La Colombie

L’opposant russe Alexei Navalni dénonce la « torture » et les collaborateurs disent craindre pour lui

25 mars 2021-15 h 36



Pour:

Agence AFP

Les collaborateurs d’Alexéi Navalni ont dénoncé ce jeudi les menaces qui pèsent sur « la vie et la santé » de l’opposant russe. Ils affirment qu’il a été torturé, l’empêchant de dormir, tandis que les services pénitentiaires qui le gardent affirment que son état est « satisfaisant ».

Dans une plainte adressée aux autorités et publiée sur son site Internet jeudi, le détracteur du Kremlin a expliqué que les gardiens le réveillaient «huit fois par nuit».

Les gardiens « m’empêchent de dormir, c’est en fait de la torture par privation de sommeil », a écrit le dissident.

Dans une autre lettre, également adressée à l’administration pénitentiaire et au bureau du procureur général, Alexéi Navalni a demandé « à recevoir des soins médicaux », tandis que ses collaborateurs affirment que sa santé se détériore.

Olga Mijailova, l’un des avocats de Navalni, a indiqué jeudi que l’opposant souffrait de « fortes douleurs » dans le dos et dans la jambe droite, et a déclaré qu’il craignait pour « la vie et la santé » de l’opposant, empoisonné en août dernier – selon lui, par le Kremlin – avec un agent neurotoxique.

« Pour moi, son état de santé est bien sûr extrêmement problématique », a-t-il déclaré au réseau Dojd lié à l’opposition. Dans la journée, il a pu rencontrer l’adversaire en prison, après avoir tenté en vain la veille.

Lisez aussi: Le Vatican célébrera à nouveau la Semaine Sainte sans foule en raison de la pandémie

Selon elle, Alexéi Navalni a été emmené mercredi soir dans un «hôpital public» où il a subi une IRM, mais n’a pas reçu de diagnostic.

Navalni, qui purge une peine de deux ans et demi de prison, a survécu l’année dernière à un empoisonnement qu’il attribue au Kremlin.

L’avocat a estimé qu’il pouvait y avoir un lien entre ses problèmes de santé actuels et son empoisonnement.

Les services pénitentiaires (FSIN) de la région proche de Moscou où il est incarcéré ont réagi jeudi en déclarant que des examens médicaux étaient effectués à la demande des détenus « et que l’état de santé de Navalni est » jugé stable et satisfaisant « .

L’épouse du dissident, Yulia Navalnia, a pour sa part dénoncé une «vengeance personnelle» du président Vladimir Poutine, et a de nouveau exigé sa libération immédiate.

Navalni souffre de maux de dos depuis environ un mois et « la situation ne fait qu’empirer les choses », a averti l’épouse.

Ibuprofène uniquement

De son côté, le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a assuré que la présidence « ne suit pas » la situation et « n’a demandé aucune information » sur l’état de santé de Navalni.

De retour en Russie en janvier dernier, après cinq mois de convalescence en Allemagne suite à l’empoisonnement, Nalvalni a été immédiatement arrêté et condamné pour une affaire de fraude remontant à 2014, que lui, les Sénégalais et plusieurs pays occidentaux considèrent comme politique.

Le principal opposant au président Vladimir Poutine est détenu depuis début mars dans une colonie pénitentiaire de Pokrov, à 100 km à l’est de Moscou, connue comme l’une des plus sévères de Russie.

Mikhailova a déclaré mercredi qu’un neurologue avait examiné l’adversaire pour des maux de dos et des problèmes de jambe, mais ne lui avait donné que des comprimés d’ibuprofène, un analgésique et un anti-inflammatoire.

Depuis son arrivée à Pokrov, Navalni a posté deux messages sur Instragram avec un ton moqueur et optimiste.

Dans le premier, il affirmait que l’administration pénitentiaire avait réussi à le surprendre: «Je ne pensais pas qu’un camp de concentration pouvait être construit à 100 km de Moscou», écrit le militant.

Dans le second, il a comparé sa routine de détenu à celle d’un Stormtrooper, les soldats impériaux de la saga Star Wars, en raison de la discipline rigide des exercices physiques dans la cour et de la marche rapide.

Navalni est tombé soudainement dans le coma en août dernier en Sibérie. Après son évacuation vers l’Allemagne, plusieurs laboratoires européens ont estimé qu’il avait été empoisonné avec Novichok, un agent neurotoxique développé à l’époque soviétique à des fins militaires.

Mais Moscou a toujours rejeté ces conclusions qui prouvent la thèse d’une tentative d’assassinat orchestrée par la puissance russe. Aucune enquête n’a été ouverte en Russie.

Navalni accuse Poutine d’avoir ordonné cette tentative d’assassinat, que le Kremlin insiste pour rejeter.

L’Union européenne, les États-Unis et le Canada ont adopté des sanctions contre de hauts responsables russes après l’empoisonnement.

Lisez aussi: Joe Biden dit qu’il envisage de se faire réélire aux élections de 2024

Vous pourriez également aimer...