020 était de 11,7% – un indice équivalent à celui des professionnels de la santé travaillant à la pointe de la lutte contre la pandémie.

Pour atteindre ce nombre, les auteurs ont analysé rétrospectivement près de 30000 tests RT-PCR appliqués à 4269 athlètes sur huit tournois, dont six masculins (Copa Paulista, U-23, U-20 et les trois divisions du championnat Paulista) et deux femmes (Campeonato Paulista et U-17). Au total, 501 tests ont confirmé la présence du SRAS-CoV-2. Par ailleurs, 2 231 tests réalisés sur les membres des équipes de support (professionnels de santé, commission technique, managers, garde-robes, etc.) ont également été analysés et 161 positifs, soit 7%.

«C’est un taux d’attaque beaucoup plus élevé que celui observé dans d’autres pays. Dans la ligue de football danoise, par exemple, il y a eu quatre résultats positifs parmi 748 athlètes testés [0,5%]. En Bundesliga [da Alemanha], il y a eu huit cas parmi 1702 joueurs[0,6%]. Même au Qatar, où le risque de transmission communautaire est modéré, le nombre est inférieur au nôtre: 24 positifs sur 549 évalués [4%]. Par rapport à d’autres cas enregistrés, nos joueurs ont donc été infectés entre trois et 24 fois plus », explique Bruno Gualano, professeur à la Faculté de médecine (FM-USP) et coordinateur de recherche à Agência FAPESP.

Dans l’article, qui est toujours en cours d’examen par les pairs, les auteurs affirment que les chiffres sont probablement sous-estimés. Le groupe a eu accès à la base de données du laboratoire commandée par la Fédération de football de São Paulo pour tester les athlètes. Cependant, les joueurs d’équipes qui participaient à des tournois nationaux avaient la possibilité de passer les tests dans des laboratoires mandatés par la Confédération brésilienne de football (CBF). Ces résultats n’ont donc pas été inclus dans l’analyse.

Dans tous les cas, les données de São Paulo indiquent que le virus a affecté les hommes et les femmes évalués de manière égale. En comparant les résultats des athlètes et des membres du personnel, il est à noter que le taux d’attaque était plus élevé dans le premier groupe. Cependant, les cas graves étaient plus fréquents dans le deuxième groupe, qui a un âge moyen plus élevé et des conditions de santé plus hétérogènes.

«C’est une donnée qui inquiète. Les quelques cas graves – dont un qui a évolué vers la mort – ont été enregistrés parmi les membres du personnel. Bien que nos données indiquent que les athlètes ont tendance à ne développer que des symptômes bénins ou même à être asymptomatiques, ils peuvent agir comme un vecteur de transmission à la communauté. En général, ce sont des individus avec une vie sociale très active », explique Gualano.

Le chercheur souligne que la politique qui prévoit le dépistage des contacts n’a jamais été mise en œuvre au Brésil et, par conséquent, il n’est pas possible de mesurer l’impact des infections secondaires causées par les joueurs chez eux ou dans les cercles sociaux.

Où est le risque

En raison des mesures de distance sociale mises en œuvre dans l’État de São Paulo en mars 2020, les matchs de football ont été temporairement suspendus et repris le 14 juin. Pour minimiser le risque de transmission du COVID-19, le Comité médical de la Fédération de football de São Paulo a créé un protocole qui prévoit des tests fréquents des athlètes et des équipes de soutien, l’isolement des personnes infectées, le dépistage des contacts (dans l’environnement sportif) et un série de mesures d’hygiène.

«Les cas sont apparus à chaque fois qu’il y avait échappatoire au protocole», explique Moisés Cohen, président de la commission médicale. «C’est un environnement contrôlé, où les risques sont suivis et minimisés, dans la mesure du possible, en effectuant des tests tous les deux ou trois jours. Pour ceux qui partent [da concentração] et revenez les tests sont quotidiens. Nous avons également mis en place un suivi des contacts en cas de RT-PCR positive et toutes les précautions de protection, telles que les EPI [equipamento de proteção individual] et l’alcool en gel », explique-t-il.

Selon Gualano, en fait, le risque de transmission du virus pendant les matchs s’est avéré faible. Mais il y a d’autres facteurs qui compromettent l’efficacité du protocole, que le professeur de FM-USP considère comme techniquement approprié.

«Cela fonctionnerait s’il était appliqué au Danemark ou en Allemagne. Il y a beaucoup de bon sens chez les athlètes, qui ont pour consigne de rentrer du centre d’entraînement et de maintenir une distance sociale et des mesures de protection non pharmacologiques pendant leurs heures de repos. Mais ici au Brésil, une bonne partie ne suit pas ces règles et ne subit aucun type de punition. De plus, vous voyagez beaucoup pour jouer les matchs. Les petites équipes partent en bus, mangent dans les restaurants et sont probablement plus exposées que les joueurs d’élite. Notre inégalité sociale imprègne également le football », déclare Gualano.

L’étude montre que certaines équipes ont été beaucoup plus touchées. L’un d’eux a même enregistré 36 cas positifs, 31 en un seul mois. Sept équipes avaient plus de 20 cas confirmés et 19 ont enregistré dix cas ou plus. Pour Cohen, toutes les épidémies sont les conséquences de la rupture du protocole.

Gualano voit avec une grande inquiétude la reprise du Championnat Paulista dans la ville de Volta Redonda, à Rio de Janeiro, deux semaines après la suspension des matchs dans l’État de São Paulo, le 11 mars, en raison de l’augmentation de la pandémie. et l’émergence de variantes virales plus agressives.

«Tant que la transmission du COVID-19 n’est pas atténuée, tout secteur qui rouvre représente un risque élevé de contagion. La seule alternative sûre serait d’isoler complètement le football à l’intérieur d’une bulle, comme l’a fait la NBA. [Associação Nacional de Basquete, dos Estados Unidos], au coût de 170 millions de dollars. Il ferme ou isole », se défend le professeur de FM-USP.

La recherche a été menée dans le cadre de la coalition Sport-COVID-19, formée par des chercheurs de Hospital das Clínicas (FM-USP), Hospital Israelita Albert Einstein, Hospital do Coração (HCor), Complexo Hospitalar de Niterói, Federal University of São Paulo (Unifesp), Institut Dante Pazzanese de Cardiologie et Centre Sportif de Haute Performance, avec le soutien de la Fédération de Football de São Paulo. Le consortium vise à surveiller les éventuelles conséquences à long terme du COVID-19 sur les joueurs de football et autres athlètes d’élite.

Outre Gualano et Cohen, deux doctorants FAPESP signent l’article: Ana Jéssica Pinto et Ítalo Ribeiro Lemes.

Vous pourriez également aimer...