L’investiture de Lula devrait rassembler 300 000 personnes à Brasilia et inclure des actions d’inclusion

São Paulo – Au moins 12 chefs d’État ont déjà confirmé leur présence lors de l’investiture du président élu, Luiz Inácio Lula da Silva (PT), le 1er janvier. Avec cela, le début de son troisième mandat présidentiel s’accompagnera d’un nombre déjà plus élevé de présidents et de premiers ministres par rapport à la cérémonie de Jair Bolsonaro (PL) en 2019, qui comptait 10 chefs d’État.

L’évaluation, selon l’ambassadeur Fernando Igreja, responsable de la partie institutionnelle de la cérémonie au sein du gouvernement de transition, est que dans les prochains jours, davantage de chefs d’État confirmeront leur présence. En outre, certaines personnalités internationales, dont d’anciens présidents et ministres, expriment leur intention de participer à l’événement.

Jusqu’à ce mercredi (7), les présidents de l’Allemagne, de l’Angola, de l’Argentine, de la Bolivie, du Cap-Vert, du Chili, de la Colombie, du Costa Rica, de la Guinée-Bissau, du Portugal et du Timor oriental ont été confirmés. Le roi d’Espagne, Philippe VI, sera également présent. Ils seront reçus par Lula lors d’une cérémonie à Itamaraty.

Selon l’ambassadeur, des invitations à l’inauguration ont été officiellement envoyées il y a deux jours à toutes les ambassades à Brasilia et à tous les pays avec lesquels le Brésil entretient des relations diplomatiques. L’équipe travaille également à transmettre l’invitation au président du Venezuela, Nicolás Maduro. Les relations entre les deux pays ont été suspendues par le gouvernement Bolsonaro, qui a empêché toute communication formelle. Mais, compte tenu du nombre de confirmations en peu de temps, Igreja pense que la liste des noms va s’allonger, indiquant également l’excitation internationale face au retour de Lula.

« Cela fait partie de la réinsertion du Brésil depuis le gouvernement du président Lula, de la politique étrangère que le président Lula mènera et de la réinsertion du Brésil sur la scène mondiale. J’imagine que la plupart des pays voudront maintenir un bref contact avec le président Lula afin que ces relations puissent s’approfondir dans le cadre de cette nouvelle politique étrangère du nouveau gouvernement », a souligné aujourd’hui l’ambassadeur à la presse.

Actions d’insertion

Il est également prévu que l’investiture de Lula favorisera des actions inclusives, comme l’a également confirmé lors de la conférence de presse la coordinatrice de la cérémonie d’investiture, la sociologue et future première dame, Rosangela Silva, Janja. Selon elle, le groupe qui organise l’événement a été approché par des représentations de personnes autistes qui ont mis en garde contre les bruits que la possession peut produire et déranger les personnes handicapées, notamment les feux d’artifice et les coups de canon.

Janja a divulgué qu’en ce qui concerne les feux d’artifice, l’équipe discutait déjà du retrait ou de la possibilité de s’assurer qu’ils n’aient pas de bruit. Quant au salut au canon, une alternative sera analysée avec le cérémonial du Sénat, qui est responsable du rite militaire. Selon le protocole officiel, 21 coups de canon sont simulés. « Cette équipe répondra à cette demande de la société civile », a souligné Janja. « Parlons-en, comment nous allons la remplacer. »

Sécurité

Une autre préoccupation du cérémonial est liée à la sécurité de la population qui accompagnera l’inauguration. Selon Janja, toutes les forces de sécurité sont impliquées dans cette affaire. Pas plus tard que la semaine dernière, le groupe a rencontré le gouvernement du District fédéral, la Police militaire et fédérale et le Bureau de la sécurité institutionnelle de la Présidence de la République (GSI). Malgré les camps bolsonaristes pro-coup d’État qui perdurent à la périphérie de la capitale fédérale, le coordinateur a déclaré que l’équipe n’anticipe aucun incident.

« Nous travaillons ensemble pour que tout se passe le mieux possible. Nous n’anticipons aucun incident, nous garantissons le périmètre du territoire, je pense que c’est important, nous en avons parlé aux forces de sécurité et cela est étudié attentivement. (…) Notre souci est la sécurité du principal protagoniste de ce parti, qui sont les gens qui seront à Brasilia, les gens de Brasilia et des environs. C’est notre préoccupation. Toutes les forces de sécurité impliquées ont cette préoccupation à l’esprit », a déclaré Janja.

Rolls-Royce dans le doute

Pour une autre question de sécurité, le groupe inaugural n’a pas précisé comment le président élu Lula émergera le 1er janvier. Dans un premier temps, l’équipe pense qu’il fera le défilé en voiture découverte en direction du Congrès national, où il devrait arriver vers 14h30. La future première dame n’a cependant pas confirmé si le véhicule utilisé sera la traditionnelle Rolls-Royce qui appartient à la présidence de la République.

La cérémonie en plénière du Congrès devrait commencer à 15 heures. Ensuite, à 17 heures, Lula devrait recevoir les salutations des chefs d’État du Planalto. Bolsonaro n’a pas encore confirmé s’il passera l’écharpe à Lula, dans le cadre du protocole. Dans tous les cas, la cérémonie devrait se poursuivre avec l’accueil des délégations étrangères à Itamaraty à 18h30.

Festival et exposition : le Brésil du futur

L’inauguration sera retransmise au Brésil et dans le monde, et il y aura également de grands écrans sur l’Esplanada, selon Janja. Les spectacles musicaux devraient commencer après l’événement à Planalto. Ils seront répartis sur deux scènes, qui porteront les noms des chanteuses Elza Soares et Gal Costa. « Nous l’appelons ‘Festival du futur : la joie prendra le relais’. Le 1er janvier commencera avec une grande joie et se terminera avec une grande joie. C’est la chose fondamentale que nous attendons », a souligné Janja.

En plus des spectacles, l’exposition Brésil du futurdont les commissaires sont l’historienne Lilia Schwarcz et l’acteur Paulo Vieira, ainsi que Márcio Tavares, membre du groupe de travail Culture de l’équipe de transition.

« Cette exposition a une signification toute particulière. C’est le moment de propriété qui reste après qu’il se soit produit, symbolisant également un nouveau soin pour le patrimoine artistique et l’appréciation des arts et de nos artistes brésiliens. Il présentera des collections du Musée de la République, du Musée d’Art de Brasilia, des collections de la Présidence de la République, certaines œuvres seront exposées pour la première fois, et aussi avec la collaboration de nombreuses galeries et artistes contemporains qui sont très excités de participer à ce moment de reconstruction de la démocratie brésilienne », a garanti Tavares.

Rédaction : Clara Assunção