Le Brésil

L’œuvre pionnière, érudite et encore méconnue de Ruy Coelho – Jornal da USP

Anthropologue, critique culturel et professeur de l’USP Ruy Coelho – Photo: archives familiales de Ruy Coelho

Le 21 décembre 1920 – il y a donc exactement 100 ans – est né l’anthropologue, critique culturel et professeur de sociologie Ruy Galvão de Andrada Coelho (1920-1990). Étudiant à la récente USP School of Philosophy, Sciences and Letters (FFCL), contributeur au légendaire magazine Climat, pionnier parmi les anthropologues brésiliens pour faire des recherches sur le terrain à l’étranger, auteur renommé au Honduras, professeur et directeur de la Faculté de philosophie, lettres et sciences humaines de l’USP (FFLCH). La biographie est vaste et respectable.

Ruy Coelho est issu d’une famille traditionnelle de São Paulo, dont les origines l’ont conduit au patriarche de l’indépendance, Joaquim Bonifácio de Andrada e Silva, et à Santo Antônio de Sant’Ana Galvão, Frei Galvão. En 1938, après être passé par Liceu Rio Branco, il entre à la faculté de droit de l’USP, mais abandonne peu après le cours de sciences juridiques et sociales. L’année suivante, il entamera, en même temps, les cours de philosophie et de sciences sociales et politiques à la FFCL.

Le magazine Climat, qui a circulé entre 1941 et 1944 -Photo: Reproduction

C’est à cette période qu’il noue une amitié avec un groupe d’étudiants et de jeunes diplômés du carat d’Antonio Candido, Paulo Emílio Sales Gomes, Décio de Almeida Prado et Gilda de Mello e Souza, avec qui il se lancera dans le magazine Climat. Le périodique, consacré principalement aux arts, a circulé de 1941 à 1994 et a comporté 16 éditions, étant le récit du début de la carrière de ces intellectuels et d’autres.

À Climat, Coelho était un essayiste libre, un joker, comme il se décrivait, écrivant sur divers sujets et démontrant sa vaste érudition. Dans une interview avec Illustré, en 2002, Antonio Candido, alors professeur du FFLCH, se souvient avoir été impressionné par la culture de son ami, ses lectures approfondies dans divers sujets, son admirable capacité de concentration et sa bonne connaissance de la musique.

«Selon Antonio Candido, le premier article de Coelho, intitulé Marcel Proust et notre saison, est peut-être le texte le plus important publié par le magazine », commente le stagiaire postdoctoral en anthropologie sociale à l’USP Rodrigo Ramassote, technicien en sciences sociales à l’Instituto do Patrimônio Histórico e Artístico Nacional (Iphan). De 2014 à 2018, Ramassote a mené ses recherches postdoctorales au FFLCH sur la trajectoire académique et la production intellectuelle de Coelho.

Chercheur Rodrigo Ramassote – Photo: archives personnelles

Pour Ramassote, les contributions de Coelho à Climat éclairer les intérêts de recherche qui imprégneraient toute sa carrière. Ceci est particulièrement visible, selon le chercheur, dans le texte sur Proust et dans Introduction à la méthode critique, publié dans le dixième numéro du magazine.

«Ces deux articles révèlent déjà quelques préoccupations intellectuelles qui accompagneront Ruy tout au long de sa carrière. Ce n’est pas un hasard si cet article sur Proust, par exemple, s’intéresse déjà très fortement aux questions liées à la psychanalyse, à la personnalité et au contexte socioculturel », analyse Ramassote.

L’expérience du magazine a amené Coelho dans la presse grand public. Il était un critique littéraire de O État de S. Paulo, Jornal de S. Paulo et Feuille du matin et chroniqueur cinéma de Diário de S. Paulo entre 1943 et 1944. Presque à la même période, dans le double 1942-43, il enseigne la sociologie au Colégio Universitário, rattaché à la FFCL.

A partir du travail dans la presse, le jeune Coelho a approfondi sa trajectoire académique. En 1944, il se rend dans l’Illinois, aux États-Unis, pour faire ses études de troisième cycle à l’Université Northwestern, sous la direction de Melville J. Herskovits. Une décision singulière par rapport aux orientations prises par ses collègues de génération, qui ont poursuivi leur parcours académique au Brésil.

Coelho se rend aux États-Unis, probablement motivé par son profil cosmopolite et sa bourse – déjà rendus publics dans les textes de Climat – et pour l’intérêt porté aux études de la culture et de la personnalité qui ont animé la scène anthropologique américaine. C’est durant cette période qu’il participa, en 1946, à une recherche de terrain chez les Indiens Ojibwa du Lac Du Flambeau, dans l’État du Wisconsin. C’est également entre 1947 et 1948 qu’il se rend à Trujillo, au Honduras, où il mène des recherches parmi les Caraïbes noires (aujourd’hui appelées garífunas), aboutissant à sa thèse de doctorat Les Caraïbes noires du Honduras.

