Le Brésil

Lira dit que la « réforme » administrative respectera les droits acquis du serveur

São Paulo – Le président de la Chambre, Arthur Lira (PP-AL), a annoncé ce mercredi après-midi (2) la formation de la commission spéciale pour la « réforme » administrative. Avec 34 membres et un nombre égal de suppléants, la collégiale débattra de la Proposition d’amendement à la Constitution (PEC) 32, envoyée par le gouvernement en septembre de l’année dernière. Le projet de loi est critiqué par l’opposition et par les représentants des serveurs. Ils voient la mesure comme une tentative d’affaiblir les fonctionnaires, avec pour conséquence une dégradation des services publics.

« Cette présidence n’admettra, en aucun cas, aucune atteinte aux fonctionnaires actuels, au droit acquis », a posté Lira peu après avoir annoncé, en plénière, l’acte du Bureau de création de la commission spéciale de réforme administrative. . Selon lui, il y aura une réunion des dirigeants la semaine prochaine pour discuter du processus. La commission sera présidée par Fernando Monteiro (PP-PE) et aura Arthur Maia (DEM-BA) comme rapporteur.

Discours de « modernisation »

« Certains jalons sont difficiles : tous les droits et garanties des salariés actuels seront respectés et tout changement ne sera valable que et uniquement pour les salariés admis après la réforme », a commenté Lira la semaine dernière. La Commission Constitution et Justice (CCJ) de la Chambre a approuvé la recevabilité de l’affaire. Ainsi, utilisant une expression récurrente pour présenter la réforme, le président de la Chambre a déclaré que l’objectif est seulement « de moderniser les relations de travail de l’État brésilien ».

:: Pour « mission accomplie », Pazuello obtient un poste au Secrétariat aux affaires stratégiques ::

L’un des points les plus controversés de la PEC est la fin de la stabilité pour les fonctionnaires. De plus, les critères d’accès changent et une période d’essai est créée. Toujours sur les réseaux sociaux, la direction de la minorité à la Chambre s’est manifestée juste après l’annonce de Lira : « Nous sommes contre, car la proposition retarde et aggrave les services publics brésiliens ».

Vous pourriez également aimer...