Le Venezuela

« L’oubli que nous serons », meilleur film latin du Goya

« L’oubli que nous serons » est devenue ce samedi la première production colombienne à remporter le prix du meilleur film latino-américain aux Goya Awards, où elle a marqué avec son adaptation cinématographique de l’histoire du docteur colombien Héctor Abad Gómez, selon l’AFP.

Du prisme de la vie quotidienne et de la vie de famille, le film primé plonge dans la violence politique en Colombie dans les années 70 et 80, et est une adaptation du roman homonyme d’Héctor Abad Faciolince, romancier et fils du médecin.

La mise en scène a été réalisée par l’Espagnol Fernando Trueba, qui s’est dit «chez lui» en tournage en Colombie, et le scénario était l’œuvre de son frère, le romancier et cinéaste David Trueba.

L’histoire parle « d’un homme bon en action, qui a donné sa vie » pour ses idées « , a déclaré Trueba lors d’un appel vidéo après l’annonce du prix lors du gala, organisé presque entièrement par télématique depuis le théâtre Soho de Malaga.

Le jury a été captivé par le portrait cinématographique d’Héctor Abad Goméz, père de famille aimant et humaniste qui, à travers ses campagnes de vaccination et d’assainissement de l’eau, s’est battu pour améliorer les conditions de vie des plus pauvres dans la violente Medellín dans les années 1970 et 1970. 1980 1980 .

Un homme bon qui est devenu une figure inconfortable pour son indépendance politique, et qui a payé sa vie avec, assassiné en 1987 par des tueurs à gages.

Le film mettait en vedette un casting choisi, car l’espagnol Javier Cámara (« Parlez-lui », « Truman ») donne vie à Héctor Abad Gómez, le Colombien Juan Carlos Urrego (« Sans seins, il y a le paradis ») à l’écrivain, et Patricia Tamayo, une actrice de série bien connue, à Cecilia Faciolince, la femme du médecin.

Le film a eu une grande visibilité en septembre dernier au Festival international du film de Saint-Sébastien, où la section officielle s’est fermée, hors compétition.

Dans la section du meilleur film ibéro-américain, il a concouru dans le Goya avec des productions du Chili (« El agent mole »), du Guatemala (« La Llorona ») et du Mexique (« Je ne suis plus ici »).

Vous pourriez également aimer...