«Au moment de décider de la recherche chez les Garifunas, il a rejoint un réseau universitaire transnational, articulé autour d’Herskovits, intéressé par l’étude de la préservation des pratiques et institutions socioculturelles africaines dans le Nouveau Monde», souligne Ramassote. « Réseau formé par le Brésilien Arthur Ramos, le Cubain Fernando Ortiz et l’Haïtien Jean Prince-Mars, entre autres. »

Avec ce travail, Coelho est devenu un pionnier dans l’internationalisation des sciences sociales au Brésil, étant le premier anthropologue à faire des recherches sur le terrain à l’extérieur du pays. Il est également le premier à produire des recherches universitaires sur les garifunas au Honduras, ce qui en ferait un auteur obligatoire dans le pays d’Amérique centrale depuis les années 1980, date à laquelle sa thèse y est publiée.

Couverture de livre Les Caraïbes noires du Honduras, par Ruy Coelho – Photo: Reproduction

«Il n’y a pas d’article, pas de recherche, pas de thèse faite au Honduras sur les Noirs des Caraïbes qui ne se réfère pas au travail de Ruy», dit Ramassote, qui était au Honduras pour mener ses recherches et a parlé avec d’autres universitaires de la centralité du travail de Lapin dans le pays. « Ruy a établi un ensemble de thèmes et de questions qui continuent de faire l’objet de réflexion parmi les chercheurs noirs des Caraïbes au Honduras. »

Cet esprit pionnier de l’internationalisation et cette place prépondérante dans le scénario hondurien seraient toutefois accompagnés d’un peu d’intérêt de la part des Brésiliens pour leur travail. Inévitable au Honduras, au Brésil Coelho serait peu lu. Une situation que Ramassote espère voir transformée, surtout par l’intérêt croissant de l’anthropologie brésilienne, depuis 20 ans, pour les Caraïbes.

« Ce qui a retenu mon attention, c’est cette dissonance entre un personnage peu connu ici et très réputé au Honduras », explique le chercheur. «J’espère que cet écart sera mieux égalisé, que Ruy sera également lu ici, car il a une contribution intéressante en tant que pionnier de la recherche sur les Caraïbes au Brésil, en tant que pionnier dans la production d’une thèse sur une population afro-caribéenne.

Depuis les États-Unis, Coelho continuera en tant que professeur à l’Université de Porto Rico en 1949, dans lequel il avait un passage parsemé d’insatisfactions qui le conduisit à rejoindre le Département des sciences sociales de l’UNESCO en seulement 11 mois. Dans son nouveau poste, il est co-responsable de l’organisation d’un cycle de recherche sur les relations raciales au Brésil, où il revient définitivement en 1952, assumant comme professeur assistant la chaire de sociologie 2 de la FFCL. Avec le nouveau poste, Coelho investirait dans la théorie sociologique et dans la révision du concept de structure sociale, en le reliant à la dynamique psychologique.

Pour Ramassote, le passage à la sociologie n’aurait pas été aussi brusque qu’il y paraît à première vue. En dépit de s’embarquer sur des auteurs classiques du domaine sociologique comme Auguste Comte, sujet de son enseignement libre, les études développées par Coelho depuis lors ne manqueront pas de porter les intérêts manifestés depuis l’époque de Climat, comme l’atteste le titre de sa thèse de chaire, Structure sociale et dynamique psychologique.

«Je crois que ces travaux, bien qu’ils aient été écrits en vue de la chaire de sociologie 2, sont très liés à certains intérêts anthropologiques», commente le chercheur. Par conséquent, la principale contribution de Coelho à la discipline ne serait pas dans les textes qu’il a produits, mais dans sa posture d’enseignant.

«Le plus grand héritage de Ruy pour la sociologie ne se trouve pas exactement dans les livres qu’il a écrits», analyse-t-il. «Parce que tout ce qu’il a écrit, dans une certaine mesure, se réfère à ses antécédents anthropologiques. C’est plutôt la position interdisciplinaire, une position opposée à toute frontière très rigide entre sociologie et anthropologie, qu’il a toujours cultivée en classe et dans les orientations dans lesquelles il s’est engagé.

Coelho a suivi l’USP jusqu’en 1971, date à laquelle, au plus fort de la dictature militaire au Brésil, un soupçon d’activités subversives est tombé sur lui et sa femme, Lúcia Maria Salvia Coelho. Cela entraînera le couple et leurs enfants en exil à Aix-en-Provence, dans le sud de la France, où Coelho intégrera, de 1974 à 1977, le Département d’études luso-brésiliennes de l’Université de Provence.

Le retour au Brésil se produirait en 1977, accompagné de la reprise des activités d’enseignement à l’USP et aboutissant à son mandat de directeur de la FFLCH en 1982. Il serait également invité, en 1984, à enseigner à l’Université de Coimbra, où il travaillerait à la création du diplôme en anthropologie du Département des sciences de la vie.

Toujours sur l’héritage de Coelho, Ramassote ajoute à la position «viscéralement interdisciplinaire» du professeur, qui venait de son mécontentement face aux «artifices trompeurs des divisions disciplinaires et des frontières académiques», la recherche incessante de raffinement théorico-conceptuel. «Un héritage qu’il a toujours cultivé et stimulé parmi ses étudiants et disciples», ajoute Ramassote.

.

.

Vous pourriez également aimer...