Le Brésil

L’inflation a grimpé en flèche et va empirer, grâce à Bolsonaro et Paulo Guedes

L’incompétence du gouvernement Bolsonaro et de son ministre Paulo Guedes, le « Chutchuco des banquiers », coûte littéralement la vie à des familles brésiliennes. En plus des près de 600 000 morts dans la pandémie de coronavirus, qui auraient pu être évités, dans la plupart des cas, si le président Bolsonaro n’avait pas été un génocide irresponsable, le cauchemar de l’inflation revient hanter notre quotidien.

La semaine dernière, l’IBGE a annoncé que l’inflation accumulée en 12 mois a déjà dépassé les 10% dans huit capitales, ce qui ne s’était pas produit depuis de nombreuses années. L’inflation qui affecte directement la vie quotidienne est mesurée par le Broad National Consumer Price Index (IPCA), mais ce n’est pas le seul indicateur qui pointe vers la forte augmentation du coût de la vie.

L’indice général des prix – 10 (IGP-10), calculé par la Fondation Getúlio Vargas (FGV), a déjà accumulé 16,88 % en 2021 et 32,84 % au cours des 12 derniers mois. L’IGP-10 mesure l’inflation des matières premières agricoles et industrielles, des biens de consommation et même des services.

Comme je l’ai déjà écrit dans ce même espace, Bolsonaro ne fonctionne pas. Durant le mois de juin, son agenda présidentiel comptait au total 83 rendez-vous entre réunions et événements officiels, totalisant une moyenne quotidienne de moins de trois heures de travail par jour. Paulo Guedes est un autre dilettante qui passe plus de temps à faire la leçon à ses amis sur le marché financier qu’à se consacrer à la mission de relancer l’économie du Brésil, détruite depuis le coup d’État de 2016 contre la présidente Dilma Rousseff.

Avec un couple d’oisifs en charge de la nation, il est absolument impossible de nous garantir les conditions minimales pour nous sortir de la crise économique, aggravée par la crise sanitaire.

Et le pire est à venir. Le manque d’investissements – n’oubliez pas le plafonnement des dépenses du PEC, approuvé en 2016 – et le manque de planification du gouvernement de Bolsonaro ont laissé le pays complètement sans protection pour faire face à la sécheresse qui a provoqué la réduction des réservoirs d’eau à travers le pays. . Le drapeau rouge est déjà une réalité du nord au sud et d’est en ouest et a même connu une augmentation en août de l’ordre de 50 à 58%, pratiquement un assaut que le marché armé promeut contre les consommateurs. Et un nouveau drapeau tarifaire a été créé, le « Water Scarcity Flag », une autre mesure du gouvernement qui mettra la main à la poche (et au visage) du consommateur.

Comme si cela ne suffisait pas, Eletrobras a été privatisée d’une manière qui alourdira encore plus la population, qui devra payer une série de subventions absolument immorales et illégales, mais qui ont été approuvées par la grande majorité des membres de Pocket et des rentiers. au Congrès national.

Et ce n’est pas tout. Avec la politique tarifaire de Petrobras, détournée et contrôlée par une demi-douzaine d’actionnaires spéculateurs depuis 2016, l’inflation va encore augmenter. Les taux d’intérêt réels dans les banques vont à nouveau exploser, les secteurs productifs seront endettés, ainsi que les familles de la classe moyenne, qui brûleront leurs économies pour continuer à manger, ce que 20 millions de personnes ont déjà du mal à faire au Brésil de Bolsonaro et Guedes .

Même le président de la Chambre, Arthur Lira, malgré son soutien à toutes les mesures du gouvernement, a mis en garde contre la politique absurde de réajustements de Petrobras. « Tout est cher : essence, diesel, gaz de cuisine. Qu’est-ce que Petrobras a à voir avec ça ? (…) Il faut se souvenir de Petrobras : les Brésiliens sont ses actionnaires », a écrit Lira sur son Twitter, en annonçant une commission générale en plénière de la Chambre pour que des spécialistes et des représentants de la société civile débattent de la question.

:: Dieese : la crise montre que Paulo Guedes n’a pas de projet économique, seulement des « réformes » ::

Pour ceux qui pensent que je suis très critique à l’égard du comportement de Jair Bolsonaro dans cette affaire, je ne laisserai que la phrase cynique qu’il a lui-même prononcée en reconnaissant, dans son habitent hebdomadaire jeudi dernier (9), que l’inflation est de retour : « Vous ne voulez pas que le gouvernement fédéral résolve tout, vous ne pouvez pas le résoudre ».

A quoi bon un président comme ça ?


* Alencar Santana Braga est avocat et député fédéral (PT-SP). Il a été conseiller à Guarulhos et député d’État.

Vous pourriez également aimer...