L’investiture de Lula a renforcé la sécurité et l’invitation à faire la fête

São Paulo – A moins de deux semaines de l’investiture du président élu, Luiz Inácio Lula da Silva (PT), le 1er janvier, l’ambiance des coulisses de l’organisation de l’événement est celle du « compte à rebours vers une grande fête populaire ». ”. C’est ce que souligne le juriste Mauro Menezes, rapporteur du groupe de travail Transparence, Intégrité et Contrôle du Cabinet de Transition. « Reconquérir des espaces pour le gouvernement, l’avenir et l’espoir dans notre pays », déclare Menezes, dans une interview avec le programme Brésil TVT Magazine🇧🇷

La structure de la fête d’inauguration est déjà en cours d’installation sur l’Esplanada dos Ministérios, à Brasilia. Le lieu accueillera une quarantaine de présentations d’artistes du Festival du Futur – La joie prendra le relais🇧🇷 Parmi eux sont confirmés Paulinho da Viola, Margareth Menezes, Teresa Cristina, Pabllo Vittar, Baiana System, Duda Beat, Gaby Amarantos, Martinho da Vila, les Gilsons et Chico César.

Au moins 17 chefs d’État et de gouvernement du monde entier sont également attendus. Un nombre déjà plus élevé de présidents et de premiers ministres confirmés par rapport à la cérémonie de Jair Bolsonaro (PL) en 2019, qui comptait 10 chefs d’État.

« En plus d’être une fête populaire ici à Brasilia, qui est vraiment contagieuse pour nous tous, et que beaucoup de gens célébreront, nous espérons également que des représentants diplomatiques, des représentants de gouvernements étrangers, viendront célébrer le retour du Brésil sur la scène internationale. scène. », a commenté l’avocat.

Aucune prévision d’incident

Selon Menezes, au cours des quatre dernières années du gouvernement Bolsonaro, aujourd’hui défait, le Brésil « s’est aussi aliéné les relations internationales ». Et maintenant, la victoire de Lula et son investiture marquent un moment de réintégration pour le pays. « Le Brésil a commencé à avoir une politique étrangère absolument absurde, servile et silencieuse. Donc ce sera aussi récupéré », précise l’avocat.

En plus de marquer officiellement la fin du gouvernement Bolsonaro, l’investiture de Lula marque également l’arrivée sans précédent, pour la première fois, d’un président assumant le Planalto pour la troisième fois. De plus, le futur ex-président est le premier à ne pas être réélu depuis la redémocratisation en 1985.

A la tête de l’organisation, la sociologue et future première dame, Rosangela Silva, Janja, a confirmé la semaine dernière l’attente que 350 000 personnes de toutes les régions du pays participeront à l’inauguration. L’événement a été planifié pour s’assurer qu’aucun incident ne se produise.

Malgré les actes de vandalisme des bolsonaristes, qui ont semé la terreur dans la capitale fédérale après la diplomatie de Lula et de son adjoint Geraldo Alckmin (PSB), lundi dernier (12), l’organisation ne voit aucun risque à l’événement. Plus de 700 agents sont programmés pour agir à cette occasion. Le plan de sécurité qui devrait couvrir toute la région de l’Esplanada et le secteur hôtelier.

Sécurité garantie

« C’est un parti de la démocratie, nous avons le droit et le devoir d’occuper les rues. Le droit de savourer la culture et la fête qui s’organise ici. Alors n’arrêtez pas de venir. Ce que je peux dire, c’est que toutes les forces travaillent pour affronter les bolsonaristes, pour s’assurer qu’il n’y a pas d’impunité s’il y a un acte (se produit). Et chaque appareil technologique et de renseignement est renforcé dans ce sens », a déclaré l’officier de la police routière fédérale Fabrício Rosa, fondateur et coordinateur du mouvement de la police antifasciste et membre du secteur de la sécurité publique du PT.

Rosa fait partie de la commission mise en place entre partis et mouvements sociaux pour garantir la sécurité des caravanes qui se rendront à Brasilia le 1er janvier. Selon le policier, dans un audio envoyé au militantisme, la stratégie de sécurité impliquera les différentes forces de la police fédérale, de la police fédérale des routes et de la police militaire. Écoutez le message de Fabricio Rosa.

« Les bolsonaristes sont des lâches et comme de bons lâches, ils n’agissent que lorsqu’ils sont assurés de l’impunité, ou lorsqu’ils pensent qu’ils sortiront vainqueurs. Le jour de l’investiture, nous serons par milliers dans le District Fédéral, notre corrélation de force est bien supérieure à la leur. Je pense donc que pour cette raison, ils agiront avec moins d’intensité », souligne Rosa.

« Ce que je peux garantir, c’est que les meilleures forces sont en train d’être constituées et mises à disposition dans ce sens. Ne manquez pas cette fête. C’est votre droit et votre devoir de célébrer cette longue victoire. Il a fallu 10 ans de lutte, depuis les manifestations de 2013, pour que nous puissions arriver ce jour-là à célébrer la fête de la victoire du président Lula. Et nous serons ensemble», déclare l’officier fédéral de la police routière.

Démonstration de la force populaire

L’évaluation des partisans de Lula est que la fête d’investiture sera suffisamment importante pour démobiliser à la fois les entreprises politisées et les bolsonaristes, toujours mécontents de la défaite de Bolsonaro.

« Montrons la vigueur de la force populaire en célébrant le beau temps qu’il nous faudra construire ! Exorcisons la truculence en chantant, dansant, sautant de joie à l’investiture de Lula ! Pas pour gonfler son ego, mais pour lui offrir le soutien nécessaire pour assumer pleinement la direction de l’État. Il faut briser la routine de la tutelle militaire qui fausse la vie républicaine », a justifié, par exemple, le professeur retraité de l’Université fédérale du Ceará (UFC) Manuel Domingos Neto, dans un article publié sur le site la terre est ronde🇧🇷

« Les foules doivent occuper les places et les rues à chaque coin de rue, célébrant la brésilité et la démocratie. Des gens multicolores, effusifs, sauveront le drapeau du Brésil vilipendé par les ennemis du développement et de la justice sociale », ajoute-t-il. Domingos Neto est un ancien président de l’Association brésilienne des études de défense (Abed) et un ancien vice-président du CNPq.

parlementaires convoqués

Les députés et sénateurs fédéraux ont également été convoqués ce lundi (19) pour la séance inaugurale du président et du vice-président élus. La loi a été publiée dans l’édition d’aujourd’hui de Journal officiel fédéral (DOU), signé par le président du Sénat, Rodrigo Pacheco (PSD-MG). Selon le scénario d’inauguration, Lula sera décoré d’Alckmin à 15 heures en séance plénière de la Chambre des députés.

Le rite prévoit un discours, un serment à la Constitution, des salutations, la descente de la rampe et un salut au canon. Ce dernier protocole doit cependant être remplacé pour répondre à la demande des personnes autistes qui ont prévenu l’organisation que le bruit peut déranger les personnes handicapées.

Ensuite, le président et son vice-président se rendent au palais du Planalto, où la rampe monte et l’écharpe présidentielle est remise.